Fin septembre, j’ai eu le plaisir de partir trois jours et deux nuits en Seine-Maritime dans le cadre d’un blogtrip. Des jardins d’Angélique au centre-ville du Havre, de l’abbaye du Valasse à la ferme de la Poterie en passant par le domaine de Forges-les-Eaux ou la maison de Victor Hugo, nous avons vécu de nombreuses expériences lors de cette parenthèse normande. En effet, le département a plusieurs facettes et nul doute que l’on peut y séjourner bien plus longtemps entre villes, bords de mer ou de Seine et campagne. De la culture, du grand air, du dépaysement et de bons moments à partager : voilà ce que nous sommes allées chercher et ce que nous avons trouvé en Seine-Maritime !

Partie patraque, je suis rentrée en bien meilleure forme : une preuve de plus, si besoin en était, qu’il suffit parfois de changer de cadre pour se requinquer. Le week-end sur lequel je reviens n’est pas clé en main car il pioche un peu ici et là dans le département des idées de visite mais ses différentes étapes devraient vous inspirer ! Suivez-moi en Normandie !

Quelques instants à Rouen avant de prendre la route

Notre séjour en Seine-Maritime a brièvement débuté à Rouen puisque nous sommes venues en train – nous étions très confortablement installées en 1re classe – jusque-là. Cela a été l’occasion d’improviser un goûter matinal dans le cadre très élégant de l’hôtel de Dieppe, un Best western situé face à la gare.

Avant de partir à la découverte de différents sites de Seine-Maritime, nous avons pris un peu de hauteur – 140 mètres pour être exacte – et avons observé Rouen depuis la colline Sainte-Catherine.

Les Jardins d’Angélique : pause bucolique dans les jardins et le salon de thé

Direction Montmain, à l’Est de Rouen, pour découvrir Les Jardins d’Angélique, créés par une dame en l’honneur de sa fille il y a une trentaine d’années. Deux jardins sont à découvrir. L’un, mon préféré, est à l’anglaise et vous pouvez prévoir d’y passer au moins 1h pour vraiment prendre le temps de vous perdre dans les allées, de passer observer la vue dans un sens puis dans l’autre… et, lorsque le temps le permet, pourquoi ne pas vous arrêter sur un banc ? L’autre jardin, derrière le manoir, est plus formel et taillé. Dans les deux cas : quel travail ! Car n’oublions pas que cela reste une initiative familiale…

Si les jardins d’Angélique sont ouverts au public depuis environ 25 ans, 2021 est en revanche la première année d’ouverture du salon de thé, qui propose de la petite restauration le midi : boissons fraîches et chaudes, etc.

C’est typiquement le genre d’adresses que j’affectionne. Nous y avons déjeuné et nous sommes régalées : le menu était un sans faute !

J’ai choisi de déguster un avocado toast (10€) : l’avocat y est servi sur une tranche épaisse de pain de campagne, avec une salade très bien assaisonnée, des pommes de terre à la provençale et des fleurs comestibles. C’était délicieux !

Pour terminer, j’ai choisi un thé gourmand composé :

  • d’un rooibos vert aux fruits rouges – cassis, myrtilles, fraises et cerises – vraiment super bon
  • de trois douceurs : un cookie aux pépites de chocolat, un brownie et un Apple rose à la confiture de pommes façon tatin

Miam !

Les Jardins d’Angélique : jardins et salon de thé
2692 route de Lyons
76520 Montmain
Du 1er mai au 15 octobre : tous les jours de 11h à 19h
Adulte plein tarif : 8€
Le site des Jardins d’Angélique

Visite de la ferme de la Poterie et pause fromagère

Direction le Pays de Bray pour visiter la ferme de la Poterie et rencontrer la famille Godefroy, qui fait notamment du fromage avec le lait de ses 100 vaches.

Je n’ai pas pu goûter leur spécialité, le cœur de la poterie, puisque je n’ai pas le droit au lait cru pendant ma grossesse, mais le cœur y aurait été ! La famille ne produit pas de neufchâtel mais des fromages qui peuvent évoquer cette AOC, proche géographiquement de son domaine. J’ai toutefois pu goûter une cuillère de yaourt et me suis régalée.

La famille vend ses produits à l’occasion de quatre marchés par semaine, notamment à Rouen, mais aussi, depuis décembre, à l’aide de son distributeur, qui semble rencontrer un beau succès. Nous avons regardé avec gourmandise son contenu : œufs, beurre, crème, fromage…

Halte confortable au domaine de Forges-les-Eaux

Pour la petite histoire, Louis XIII, Anne d’Autriche et le cardinal Richelieu ont séjourné dans la commune de Forges-les-Eaux en 1633. Les eaux ferrugineuses qui s’y trouvent étaient réputées pour soigner l’anémie et la stérilité. Le couple royal ne parvenant avoir d’héritier, la reine est venue profiter des bienfaits des sources. L’année de leurs 37 ans, ils ont donné naissance à Louis XIV. Forges-en-Bray est ainsi devenue Forges-les-Eaux par décret royal.

Près de quatre siècles plus tard, ce n’est pas dans la maison du maître verrier que nous avons séjourné mais au  domaine de Forges-les-Eaux, qui est à la fois un hôtel avec spa, un restaurant et un casino. Les lieux m’ont fait penser à l’hôtel Falkensteiner dans lequel Monsieur et moi avions séjourné en Autriche ou encore au club de vacances de Dirty dancing ! Je m’y suis sentie comme dépaysée alors que l’on se trouve sur la ligne imaginaire qui relierait Rouen à Amiens. Tout est vaste et les services sont nombreux.

Une nuit paisible au ForgesHotel

Ma chambre était calme, vraiment spacieuse et très confortable. Un vrai plaisir ! Habituée à de petites salles d’eau, celle du ForgesHotel était particulièrement vaste. Et, cerise sur le gâteau : les thés et infusions étaient des Palais des thés donc de qualité. J’y ai trouvé mon bonheur. Il fallait compter 217€ (+ 3€) la nuit pour y séjourner.

Se restaurer à la table de Forges

J’ai beaucoup apprécié la décoration de la table de Forges ainsi que le petit-déjeuner. Le dîner et le service m’ont moins convaincue mais n’ont pas pour autant nui à l’image que je me suis faite de l’établissement.

Le dîner pris au domaine de Forges-les-Eaux était un buffet proposé à 30€ la semaine et 35€ le week-end par personne, hors boissons. Des mets sont proposés sous cette forme tous les soirs de 19h30 à 22h.

Enceinte (et donc avec beaucoup d’interdits liés aux risques de toxoplasmose et listériose), je n’étais certes pas la meilleure cliente d’un buffet. J’ai trouvé mon bonheur mais la formule à 30€ s’adresse plus à de solides appétits, qui profiteraient vraiment de l’offre. Les becs sucrés avaient par exemple de quoi se régaler avec des gâteaux crémeux !

J’ai dégusté :

  • en entrée : de l’avocat, de la tomate avec de la feta et de l’œuf ainsi qu’une tarte salée provençale
  • en plat : des boulettes de bœuf avec des pommes de terre dites de Marrakech
  • en dessert : une coupelle d’ananas. Les fruits étaient très bons et sucrés
  • un jus d’ananas pour accompagner le repas

Mon discours sur le petit-déjeuner de la table de Forges est plus enthousiaste car j’ai été totalement convaincue par ce buffet. Proposé de 7h à 10h pour 15€ par personne, il était complet et vraiment parfait pour moi ! ♥

Au menu : œufs brouillés, tomates, pommes de terre, bacon, saucisses, crêpes, fruits et fruits exotiques, sous forme de salade ou entiers, viennoiseries, etc. Je suis conquise !


Domaine de Forges-les-Eaux
Avenue Des Sources
76440 Forges Les Eaux
Le site du domaine

Une balade en trottinette électrique pour les envies sportives

J’ai découvert que la trottinette électrique n’était pas toujours telle que celles que l’on peut voir dans les rues de Paris. En effet, il nous a été proposé de faire une balade en trottinette électrique « sportive ». Les plus téméraires d’entre nous sont donc allées de Rives-en-Seine au musée Victor Hugo en compagnie des randos de Pierrot. En réalité, j’aurais tenté si je n’avais pas été enceinte de quatre mois à ce moment-là. Lorsqu’on ne maîtrise pas un engin, la chute est possible et si l’on peut garder le sourire dans les moments plus périlleux, c’est moins le cas lorsque l’on attend un enfant. Cela dit, en fonction de ses habitudes et de ses goûts, il est tout-à-fait possible de ne pas s’émouvoir de la perspective d’une promenade en trottinette électrique !

Le musée Victor Hugo de Villequier

J’ai déjà visité le musée Victor Hugo à Paris mais ignorais qu’une maison à son nom se trouvait en Seine-Maritime, à Villequier. Il s’agit d’ailleurs en réalité de la maison de ses amis : il était proche d’Auguste Vacquerie. Nous y sommes arrivées par un matin brumeux et avons découvert un ravissant jardin. Ambiance bucolique garantie !

Le salon, le billard, les chambres rose, rouge, claire et bleue, le bow window ou encore le petit salon accueillent des collections composées de donations des héritiers et d’achats. Cela a été l’occasion d’en apprendre plus sur Victor Hugo, qui a une histoire familiale assez dramatique. Je ne crois pas m’être encore remise de l’histoire de la noyade de sa fille (notamment…), qui n’est qu’un pan de l’horreur qu’il a vécue.

L’exposition temporaire proposée au moment de notre venue était « Voyage(S) en Orient, dans les rêves de Victor Hugo et Gustave Flaubert ». Le musée est fermé pour travaux du 1er décembre 2021 au 1er avril 2022. Vous pourrez profiter des lieux dès le printemps.

Musée Victor Hugo
Quai Victor Hugo
76490 Villequier
Le site du musée Victor Hugo

Un déjeuner ensoleillé à l’abbaye du Valasse

L’abbaye du Valasse ne se visite plus en tant que monument religieux mais a désormais une vie événementielle. C’est pour son salon de thé, La Laiterie, que nous nous y sommes rendus. Nous aurions pu déjeuner dans ce très bel espace, sous ses voûtes cisterciennes, mais avons profité de la terrasse et des rayons du soleil du premier week-end d’automne.

Je me suis régalée de A à Z et garde un excellent souvenir de cette parenthèse gourmande, un peu hors du temps. J’ai dégusté (pour 18,40€ au total) :

  • un jus pomme-framboise (1,90€)
  • une quiche Lorraine et sa salade (la formule prévoyait un choix avec une tarte aux légumes du soleil)
  • un crumble banane-chocolat servi sous forme de tarte. Très très gourmand !

Abbaye du Valasse
76210 Gruchet-le-Valasse
Le site de l’abbaye

24 heures au Havre

J’ai découvert le Havre à l’été 2019. Ces 24 heures passées au Havre au début de l’automne auront donc été ma 2e fois dans la ville de Perret, dont le centre-ville est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Avant de m’y rendre il y a deux ans, je n’en savais pas grand chose. Revenir dans cette ville de la côte normande en la connaissant déjà un peu a été tout aussi intéressant et m’a permis d’en voir et d’en savoir davantage.

À notre arrivée, nous avons visité la ville aux côtés de Lucas, qui nous a expliqué que 80% du centre-ville du Havre ont été détruits par les bombardements de 1944. Cela représentait 133 hectares, soit entre 250 et 260 terrains de foot. La reconstruction du centre est signée de l’architecte Perret, qui a eu recours au béton armé. Cela a permis de redonner en 20 ans un toit au-dessus de la tête de tous les habitants qui ont survécu à la guerre. Plus de 5 000 Havrais ont été tués par les bombes anglaises.

Que l’on apprécie ou non l’esthétique de cette architecture (la connaître fait évoluer notre regard car son histoire reste exceptionnelle), la visite guidée est passionnante et permet de voir toute la modernité de ce projet pharaonique. Ce dernier était vraiment unique pour Perret et son équipe et ils ont voulu faire quelque chose de totalement novateur. Il a fallu 20 ans pour reconstruire ce qui a été dévasté pendant la seconde guerre mondiale.

Pour ma part, j’ai connu le nom de Perret quand j’avais 11 ans car ma sœur habitait à Amiens, proche d’une tour qui porte son nom. Mais peut-être le connaissez-vous puisqu’il a signé le théâtre des Champs-Élysées ?

Le plan d’urbanisme du Havre peut évoquer New York. La rue de Paris est inspirée de la rue de Rivoli à Paris et l’avenue Foch est inspirée des Champs-Élysées.

L’église Saint-Joseph

Parmi les incontournables du Havre figure l’église St-Joseph, construite à la mémoire des victimes des bombardements. L’on peut notamment y observer plus de 12 700 pièces de verre, dont les couleurs ne sont visibles que de l’intérieur.

L’appartement témoin Perret

Je suis également retournée voir l’appartement témoin Perret. Cet appartement est un véritable petit musée. Il montre à quel point les appartements imaginés par l’architecte étaient calmes, aérés, spacieux et ensoleillés. Celui-ci mesure 100 m2 et aucun de ses murs n’est porteur. Un véritable voyage dans le temps !

Des vestiges du passé

Si une grande partie du centre-ville date de la reconstruction d’après guerre, quelques vestiges nous permettent d’imaginer que Le Havre a été une toute autre ville, qui racontait une autre histoire. Je serais d’ailleurs curieuse de visiter un jour la maison de l’Armateur.

À la découverte des œuvres pérennes d’Un Été au Havre

Chaque année depuis 2017, de nouvelles œuvres d’art contemporain s’invitent au Havre dans le cadre d’Un été au Havre. Il s’agissait au départ de fêter les 500 ans de la ville, dont l’histoire est rattachée au nom de François Ier. Certaines œuvres deviennent pérennes et d’autres ne sont installées que le temps d’un été. Ce qui est certain, c’est que c’est une vraie réussite et que ces œuvres apportent véritablement un plus à la visite. Notre séjour s’est déroulé alors que l’édition 2021 était terminée.

Parmi les nombreuses œuvres à découvrir :

  • Catène de containers
  • Gold Coast
  • Monsieur Goéland
  • Jusqu’au bout du monde, une œuvre recréée après avoir été vandalisée et pour le moment bien protégée à la cathédrale

Que nous réservera 2022 ?

Un dîner au restaurant Le Grignot

En plein cœur du Havre, près du Volcan, nous avons dîné au Grignot, un restaurant notamment spécialisé dans les fruits de mer et poissons.

En apéritif, j’ai dégusté un virgin mojito (6€) très réussi ♥

Enceinte, j’ai laissé mes compagnes de voyage se régaler de crustacés mais mon plat m’a sans doute encore davantage plu. J’ai choisi le dos de cabillaud à la plancha, beurre nantais, poêlée de légumes (18,90€). Super bon !

Pour terminer, j’ai choisi les profiteroles au chocolat (9,80€). La chantilly était servie très généreusement mais je ne l’ai pas mangée. En revanche, il aurait pu y avoir davantage de chocolat mais le dessert restait vraiment bon !

Le restaurant était complet et très vivant : n’oubliez pas de réserver !

Le Grignot
53 rue Racine
76 600 Le Havre
du lundi au samedi de 10h à 14h et de 19h à 23h
le dimanche de 10h à 14h
Tél. : 02 35 43 62 07
Réservation conseillée
Le site du restaurant

Un déjeuner au restaurant Le Bout du Monde

On l’oublie parfois en centre-ville alors que Le Havre est un grand port mais l’on est vraiment en bord de mer ! Nous avons déjeuné au bout du monde (si si) dans une ambiance qui évoque un peu les vacances. La pluie nous a fait nous replier à l’abri mais nous avons bien profité tout de même.

J’ai dégusté :

  • un virgin mojito, à base de cassonade, citron vert, menthe fraîche, limonade sur glace pilée (6€) : il était tout-à-fait à mon goût !
  • des tomates et de la burrata (14€) : j’aime beaucoup ce plat en général et cette fois n’a pas fait exception. La burrata était très crémeuse.

  • une verrine de yaourt blanc, spéculos, confiture de mirabelles (7€), très bonne et légère.

Je ne résiste pas à l’envie de vous montrer d’autres desserts car ils étaient tous appétissants.

Restaurant Le Bout du Monde
1 boulevard Foch
76 310 Sainte-Adresse
La page Facebook du restaurant

Une nuit à l’Oscar Hôtel

Lors de mon premier séjour au Havre, j’avais dormi au Novotel à côté de la gare. S’il nécessitait un peu de trajet pour visiter la ville, il était impeccable et ses services équivalents à ceux des hôtels que nous choisissons lorsque nous voyageons à titre personnel.

L’Oscar hôtel, un 2 étoiles, est modeste et dépannera mieux les voyageurs qui cherchent à être logés à petit budget que ceux habitués à plus de confort et aux 3 ou 4 étoiles. Cette nuit avait pour moi un petit côté inhabituel, d’autant que je considère qu’un hôtel fait partie du voyage et doit être au moins aussi accueillant que l’est mon appartement. Ma chambre, la 8, était pourtant l’une des plus propres du groupe. En dehors des odeurs qui remontaient du lavabo quand je l’utilisais et de quelques détails, la chambre était correcte. Le parquet craque et j’ai été réveillée la nuit par l’activité à l’étage du dessus. Cela dit, l’hôtel fournit les boules Quiès mais je préfère être dérangée qu’en mettre…

L’idée d’un esprit typique de celui de la reconstruction est bonne et l’hôtel est parfaitement situé. Je n’aime pas ne pas être emballée mais je ne recommanderais pas l’hôtel à des proches… Pour y loger, comptez de 75 à 95€ + la taxe de séjour de 0,90€.

En période de crise sanitaire, le petit-déjeuner est servi sur un plateau moyennant 9€. On coche la veille ce que l’on souhaite déguster : jus, boisson chaude, pain, viennoiseries, fruit, etc. Le résultat était un peu bourratif mais c’est sans doute lié au choix à l’aveugle. J’étais en tout cas bien nourrie.

Oscar Hôtel
106 rue Voltaire
76600 Le Havre
02 35 42 39 77
Le site de l’hôtel

Après ce beau week-end, il nous a fallu rentrer à Paris et nous sommes parties en direction de la gare en début d’après-midi. Si vous connaissez la Seine-Maritime, j’espère que mon billet vous aura apporté d’autres idées. Et peut-être en avez-vous à suggérer ? Et si vous n’avez pas encore ou peu exploré le département, j’espère vous avoir transmis mon enthousiasme. 

Bonne journée !

Merci beaucoup à Seine-Maritime Tourisme et à Charline de cette invitation !

Retrouvez tous mes billets « Escapades en France » sur une carte :

Appelez-moi Lili. Jeune maman, j'ai 39 ans, vis avec Monsieur, notre petit garçon né en février 2022, et, au rythme d'une garde alternée, avec son ado Junior, en apprentissage. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.