Voyage au Nouveau-Mexique - Le blog de Lili

En ce printemps 2019, je viens de vivre mon 6e voyage aux États-Unis (et le 4e avec Monsieur). Cette boucle de deux semaines complètes sur place au départ et à l’arrivée de Phoenix nous a conduits sur les routes d’Arizona et du Nouveau-Mexique. Nous avons parcouru près de 4000 kilomètres et passé pas moins de 63 heures en voiture : un vrai road trip, donc !

Dans cet article, je vous présente notre itinéraire, nos premières impressions, notre préparation du voyage, etc. Je reviendrai dans des billets séparés sur les différentes étapes de ce périple.

Pourquoi avoir choisi l’Arizona et le Nouveau-Mexique ?

Nous adorons voyager aux États-Unis et essayons d’alterner un peu les destinations. Cela faisait trois ans que nous n’étions pas partis outre-Atlantique, cela nous a paru raisonnable d’y retourner maintenant (ah ah !).

Nous avions initialement pensé découvrir le Colorado mais, après recherches, avons compris qu’il valait mieux revoir nos plans si nous ne voulions pas expérimenter la conduite sur verglas et n’étions pas à l’aise sur la neige. En avril, le Nouveau-Mexique apparaît comme l’un des États au climat vraiment favorable. L’Ouest américain regorgeant de beauté, nous avons opté pour une boucle au départ de Phoenix. L’idée était de ne faire que des découvertes et de ne pas retourner sur des sites visités ces dix dernières années.

Avril : une bonne saison pour l’Arizona et le Nouveau-Mexique ?

La météo a vraiment été avec nous lors de notre séjour en avril. Nous avons majoritairement eu du soleil et des températures estivales très agréables. Nous avons rarement eu quelques averses avec de beaux cieux noirs et même des arcs-en-ciel. Le dernier jour, à Sedona, la température a dépassé les 30 degrés… et pas qu’un peu. Le thermomètre affichait une centaine de degrés, soit 37-38°C. Ouch ! Il faisait plus chaud dans l’Arizona qu’au Nouveau-Mexique. Veste de mi-saison, gilets et écharpe ont eu leur utilité aux côtés des tenues estivales. Globalement, nous avons eu beaucoup de chance.

Sous le soleil en Arizona

Sous le soleil, en Arizona

Le canyon de Chelly sous le ciel noir

Le canyon de Chelly… avant le déluge

Comment préparer son voyage dans l’Ouest américain ?

La préparation d’un voyage, qui plus est suivant un itinéraire pas forcément classique, prend toujours du temps. Il faut avoir suffisamment de soirées et des week-ends à y consacrer devant soi. À l’aide de guides – et en particulier du Routard consacré aux parcs nationaux de l’Ouest américain – et de nos lectures sur le web, nous avons posé sur une carte tous les sites que nous aimerions visiter. Puis Monsieur a fait en sorte de faire rentrer tout ça dans notre planning, selon le nombre de jours dont nous disposions d’après nos contraintes familiales et professionnelles.

Il faut se renseigner sur le temps à passer sur les différents sites, calculer les temps de trajet en prenant de la marge, etc. Comme d’habitude, nous avons consulté les avis d’autres voyageurs sur Voyageforum.com et, pour la première fois, sur le forum du Routard sur lequel nous avons recueilli des retours très pointus qui nous ont bien aidés.

Nous sommes partis, comme toujours, avec des dollars changés dans un bureau de change réputé plutôt intéressant à Paris (Yes change, dans le quartier de Concorde).

Pour aller aux États-Unis, il est nécessaire de faire son Esta. Le permis international ne semble pas obligatoire mais est, dans les faits, demandé.

Circuit deux semaines Ouest américain

Deux semaines en Arizona et au Nouveau-Mexique : notre itinéraire

Jour 1 – Paris – Minneapolis – installation à à Phoenix
Jour 2 – Découverte de Phoenix, nuit sur place
Jour 3 – Apache trail, Catalina State Park, nuit à Tucson
Jour 4 – Tucson et parc national de Saguaro
Jour 5 – Environs de Tucson, Tombstone et Bisbee
Jour 6 – Bisbee, Chiricahua national monument, route vers Silver City
Jour 7 – City of Rocks State Park, White Sands, nuit à Alomogordo
Jour 8 – The Very Large Array, nuit à Albuquerque
Jour 9 – Albuquerque, Turquoise trail, soirée et nuit à Santa Fe
Jour 10 – Santa Fe, nuit à Taos
Jour 11 – Taos et Taos Pueblo, Rio Grande Gorge Bridge, Ghost Ranch, nuit à Abiquiu
Jour 12 – Route et passage par Bisti Badlands, nuit à Farmington
Jour 13 – Canyon de Chelly
Jour 14 – Canyon de Chelly, Parc national de Petrified Forest, nuit à Sedona
Jour 15 – Sedona, retour à Phoenix
Jours 16 et 17 : retour Phoenix – Los Angeles – Paris

Voir cette publication sur Instagram

🇺🇸 « C’est tellement beau », « c’est trop beau », « j’ai déjà dit que c’était beau ? » : on a fait un peu les perroquets hier devant le #CanyonDeChelly 😍 Après la pluie, nous y sommes retournés pour le #coucherdesoleil. Nous étions très peu nombreux pour admirer ce que la nature avait à nous offrir 🏜 Finalement, nous n’avons eu le temps que de découvrir South Rim et allons ce matin observer North Rim, ce qui n’est que le début du programme vraiment ambitieux du jour, qui se terminera à Sedona. Réussirons-nous à voir tout ce que nous avons prévu ? Réponse dans quelques heures 😉 Bonne (fin de) journée ! #LiliInWestUSA #LiliInArizona . . . . . #canyon #blogvoyage #awesome_earthpix #landscape_captures #voyage #nature_wizards #awesomeearth #ourplanetdaily #earth_deluxe #instanaturelover #nature_prefection #allnatureshots #nature_brilliance #EarthVisuals #fantastic_earth #unlimitedplanet #landscapelovers #unitedstatesofamerica #igersusa #loves_united_states #americandream #unlimitedusa #canonphotos #canonrebel #canonphotographer #sunset

Une publication partagée par LeBlogdeLili | Paris – Voyage (@blogdelili) le

Aller à Phoenix depuis Paris

Nous avons rapidement compris que Phoenix était une destination chère du point de vue des vols. Nous avons surveillé les prix et comparateurs pendant un mois. Au moins cher et par des compagnies dont nous ne soupçonnions pas l’existence, nous avons vu des billets (parfois hors bagage en soute) à partir de 810-850€. Au passage, je m’étonne que sur des vols long courrier, le bagage en soute soit de plus en plus souvent une option payante.

Quelques semaines avant notre réservation, en décembre, British Airways était concurrentiel et presque le moins cher mais avait augmenté entre temps. Air Tahiti Nui était la compagnie la moins chère, de 200€, au moment où nous avons réservé (à partir de 810€). Ne connaissant pas du tout la compagnie et les vols arrivant vraiment tard et partant vraiment tôt, nous n’avons pas osé tenter. Cela vaudrait la peine de bien se renseigner pour un prochain voyage.

Au final, rencontrant des problèmes techniques au moment du paiement sur le site Air France, nous sommes passés par le site de Delta. Les deux compagnies travaillent ensemble. L’aller-retour Paris-Phoenix nous a coûté chacun 1040,89€, un prix pas si lointain de notre aller-retour à Sydney avec Emirates il y a deux ans. Ouch !

En accédant à ma réservation après paiement, j’ai remarqué que des places nous avaient été attribuées de façon aléatoire. Par défaut et même s’il y avait pas mal de places disponibles pour les trois vols opérés par Delta, nous n’étions jamais côte-à-côte et jamais près d’un hublot. J’ai pu changer cela facilement mais me suis félicitée d’avoir vérifié tout cela rapidement. Il a fallu attendre pour réserver nos sièges via Air France pour le deuxième vol, le Los Angeles-Paris, du retour.

Les vols se sont bien passés, même si la neige a Minneapolis nous a fait perdre quelques heures sur le premier jour de voyage. Nous sommes arrivés en soirée au lieu d’en milieu d’après-midi. Nous avons expérimenté – « grâce » à une blessure au pied – la zone Comfort + de Delta sur le vol Paris-Minneapolis. Honnêtement et si vous en doutiez : avoir plus de place change tout ! J’ai ainsi pu suivre les recommandations médicales qui m’avaient été faites ainsi que bouger et marcher toutes les heures.

En vol, les repas étaient bien, les télés, sur les deux long courrier, fonctionnaient et le choix de films était comme il fallait. Il est évident que nous voyagerons de nouveau avec Air France et Delta.

Vol avec Delta airlines - Le blog de Lili

Vol avec Delta airlines - Le blog de Lili

L’aéroport de Minneapolis sous la neige

La réservation de nos hébergements en Arizona et au Nouveau-Mexique

Nous avons réservé nos chambres d’hôtel deux mois à l’avance. À Santa Fe, 67% des chambres proposées sur Hotels.com étaient déjà complètes. À Taos, le choix d’hébergement était réduit. Dans certaines villes, comme Bisbee, les options étaient vraiment très limitées. Mais nous avons réussi à trouver des logements partout sans problème : hôtels surtout mais aussi un B&B et une caravane.

Évidemment, plus l’on est souple sur l’allure de la chambre, plus il est simple de trouver !

Voyage au Nouveau-Mexique - Le blog de Lili

Une nuit au Nouveau-Mexique

La location de voiture

La location de voiture nous a donné du fil à retordre car la majorité des loueurs n’acceptait que la carte de crédit et non la carte de débit. Hors, nos deux cartes, dont la mienne qui est une Visa Premier et a donc toutes les assurances pour une location de voiture, sont des cartes de… débit (on fait partie de ces gens qui veulent être débités tout de suite et non à la fin du mois). Sur le site Rentalcars, que nous n’utilisons pas d’habitude, il est possible de mettre son type de carte bancaire comme critère de recherche. Nous n’avons donc eu le choix qu’entre deux loueurs, dont Thrifty, que nous avons choisi.

Notre histoire de carte de débit a fait que les locations trouvées étaient 100 à 200€ plus chères que les meilleures affaires (Sixt, etc.). Nous avons finalement eu un package qui incluait GPS (nous en avions apporté un mais celui loué était ultra simple d’usage, comme si nous étions sur un smartphone qui connaissait tout : le gros confort !) et des conducteurs additionnels (option un peu obligatoire car la carte Visa Premier est à mon nom mais Monsieur, pourtant assuré par elle, est le conducteur principal).

Comme nous avions à rouler quelques heures sur une piste (finalement bien plus que prévu), nous avons opté pour un SUV (les frayeurs avec les routières nous ont déjà refroidis). Blessée au pied, seul Monsieur pouvait conduire. Il était d’autant plus important qu’il aie la voiture qu’il sentait bien pour les milliers de kilomètres du voyage qui nous attendaient. La Jeep était top et confortable !

La prise de location s’est parfaitement passée chez Thrifty. Notre interlocuteur était sympa et, miracle absolu, n’a pas essayé de nous faire prendre d’autres options. Nous avons eu ensuite eu un large choix de véhicules dans le parking, ce qui est toujours sympa (cela fait plusieurs voyages/années que cela ne nous est pas arrivé !). Le retour a été simple également.

Voyage en Arizona - Location d'une Jeep chez Thrifty

À White Sands, au Nouveau-Mexique

Voyage en Arizona - Location d'une Jeep chez Thrifty

Sur les pistes d’Arizona

Voyage en Arizona - Location d'une Jeep chez Thrifty

Promis : Jeep ne nous a pas prêté un centime pour cette photo 😉

Le budget de notre voyage

A titre indicatif, le budget pour une personne, pour un voyage en Arizona et au Nouveau-Mexique sur 17 jours, a été de 3000€.

Budget de notre voyage en Arizona et au Nouveau-Mexique

Impressions et anecdotes en vrac

De la crème solaire en accès libre

En Arizona, principalement dans le Sud de l’État (vers Tucson, Tombstone, etc.), nous avons été marqués par la présence de distributeurs de crème solaire gratuite. Avec un tel soleil et si peu d’ombre, c’est une très bonne idée ! Bonus : les crèmes semblaient vraiment hypoallergéniques et sans parfum.

Contrôlés près de la frontière mexicaine

Nous avons expérimenté le contrôle frontalier car le point le plus au Sud de notre voyage était vraiment proche du Mexique. En remontant, au milieu du désert, nous avons dû montrer patte blanche : vérification de nos papiers et permis internationaux, coup d’œil à l’arrière de la voiture.

Le désert, rien que le désert

Le désert a été l’un des maîtres mots du séjour, en Arizona comme au Nouveau-Mexique : nous avons énormément roulé au milieu de « rien ». La nature s’étalait à perte de vue devant nos yeux, changeant de couleur, se déroulant à mesure que nous avancions. C’était incroyable et toute cette beauté n’était que ce que nous avions envie de voir. Je suis presque émue de l’écrire. Une certaine idée du bonheur (avec un serpent à sonnette sur le bord de la piste, attention tout de même où votre bonheur met les pieds) !

Sur les routes du Nouveau-Mexique

Le tri sélectif

J’ai l’impression que c’est la première fois dans l’Ouest américain que je voyais la possibilité de trier ses déchets dans les hôtels. Le tri sélectif n’était pas proposé partout mais il y a un petit sursaut dans le bon sens. Dans les magasins, les sacs sont parfois à volonté, parfois payants. Nous avions emmené un sac de courses.

Faire ses courses en Arizona et au Nouveau-Mexique

En parlant de courses, Walmart, grande chaîne d’hypermarchés démesurés, nous a un peu déçus. Jusque là, j’y avais toujours trouvé des salades sympas, même si pas très variées à force. Cette fois, ce n’était pas la régalade. Les quelques salades proposées étaient de piètre qualité, le plus souvent avec du poulet (je ne mange pas de volaille, donc…). Les repas ont trop souvent été composés de tranches de pain et de cheddar, de tomates cerises et bâtonnets de carottes trempés dans du guacamole avec une pomme hors de prix ou une banane en dessert. Au Nouveau-Mexique, nous sommes même allés dans un Walmart qui vendait des armes mais pas de fruits ni de légumes. Euh…

Dans quelques villes, nous avons trouvé des bars à salade dans des magasins bios, coopératives ou chez Whole foods market, enseigne que nous avions découverte à San Francisco.

L’Arizona et le Nouveau-Mexique pour une buveuse de thé

Si j’apprécie l’odeur du café, je n’en bois pas. Je suis team thé. Le fait est qu’il n’y en a pas souvent dans les hôtels, contrairement au café. Il est tout de même arrivé que des sachets soient proposés ou qu’il soit possible de faire de l’eau chaude avec les machines à café. Promener quelques sachets ou anticiper ce manque éventuel peut donc être une bonne idée.

Le cas Game of thrones et HBO

La dernière saison de « Game of thrones » a commencé à être diffusée quand nous étions aux Etats-Unis. Quelle bonne surprise de constater que nous avions facilement et le plus souvent accès à HBO. Nous étions heureux de voir que les sous-titres en anglais nous suffisaient pour comprendre les épisodes. Nous sommes rentrés en France à jour !

Une région des Etats-Unis peu fréquentée par les Français

Lorsque l’on visite les grands parcs de l’Ouest américain ou New York, les touristes français sont partout !

Nous avons croisé notre premier couple de touristes francophones à Santa Fe, le 10e jour. Et encore, il pouvait venir du Canada ! En quittant le Nouveau-Mexique et en revenant plus au Nord de l’Arizona, c’est au canyon de Chelly que nous avons croisé une famille française. C’est reposant et dépaysant de n’être entourés que de personnes d’autres nationalités ! Les touristes allemands n’étaient pas si rares. en revanche.

Le grand classique lors de nos road trips, ce sont les conversations (sommaires hein) avec les femmes qui tiennent les stations essence et me demandent toujours d’où je viens, commentant mon accent, un accessoire que j’aurais sur moi ou autres.

Un hashtag sur les réseaux sociaux : #LiliInWestUSA

Pour voir plus de photos, et aussi celles de Monsieur, n’hésitez pas à chercher le #LiliInWestUSA, notamment sur Instagram.

Il me faut toujours un peu de temps pour écrire tous les articles liés à un voyage mais j’ai vraiment hâte de partager la suite avec vous. Si vous avez des questions ou remarques, n’hésitez surtout pas à le faire en commentaire !

A bientôt !

Cet article vous a plu ? Épinglez-le sur Pinterest !

Retrouvez tous mes billets sur mes voyages aux États-Unis dans la rubrique dédiée ou en cliquant sur la carte interactive !

Appelez-moi Lili. J'ai 36 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior. J'habite à Paris ou tout près depuis plus de 15 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou Inspilia.