Je me suis lancée dans la saga The Elements de Brittainy C. Cherry avec son 1er tome, The Air. Puis, les histoires étant indépendantes les unes des autres, j’ai choisi de poursuivre avec le tome 3 : The Silent Waters. Comme son titre le laisse imaginer, c’est l’eau, dans tout ce qu’elle a de sombre comme de salvateur, qui y est mise à l’honneur. L’histoire, belle et dramatique, de Maggie et de Brooks m’a accompagnée quelques jours. Impossible de retenir mes larmes en fin de lecture…

The Silent Waters : l’histoire

« Notre vie est faite de moments. Certains sont terriblement douloureux et chargés des chagrins d’hier. D’autres sont merveilleusement optimistes et gros des promesses de demain. J’ai connu beaucoup de ces moments dans ma vie – des plus déchirants aux plus incroyables –, il était toujours là.

J’avais huit ans quand j’ai perdu ma voix. Une partie de moi m’a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brook. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu’à ce que la tragédie le rattrape. Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs.

C’est l’histoire d’un garçon et d’une fille qui s’aimaient l’un l’autre, mais qui ne s’aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D’amour et de promesses brisées. Une histoire de moments« .

Mes impressions sur The Silent Waters

The Silent Waters nous emmène dans une petite ville américaine, en grande partie dans la maison de la famille de l’héroïne, Maggie. Elle s’y installe enfant quand son père, quelqu’un de très bienveillant, rencontre une femme à son image et mère de deux enfants : Calvin, adorable grand frère, et Cheryl, d’un an plus jeune que sa nouvelle sœur. Le voisinage a son rôle dans le roman avec Brooks, héros et meilleur ami de Calvin, mais aussi madame Boone, acariâtre amatrice de mauvais thé au cœur tendre.

Le roman commence à l’époque de l’enfance des héros et se termine alors qu’ils sont adultes. Il veut nous montrer comment un drame peut faire basculer des destins et quelles peuvent être les conséquences sur ceux qui les vivent mais aussi sur leurs proches.

Maggie est une petite fille pleine de vie qui traverse un drame qui la laisse sans voix. Traumatisée, elle se retrouve prisonnière d’elle-même et n’est pas en capacité d’expliquer ce qu’elle a vécu. Instruite à la maison, elle attend avec impatience les visites de Brooks, dont elle a toujours été amoureuse et qui lui est aussi fidèle et loyal que possible, et les mauvais thés de Madame Boone. La jeune femme est passionnée de lecture et vit un peu par procuration. Adolescente, je l’ai imaginée dans de grandes tenues vaporeuses, naïve comme si elle venait d’un autre monde, un peu comme l’Eden de Mia Sheridan.

Le récit est également raconté du point de vue de Brooks, jeune homme qui attire tous les regards et est passionné de musique. Il est le meilleur ami que l’on puisse avoir. C’est un personnage que l’on ne peut qu’adorer. Il se pourrait que lui aussi traverse une épreuve particulièrement éprouvante…

The Silent Waters est un livre sensible, doux et dur. Les personnages évoluent et montrent chacun le pire et le meilleur. S’ils sont dans l’ensemble vraiment bons, Brittainy C. Cherry nous montre comment les difficultés peuvent nous faire réagir. Quelqu’un de bien peut devenir nocif parce qu’il a peur ou se sent coupable ou est poussé dans ses retranchements. Il est quand même aussi beaucoup question de soutien, d’être là pour les autres, pour son clan, ses vrais amis, sa famille. Et le rôle de la parole, de ce que l’on dit, est mis en avant.

[Extrait] « Ce n’est pas juste, dit-elle. Parce que sa façon de te regarder, et ta façon de le regarder, c’est mon rêve à moi. C’est ce que je veux connaître un jour. »

Pendant ma lecture, j’ai senti la lenteur des jours qui passaient, les repères et les rituels. C’est presque un comble de lire ce roman en pleine pandémie qui nous cloître chez nous depuis si longtemps. Jamais les jours ne se sont autant ressemblé sans vraie belle perspective. Nous voici comme en écho de Maggie, les très gros drames personnels en moins.

J’avoue être allée voir au cours de ma lecture ce qu’il se passait à la fin. Et même si je l’avais vu, je n’avais pas tout parcouru non plus et ça n’en restait pas moins émouvant. J’ai pleuré à la lecture de quelques pages… C’est davantage le destin des personnages et la force de leurs liens qui m’ont émue que l’histoire d’amour en elle-même. Des phrases, promesses et éléments sont récurrents dans le récit et prennent toute leur force à la fin du livre.

The Silent Waters est vraiment un excellent roman, même s’il n’a pas été pour autant un coup de cœur pour moi.

Je pense lire le 4e tome, dédié à la terre, avec le 2e, consacré au feu. Et vous, connaissez-vous la saga The Elements ?

The Elements, tome 3 : The Silent Waters, de Brittainy C. Cherry
Hugo Poche / New Romance©
Sortie en poche le 2 mai 2018
Prix poche : 7,60 € – Ebook : 9,99 €
Retrouvez le 3e tome de The Elements sur Amazon ou chez votre libraire !
Empruntez le roman à la bibliothèque de Paris

Découvrez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.