Archer’s Voice est déjà le 6e roman que je lis de Mia Sheridan. Chacune de ses romances met à l’honneur un signe du zodiaque. Ici, il s’agit du sagittaire – mon ascendant – puisque le héros, Archer, est du 2 décembre (spéciale dédicace à mon amie Aurélie). L’histoire est celle de deux blessés de la vie : une jeune femme qui vient de perdre son père dans des conditions dramatiques, et d’un jeune homme coupé de tout et muet depuis un drame survenu lorsqu’il avait 7 ans. Une belle histoire !

Archer’s Voice : l’histoire

« Bree Prescott a choisi la petite ville de Pelion pour trouver la paix qu’elle recherche désespérément. Après avoir vécu un épisode traumatisant dans sa ville natale, plier bagage avec sa chienne, et ce jusqu’à nouvel ordre, lui paraissait le meilleur moyen de prendre un nouveau départ.
À peine installée dans sa maison près du lac, elle croise Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme qui a perdu la voix.

Certaines histoires doivent tomber dans l’oubli, et d’autres sortir du silence. Ensemble, trouveront-ils la clé de la liberté ? »

Mes impressions sur Archer’s Voice

J’avais vraiment envie de découvrir Archer’s Voice car je sais que j’aime la plume de Mia Sheridan et que ce roman en particulier semble assez connu. Quelque chose dans l’écriture de l’écrivaine fait que l’on marche sur la corde entre le roman exaltant et le livre qui prend son temps. On oscille entre le fait de vouloir le lire d’une traite et l’envie d’aller voir plus loin ce qu’il se passe, comme si l’on était proche de sentir des longueurs tout en les appréciant. Vous voyez l’idée ?

L’héroïne, Bree, prend le temps de promener son chien, de le nourrir, de nous en parler. Si certains chapitres sont écrits du point de vue d’Archer, lorsqu’il avait 7 ans et au présent, c’est malgré tout Bree qui porte l’essentiel de la narration. Ce sont aussi de petites choses du quotidien qui rendent l’histoire réelle. On sent comme les relations évoluent, se développent, la confiance se tisser.

Le fait qu’Archer’s Voice soit issu de la collection Fantasme de J’ai lu n’est pas étonnant car il contient des scènes explicites. Archer, qui a longtemps vécu en marge de la société, s’ouvre à l’amour à 23 ans. Ce héros étant décrit comme bien bâti et plutôt puissant, je vous laisse imaginer son appétit de ce point de vue. J’ai vu des points communs entre ce personnage et Calder, lui aussi très naïf car menant une existence de marginal.

Archer’s Voice est aussi l’occasion de souligner le fait que la communauté peut avoir tendance à faire collectivement l’autruche lorsqu’un drame survient et qu’il est parfois plus simple de se dire que quelqu’un est fou que d’aller plus loin. Et, en même temps, il n’est effectivement pas simple de communiquer avec une personne muette.

Clin d’œil du destin ou pur hasard : c’est le 2e roman que je lis en peu de temps qui met en scène un héros muet ou qui passe pour l’être. Mais la cause, ici, est vraiment différente de celle d’Adopted love. Autre clin d’œil du destin : Pelion, la ville où se déroule l’histoire, se trouve en Caroline du Sud, destination du voyage initialement prévu en avril annulé par la crise sanitaire.

J’ai lu les deux tiers voire les trois quarts du roman en un dimanche. J’ai ensuite terminé le livre en quelques jours.

Un extrait ? « Je me suis penchée et je l’ai embrassé tendrement sur la bouche. Quand je me suis rallongée, son visage était mangé par un énorme sourire. Oh seigneur, mon cœur. Mon cœur fondait devant ces sourires. Ils étaient trop : trop beaux, trop bouleversants. »

Si Archer’s Voice ne m’a pas vraiment fait rire ni valu plus qu’une vue un peu troublée, cette romance n’en demeure pas moins un bon roman, que je vous conseille !

Archer’s Voice, de Mia Sheridan
Sorti le 23 août 2017
Le Livre de poche – Hors collection (n° 11883), Fantasme
480 pages – Prix papier : 7,40€
Retrouvez Archer’s Voice sur Amazon ou chez votre libraire !
Empruntez le roman à la bibliothèque de Paris

Découvrez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.