Monsieur et moi sommes allés découvrir une toute nouvelle adresse parisienne, à la fois restaurant, bar et galerie d’art : Le Joüy. La cuisine s’y veut audacieuse et le ton est donné : « Je ne cuisine pas pour les palais timides ». La carte est composée de plats imaginés pour être partagés. Chacun a son assiette et les précautions sanitaires de rigueur peuvent bien être respectées. Nous étions d’ailleurs en terrasse, à bonne distance des autres convives. La petite place calme sur laquelle donne le restaurant permet vraiment d’être parfaitement installés. Une adresse à découvrir !

Nos boissons

Pour l’apéritif, ne buvant pas d’alcool, j’ai tout simplement opté pour un mélange de jus de fruits.

Monsieur a opté pour un cocktail Golden Sugar (13€), à base de rhum Panela, liqueur de zeste d’orange et zeste de citron vert. Il a trouvé que c’était un excellent cocktail frais et relevé, étonnamment et agréablement peu sucré. Le Golden Sugar fait partie de ces cocktails qui font du bien car ils sortent des habituels Spritz et mojitos.

Pour accompagner son repas, il a dégusté un verre de vin blanc nature et minéral.

Nos entrées

Monsieur et moi avons commandé deux entrées et les avons partagées.

Nous n’avons pas résisté à l’appel de la burrata, soupe citron basilic, tomates cerises et coulis de poivrons (12 €), une option sucrée-salée. La buratta était vraiment ultra crémeuse, les tomates parfumées et le coulis onctueux avait des notes sucrées, une petite touche à laquelle Monsieur a particulièrement été sensible.

Nous avons aussi choisi le foie gras de canard maison au pastis et sa julienne de poivrons rôtis au romarin (18 €). Cette entrée était aussi généreuse que bonne.

Ce foie gras se partage car il est vraiment de belle taille et qu’il serait dommage de ne pas le faire découvrir aux autres convives mais aussi parce qu’il serait dommage de ne plus avoir d’appétit pour la suite ! Il est délicatement relevé, avec des arômes de fenouil et de pastis. Les poivrons accompagnent agréablement le foie gras en ajoutant une douceur, onctuosité et notes sucrées.

Nos plats

Nous avons commandé le plat signature du Joüy : les gnocchis de grand-mère Mano, crémés à l’eau de fleur d’oranger (11€). C’est un plat audacieux mais l’alliance qu’il propose est réussie. S’il est surprenant sur le papier, c’est parce que notre imaginaire associe plus naturellement la fleur d’oranger aux pâtisseries et desserts. Pourtant, force est de constater que son goût, bien que présent, se fait subtil et agréable. Avec ce plat, on est dans le registre du crémeux, du doux et du gourmand.

Nous avons également goûté l’émincé de faux-filet bio mi-cuit à la flamme, chantilly au lard (18 €). Il s’agit d’une bonne viande très tendre et fondante qui se partage facilement. La viande étant saisie au chalumeau, elle se marie vraiment bien avec les gnocchis qui apportent un contraste et une chaleur réconfortante. Déguster ce bœuf de qualité sans accompagnement serait dommage. La chantilly nappe les copeaux de viande. La photo montre presque plus une sauce : une chantilly posée à table par le serveur sous les yeux des convives serait ludique et permettrait peut-être une tenue plus longue. Rien de gênant à la dégustation en tout cas : nous nous sommes régalés.

Monsieur a dégusté une joue de lotte rôtie marinée au Combava et à la citronnelle, chou pointu d’Île-de-France (16 €). Le poisson est ferme et goûteux. Ce plat se prêterait aussi très bien au partage.

Nos desserts

Pour terminer, nous avons dégusté une soupe piquante à la fraise et au gingembre, dés d’ananas rôtis au malibu (8€). C’était un dessert vraiment agréable et très subtilement relevé. Le gingembre se fait très discret. Cette soupe de fraise était délicieuse !

Nous avons également dégusté le mi-cuit à l’envers au chocolat noir, au roquefort et aux noix (8€). Au nez, au moment où le dessert est apporté, l’on peut être surpris par l’odeur du roquefort combinée à la vue du chocolat. Mais, en bouche, tout est subtil et la noix fait vraiment le lien entre le fromage et le chocolat.

Nous avons apprécié découvrir une cuisine qui sort des sentiers battus et dégustée dans un cadre agréable. Après ce bon dîner, nous nous sommes promenés dans Paris, nous donnant un peu l’impression d’être en vacances.

Envie de réveiller vos papilles ? Laissez-vous emporter par la carte du Joüy !

Le Joüy – Galerie d’art, bar et restaurant
10 rue Montgolfier
75 003 Paris
Tél. : 01 45 68 99 86
Ouvert du lundi au samedi de 18 ou 19h à 23h
Restaurant climatisé
La page Facebook du restaurant

Merci de cette invitation !

Retrouvez tous mes billets « Restaus à Paris » sur une carte :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.