voleur-ombres-levy-couverture

Lisant la plupart des livres de Marc Levy et aimant carrément le visuel de la couverture du « Voleur d’ombres », j’ai emprunté ce nouveau volume à ma bibliothèque. Sans regrets.

voleur-ombres-levy-couverture.jpg

L’histoire

« – Maintenant, assieds-toi, il faut que l’on parle, a dit l’ombre.
Je me suis assis en tailleur sur le sol.
– Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t’en servir, même s’il te fait peur. — Pour quoi faire ?
– Trouve pour ceux dont tu dérobes l’ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c’est tout ce que nous te demandons.
– Nous ?
– Nous, les ombres, souffla celle à qui je m’adressais.
J’ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait. »

Et si l’enfant que vous étiez rencontrait l’adulte que vous êtes devenu…  »

Alors, alors ?

« Le voleur d’ombres » ne révolutionnera pas le monde de la littérature mais je l’ai lu avec plaisir en quelques jours.

L’histoire est assez simple et j’ai bien aimé l’idée de pouvoir accéder à l’ombre, et donc aux secrets, des autres. Dommage que l’idée n’aie pas été davantage développée. Les blessures de l’enfance, le rapport que l’on a à ses parents sont le fil directeur du récit. Quelques questions sont amenées dans la douceur : que devons-nous faire de nos rêves d’enfant ? qu’est-ce que l’amitié ? oublions-nous nos aînés ? que pouvons-nous faire pour les autres ?

En dehors de cela, il ne se passe pas des masses de choses dans « Le voleur d’ombres », qui a au moins le mérite d’être une lecture qui repose et ne fait pas trop réfléchir, au mauvais sens du terme.

Le personnage principal est plutôt sympa même s’il ne se développe pas un côté affectif énorme autour de lui. Son ami Luc est presque rendu plus touchant : il semble, alors qu’il n’est pas un voleur d’ombres, un peu plus saisir l’authenticité des autres… Sophie, la petite amie du héros, représente la fille bien qui est à peine remarquée par son compagnon. Le lecteur réussit à se faire une image de tout ce petit monde mais il n’est pas très difficile de le quitter. Est-ce vraiment un point faible du roman ? De nombreux autres ne nous font pas plus que ça nous attacher aux différents protagonistes…

À réserver aux amateurs de Marc Levy ou à ceux qui veulent lire une jolie histoire toute simple.

Découvrez « Le voleur d’ombres » sur Amazon

 

Mon baromètre Marc Levy

J’avais adoré : « Et si c’était vrai ? »
J’avais aimé : « 7 jours pour une éternité », « La prochaine fois », « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites », « Le premier jour », « La première nuit »
Je n’en ai gardé aucun souvenir : « Vous revoir »
Je n’avais pas aimé : « Où es-tu ? »
Je n’avais pas fini : « Mes amis, mes amours »
Je n’ai pas lu : « Les enfants de la liberté », « Le voleur d’ombres »

Retrouvez tous mes billets lecture

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.