Voilà deux ans que j’ai découvert la plume de Maloria Cassis avec la saga Cooper Training : Julian, Calvin et Harry. J’avais passé d’excellents moments de lecture et étais donc ravie de découvrir Sans faute, sorti fin 2020. L’écrivaine française a su m’embarquer une nouvelle fois : j’ai dévoré les 345 pages en 24 heures environ. Le parfait programme d’un samedi de repos !

Sans faute : l’histoire

« Depuis plusieurs années, Charlène Lacroix tente d’oublier son passé en dévorant des livres, enfermée dans le domaine familial qui l’a vue naître. La vie lui a appris que s’attacher à qui que ce soit est un trop grand risque, elle veille donc à maintenir une distance de sécurité avec tous ceux qui pourraient réveiller son cœur.

De son côté, Alek Novakovic, joueur de handball promis à une grande carrière, se voit relégué du jour au lendemain dans un club de moindre envergure pour se remettre d’une blessure. C’est du moins ce qu’il affirme.

Entre Charlène et Alek, le contact est immédiatement explosif. Leur rencontre les renvoie à leurs faiblesses respectives et chacun devra accepter de s’ouvrir à l’autre pour se laisser une chance d’évoluer« .

Mes impressions sur Sans faute

Si j’apprécie alterner les types de romance pour ne pas avoir l’impression de lire éternellement les mêmes histoires, j’ai tout de même un faible pour les histoires douces et les héros qui ont du répondant mais ne relèvent pas de la psychiatrie ! Sans faute a donc été le bonbon dont j’avais besoin.

Charlène, l’héroïne, vit avec son père, sa belle-mère et son jeune demi-frère en Alsace. Traductrice, blogueuse, Bookstagrammeuse, elle aime rester dans sa bulle et se protéger du monde. Elle reste traumatisée par la perte qu’elle a connue 13 ans plus tôt. Cela ne l’empêche toutefois pas de prendre soin d’elle et d’avoir des amis.

Rapidement, Alek arrive de Montpellier où il est mis au vert par son club de handball. Il se retrouve sous le toit familial de Charlène. Fils de parents croates, ayant grandi entouré de sa famille et d’amour, il est plutôt droit dans ses baskets, même s’il cache deux problématiques. J’avais vu venir celle à côté de laquelle Charlène est passée. Derrière sa force brute et ses muscles se cache quelqu’un d’attentif, observateur et intelligent. Alek est solide.

J’ai aimé la façon dont les personnages se sont apprivoisés. Et l’histoire est douce : même les difficultés émanent de personnes qui ont elles-mêmes des problèmes à régler plutôt que de grands malades en liberté comme on peut en voir dans bon nombre de romans.

Sans faute évoque de nombreux thèmes : le pardon, l’acceptation, le deuil, la culpabilité, etc. Peut-être est-ce parce que je suis belle-mère que celle du roman m’a émue. Elle est bienveillante et n’a pas une position facile.

Si, comme moi, vous aimez les romances qui mettent du baume au cœur, Sans faute devrait assurer cette mission ♥ À lire !

Sans faute, de Maloria Cassis
Hugo New Romance© – Publié le 5 novembre 2020
Grand format : 17€ – E-book : 4,99€
Retrouvez le roman sur Amazon en grand format ou chez votre libraire !
Empruntez le roman à la bibliothèque de Paris

Découvrez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.