Quelques semaines après avoir refermé « Le premier jour« , l’un des derniers romans de Marc Levy, j’ai lu la suite de cette histoire : « La première nuit ». Verdict : pas mal, pas mal…

la-premiere-nuit.jpg

L’histoire

« L’amour est l’ultime aventure, mais l’aventure n’est pas sans dangers…

Il est une légende qui raconte que l’enfant, dans le ventre de sa mère connaît tout du mystère de la Création, de l’origine du monde jusqu’à la fin des temps. À sa naissance, un messager passe au-dessus de son berceau et pose un doigt sur ses lèvres pour que jamais il ne dévoile le secret qui lui fut confié, le secret de la vie. Ce doigt posé qui efface à jamais la mémoire de l’enfant laisse une marque. Cette marque, nous l’avons tous au-dessus de la lèvre supérieure, sauf moi. Le jour où je suis né, le messager a oublié de me rendre visite, et je me souviens de tout…

Des hauts plateaux éthiopiens aux étendues glacées du nord de l’Oural, Marc Levy conclut avec ce nouveau roman la fantastique épopée commencée avec « Le premier jour ». »

Alors, alors ?

Je pense avoir mis deux semaines à lire les 130 premières pages et quatre jours ensuite à finir le roman, qui en compte un peu moins de 500. Ca ne témoigne pas d’un intérêt délirant de ma part car, captivée, je dévore les pages en règle générale.

Le début de l’histoire m’a semblé un peu pénible. Les rebondissements sont si nombreux que j’ai eu du mal à rentrer dans la course. Adrian et Keira ne peuvent rien faire sans qu’il leur arrive quelque chose. On a peur pour eux sans cesse. Je me suis demandé si le but n’était pas de faire une adaptation cinématographique de l’histoire car le rythme m’a semblé presque plus visuel que littéraire…

La quantité de détails scientifiques m’a aussi un peu lassée. On sent que, lorsque nos protagonistes se lançent dans des explications, c’est aussi pour que le lecteur puisse suivre. Je ne sais toujours pas où est la limite entre le vrai et l’inventé dans les romans de Marc Levy mais il y a un sacré travail de construction ! Je l’admire un peu et, en même temps, j’ai eu l’impression parfois d’être noyée sous les détails, comme si on ne pouvait pas respirer en lisant le livre.

J’ai aussi été un peu déçue par la fin de l’histoire. Après deux volumes, on a envie de quelque chose d’assez fort pour terminer l’histoire. On comprend mieux les intentions de ceux qui font tout pour tuer Adrian et Keira… Les deux héros ont de quoi être heureux de la fin de leur quête. Mais… c’est tout. J’attendais quelque chose d’un peu plus fort.

Je critique, je critique mais j’ai quand même lu le roman avec plaisir et avais envie de connaître le fin mot de l’histoire. « La première nuit » est un roman sympathique de détente. Mais pas un livre à lire en priorité. Il y manque un petit supplément de quelque chose.

Si vous l’avez lu, je serais curieuse de savoir si vous avez aimé ?

Retrouver « La Première nuit » sur Amazon au format poche
Lire un extrait de « La première nuit »

Mon baromètre Marc Lévy

J’avais adoré : « Et si c’était vrai ? »
J’avais aimé : « 7 jours pour une éternité », « La prochaine fois », « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites », « Le premier jour »
Je n’en ai gardé aucun souvenir : « Vous revoir »
Je n’avais pas aimé : « Où es-tu ? »
Je n’avais pas fini : « Mes amis, mes amours »
Je n’ai pas lu : « Les enfants de la liberté », « Le voleur d’ombres »

Je pense que, parmi les livres de l’auteur, celui que j’entamerai le prochaine fois sera « Le voleur d’ombres », qui a une très jolie couverture !

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.