Le 29 octobre dernier, j’ai reçu les deux livres de la rentrée littéraire que j’avais le plus envie de lire : « Barbe bleue », d’Amélie Nothomb, et « Une place à prendre », de J.K. Rowling. Globalement, j’ai quelques regrets sur mes choix car, si le premier s’est lu très vite malgré ma petite déception, le second a été ouvert un peu dans la douleur me concernant…

couverture-JK-Rowling.jpg

La présentation de l’éditeur

« Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.

Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

Attendue de tous, J.K. Rowling revient là où on ne l’attendait pas et signe, avec ce premier roman destiné à un public adulte, une fresque féroce et audacieuse, teintée d’humour noir et mettant en scène les grandes questions de notre temps. »

 

Alors, alors ?

Je savais que je n’allais pas lire du Harry Potter mais espérais trouver le même plaisir à la lecture. Je n’ai pas peur non plus des « gros livres » et les aime beaucoup quand je suis passionnée par une histoire.
Ma plus grosse difficulté avec « Une place à prendre » a été le manque de temps. Quand j’ai choisi ce livre, le 7 septembre, je ne pouvais pas anticiper que je manquerais cruellement de temps à sa réception, le 29 octobre, un mois et un jour après sa sortie chez Grasset. J’avais donc trois semaines pour le lire et écrire la critique. Lorsque l’emploi du temps déborde et que l’on ne veut pas pour autant supprimer des soirées agréables que l’on a prévues, on se retrouve vite à promener le volume à lire dans les transports. Une oeuvre de 680 pages au format 15 x 23 cm est assez pesante (dans tous les sens du terme) à promener et ça m’a fait partir assez mal avec l’ouvrage.

Je l’ai du coup ouvert à chaque fois pour des périodes de 20 minutes maximum et n’ai pas réussi à rentrer dedans. J’avais parfois la tête ailleurs après une journée de travail bien chargée ou contrariante et me suis surprise à pas mal de moments à me voir lire sans m’attacher vraiment au propos. Gloups… Pour autant, les multiples prénoms des membres des familles de Pagford ont fini par lentement marquer mon esprit et certains pans de l’histoire m’ont suffisamment intéressée pour me faire malgré tout avancer.

Ce qui m’a vraiment manqué, c’est le détail accrocheur, le petit truc qui fait que, parfois, on est déjà accro à un livre dès ses premières pages. J’aurais aussi aimé au départ avoir un schéma des familles pour mémoriser les personnages. Je me disais : « Howard c’est lequel au fait ? qui est sa femme ? » puis « Qui est le Pigeon ? Ah, c’est Colin » ou encore « Mais ils étaient présentés comment, eux, au début du roman ? ».

Quand je lisais une critique qui disait « je n’ai commencé à accrocher qu’une fois le premier tiers lu », je regardais si j’étais déjà au tiers…

« Une place à prendre » décrit une société franchement pas reluisante, où les manipulations peuvent avoir lieu librement… J’ai découvert après coup que J.K. Rowling était très militante et investie pour la défense et l’amélioration de la vie des enfants défavorisés. Ceci explique peut-être aussi cela.

Je pense que je me repencherai sur le livre, l’impression d’être passée à côté étant assez forte !

J’aurais tant aimé que cette lecture soit un plaisir ! Je me souhaite de savoir davantage choisir les nouveautés que je souhaite lire à l’avenir.

Pour les matchs de la rentrée littéraire 2012 de Priceminister, je donnerais 8/20 au livre pour mon appréciation personnelle.

Et vous, le J.K. Rowling est-il sur votre pile à lire ?

Retrouvez tous mes billets lecture

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.