Avec PS : Oublie-moi !, je me suis plongée pour la 6e fois dans un roman du duo d’écrivaines Emma Green. Cette romance parle de la différence ou de la singularité mais aussi de famille, de la façon dont un noyau familial gère un drame, etc. Je l’ai appréciée, même si mes deux livres chouchous d’Emma Green restent Recherche coloc’ et (Im)parfait.

L’histoire de PS : Oublie-moi !

« Il a brisé son cœur et détruit sa vie. Elle va pourtant devoir se reconstruire avec lui… Léonore est belle comme le jour, mais elle vit dans l’ombre pour cacher son plus gros complexe et son plus douloureux secret. Pourtant, quand une agence de mannequins extra-ordinaires s’intéresse à elle, elle y voit une chance de se reconstruire. Mais ses espoirs se brisent lorsqu’elle découvre l’identité de son nouveau boss : Wolf Larsson, le garçon qu’elle aimait et qui a bien failli la détruire. Il fut son premier amour, son bourreau, son pire cauchemar… Huit ans après le drame, elle est devenue une lionne prête à tout pour survivre. Lui a gardé ses mots féroces et ses yeux de loup. Elle va devoir lui pardonner. Il va devoir se racheter. Pour raviver la flamme qui brûle encore entre eux, malgré tout« .

Mes impressions sur PS : Oublie-moi !

Léonore a 22 ans, étudie la criminologie, est belle et sort avec un photographe de mode. Elle a des liens distendus avec ses parents qui se sont séparés suite à un drame qu’elle a vécu lorsqu’elle avait 14 ans. Je ne me suis pas identifiée à elle, peut-être parce que nos personnalités ne se ressemblent vraiment pas.

Wolf a 25 ans et en avait 17 lorsqu’il a connu Léo. On le devine à l’origine du drame que les personnages ont traversé mais sans en connaître les contours. On le sait froid mais lié à sa sœur, à son associé et à sa tante Judith, internée à Sainte-Anne. Il ne doit pas avoir si mauvais fond, non ?

Wolf, « Strong », a monté avec son ami, « Strange », une entreprise de mannequinat dédiée aux beautés inhabituelles. Avoir une particularité physique et/ou un handicap est la marque de fabrique des modèles qu’ils emploient. Léonore entre dans la case… Ma sensibilité m’a joué des tours : je n’étais pas toujours très bien quand je lisais les descriptions des différences physiques des filles. Ca me faisait mal et me « coupait les jambes ». Pour autant, il reste bien de faire passer des messages et de ne pas montrer toujours seulement le côté lisse des choses.

J’ai l’impression que le duo Emma Green aime mettre en scène les relations intergénérationnelles. Il y a souvent une personne âgée qui a des choses à transmettre et une relation privilégiée avec au moins un personnage. Je trouve cela chouette même si ça ne correspond pas particulièrement à mon vécu.

Moi qui ne suis pas toujours patiente quand je lis, j’ai pu m’agacer au début de voir sans cesse évoqué le fait qu’un drame était survenu mais de ne rien en savoir. Emma Green a distillé des informations progressivement pour que le puzzle se reconstitue et que l’on comprenne exactement ce qu’il s’est passé et ce qu’il peut y avoir ou non à pardonner.

J’ai globalement passé un bon moment et lu le roman de bon cœur. Il m’a pourtant manqué un petit quelque chose, malgré quelques coups au cœur qui prouvent que certains passages ne manquaient pas d’intensité. Certains éléments m’ont semblé trop faciles et je n’ai pas forcément été complètement touchée par l’ensemble de la galerie de personnages secondaires. Le roman aborde des sujets importants et est réussi mais ne m’a pas complètement transportée.

Et vous, avez-vous déjà lu un roman signé Emma Green ?

PS : Oublie-moi !, d’Emma Green
Paru le 10 octobre 2019
Éditions Addictives
Retrouvez PS : Oublie-moi ! sur Amazon
Empruntez le roman à la bibliothèque de Paris

Découvrez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.