Si vous connaissez mon intérêt pour les châteaux et les petites histoires de la famille royale britannique, vous pourrez vous étonner que je ne regarde la série The Crown que maintenant. Cette série Netflix américaine toujours en production compte à l’heure actuelle trois saisons de dix épisodes chacune. La quatrième sortira fin 2020. C’est avec Monsieur et avec mes parents que j’ai regardé les 30 premiers épisodes. Nos impressions sur cette série dramatique sont un peu partagées. Le programme reste de qualité mais je pense que nous aurions été plusieurs à décrocher si les faits racontés n’avaient pas été réels. Je vous explique tout ça !

L’histoire ? « La série se concentre sur la Reine Elizabeth II, alors âgée de 25 ans et confrontée à la tâche démesurée de diriger la plus célèbre monarchie du monde tout en nouant des relations avec le légendaire premier ministre Sir Winston Churchill. L’empire britannique est en déclin, le monde politique en désarroi… une jeune femme monte alors sur le trône, à l’aube d’une nouvelle ère. »

Une deuxième chance pour The Crown

J’adore les châteaux et lis toujours avec intérêt les péripéties liées à la monarchie britannique. Il semblait donc naturel que je m’intéresse à la série The Crown. Pourtant, quand j’ai regardé le 1er épisode peu après sa sortie, j’ai éteint la télé vraiment déprimée (et ai supposé que le parallèle entre le déclin de George VI et le décès de mon grand-père maternel, qui n’était pas si lointain que cela, en était la cause). Nous avons ensuite complètement arrêté de regarder la série. Profitant du confinement chez mes parents, qui vont devenir accros à Netflix, nous avons donné une 2e chance à The Crown, dont le thème semblait tout indiqué pour plaire à tous.

Un enthousiasme en dents de scie

Nous avons bien fait d’insister car, bien que cela ait été un peu laborieux au départ pour Monsieur et moi (mais pas pour mes parents qui auraient volontiers enchaîné les épisodes et sans lesquels nous aurions peut-être de nouveau arrêté), nous sommes entrés dedans, surtout lors de la saison 2 avec un petit regain d’intérêt vers la fin de la 3e saison. J’ai trouvé les débuts un peu irréguliers et été souvent un peu plombée par les drames qui s’enchaînaient. A certains moments, honnêtement, rien ne va et aucun personnage n’est heureux ! Monsieur comme moi n’aurions pas pu regarder deux épisodes à la suite – d’autant que chacun dure près d’une heure – et avions besoin d’un peu de temps pour nous changer les idées avant de dormir.

Heureusement, les choses se sont améliorées et, arrivés saison 2, j’ai regardé avec vraiment plus d’enthousiasme. La série relate des faits réels mais une part est romancée. Cela m’a donné envie de creuser et il nous est arrivé de vérifier quelques faits sur Internet. La série passe sans cesse du coq à l’âne d’un épisode à l’autre, de la vie privée de la famille aux événements politiques qui ont secoué l’Angleterre.

Elizabeth II

Dans les deux premières saisons, Claire Foy interprète la jeune reine. J’ai été séduite par l’actrice, qui joue parfaitement une jeune femme sur les épaules de laquelle pèse un lourd fardeau mais qui a un solide sens du devoir et à cœur de mener sa mission pour le mieux. Elizabeth II se pose énormément de questions et doit prendre sur elle-même pour faire des choix en tant que reine tandis qu’elle est aussi une femme, une épouse, une sœur et une mère. Cela dit, les enfants apparaissent en toile de fond mais sont un peu les grands absents. Elle est davantage mise en scène avec les chevaux et ses  légendaires petits chiens.

La donne change dans la 3e saison, dans laquelle Charles et Anne ont un vrai rôle à jouer et entrent à l’âge adulte. Mais le changement le plus troublant a été celui du casting. Nous étions attachés à la reine sous les traits de Claire Foy et avons vraiment eu du mal à ne pas détester son personnage incarné par Olivia Colman. Nous ne remettons évidemment pas l’actrice en question mais Elizabeth II semble tout d’un coup prête pour aller à son pot de retraite alors qu’elle est sensée avoir 38 ans, soit un an de plus que moi. Le grand écart nous a sciés sur place. Nous serons prêts pour la saison 4 mais nous avons peiné à adhérer. La reine ne sourit pas du tout pendant de longs épisodes, elle est même parfois cassante et désagréable.

Si l’on avait un doute : non, la reine ne fait pas tout ce qu’elle veut. Et elle applique elle-même le lourd protocole avant de le faire appliquer par les autres…

Philip

Pendant deux saisons, Matt Smith XI incarne un parfait Philip, taquin, un peu perdu et jouant avec les limites – qu’il dépasse parfois… ou souvent.. – puis plus stable… ou non. C’est l’homme assis près de la reine sur le canapé. Cela fait écho d’une certaine façon à la série Victoria. Albert était déjà « le mari de » la reine. Une place difficile avec laquelle il faut composer. Dans la 3e saison, c’est Tobias Menzies, qui prête ses traits à un personnage détestable d’Outlander, qui reprend le rôle. Si cela a pu nous troubler, le changement est moins brutal. Philip, à la quarantaine, apparaît plus posé et cesse de tout remettre en question en permanence.

Margaret

La princesse Margaret a un rôle vraiment important dans la série. Je ne m’étais pas vraiment souciée de la petite sœur de la reine, décédée en 2002. Elle aime davantage être dans la lumière que son aînée et a des côtés chipie. Elle partage avec son beau-frère le fait d’être dans l’ombre de son aînée. Bien que descendant peu à peu dans l’ordre d’accession au trône, chaque étape de sa vie est soumise à approbation. Je suis assez conquise par Helena Bonam Carter, qui intervient dans la 3e saison et prend la suite d’une très crédible Vanessa Kirby. Je n’ai essuyé qu’une fois des larmes au cours du visionnage de la série et c’était en lien avec Margaret et Elizabeth. Mon âme de sœur n’a pas résisté !

… et les autres

D’autres personnages ont leur importance. La reine mère est manipulatrice et m’a insupportée. Anne est espiègle. Charles est plutôt attachant. La 4e saison devrait davantage porter sur leur génération avec l’apparition de Lady Diana et de Margaret Thatcher. Six saisons au total sont a priori prévues. Jusqu’à la page actuelle du départ d’Harry et Meghan de la famille royale ?

Des dizaines d’années d’histoire

On a beau savoir que le règne d’Elizabeth II est exceptionnellement long, il est vraiment fou de voir comment il s’inscrit dans l’Histoire et toutes les pages qui la composent depuis le milieu du XXe siècle. On adore et on déteste Winston Churchill, Premier ministre ronchon-nounours, on fait connaissance avec les Kennedy… Et je dois avouer avoir appris pas mal de choses !

Une photographie soignée

The Crown est visuellement une très belle série. Le palais est sublime, les images travaillées… J’adore voir l’un des couloirs du château, le bureau de la reine et ses rituels. Il y a beaucoup de bon dans cette série !

En bref

Si vous l’avez vue, je serais curieuse d’avoir votre avis. Si c’est en projet, j’espère ne pas vous avoir dissuadés. Je pense vraiment regarder la suite mais ai été tour à tour intéressée, ennuyée ou déprimée par les trois premières saisons.

Retrouvez tous mes billets « Séries »

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.