Monsieur et moi sommes allés découvrir une bonne adresse, Kafē Jean, pour un dîner parisien aux notes grecques. Dans son restaurant qui a ouvert en septembre, Arthur s’est entouré de Jamil Louanchi pour les cocktails et, en cuisine, du chef Nicolas Freyche, formé par Cyril Lignac. Si des plats sont également à la carte, c’est à la collection de mezzedes que nous avons fait honneur. Et nous avons été conquis ! Tout ce que nous avons dégusté était très parfumé et abouti. Les mets sont délicats et les dressages soignés. En cuisine comme au bar, les recettes changent à chaque saison : autant de bonnes raisons de retourner au Kafē Jean ! Choisissez votre banquette ou votre table haute et préparez vos papilles !

Déguster un verre au Kafé Jean

La carte des cocktails du Kafé Jean est riche et, cerise sur le gâteau, les recettes peuvent être déclinées sans alcool. C’est un point que j’apprécie particulièrement. J’ai donc goûté une version du Biche de Cérynie sans alcool de rose mais avec de la purée de litchi, du soda pamplemousse et de la mousse coco (9€ dans sa version originale, 7€ dans sa version soft). Une création originale et gourmande, qui m’a beaucoup plu !

Monsieur a découvert la Retsina, ancêtre du vin qu’Arthur souhaite mettre à l’honneur à travers de bons produits préparés par de jeunes vignerons. La Retsina est surprenante car elle a un goût de résineux, qui peut tout d’abord sembler déroutant puis se révèle être très intéressant. Elle est très agréable en apéritif ou bien en accompagnement de mezzedes.

Il a goûté deux Retsinas avant de choisir son vin blanc :

  • la Retsina Amphore Natur : après une maturation des raisins en fût pendant 15 mois, le vin est mis en amphore et son bouchon est colmaté de résine pour rendre l’ensemble bien hermétique. Puis l’amphore est mise en terre plusieurs mois. Le vin s’imprègne alors d’arôme et de goût de pin. Aujourd’hui, il semble que le goût de résineux puisse également provenir d’une intégration de pin directement au niveau du moult. La Retsina Amphore Natur possède un goût de résineux doux, enveloppant.
  • la Retsina « Tear of the Pine » n’a pas été élevée en amphore mais est produite avec tout autant de soin sur un domaine resté familial depuis 1911. Au nez et en bouche, le résineux est très présent et donne un vin particulièrement vif aux arômes d’agrumes et plus particulièrement de citron et de pamplemousse. C’est avec ce vin que Monsieur a choisi d’accompagner les premiers mezzedes du dîner.

De même, Monsieur a découvert des vins rouges très intéressants, aux goûts atypiques :

  • un Rapsani Terra Petra 2016 au goût de fraise très mûre
  • un Laurier noir Natur qui évoque un goût de cerise charnue
  • un Sclavos Monambeles 2019, un vin particulièrement tanique à l’odeur de cuir, presque animale. C’est avec ce vin que Monsieur a poursuivi le repas.

Un délicieux dîner autour de mezzedes à partager

Nous avons dîné de mezzedes, des spécialités grecques que nous avons partagées. Nous nous sommes laissés tenter par :

  • Pikilia, une grande assiette de houmous de betteraves, tzatzíki, tarama, olives de kalamata et pain pita (15€) : la garantie d’un début de repas ludique et convivial. Interdite de tarama pendant ma grossesse, j’avoue y avoir juste goûté (je n’ai pourtant fait quasiment aucune entorse aux recommandations durant ces huit derniers mois) car la tentation était trop grande. Tout était parfaitement cuisiné. Je ne suis d’ailleurs en général pas friande de betteraves et le houmous du Kafé Jean m’a pourtant bien plu.

  • Spanakopita fingers épinard – feta (4€), une enveloppe croustillante et délicate formée de feuilles de brick et un cœur doux et fondant d’épinard et de feta. Un agréable jeu de textures pour un ensemble à la fois frais et acidulé.

  • Keftedes, des boulettes de bœuf (5€), une autre recette délicieuse mettant à l’honneur une viande de qualité accompagnée d’aromates et d’une sauce onctueuse.

  • croque truffe Gravieria (9€). Au programme : du fondant, de l’onctueux et un agréable goût de truffe… aussi addictif que réussi !

  • Dakos avocat, feta, olives (6€), une spécialité crétoise qui associe des ingrédients que j’adore. La recette du Kafé Jean est ultra croquante, parfumée et fraîche.

L’heure du dessert au Kafé Jean

En dessert, Monsieur a choisi la mousse coco, litchi, pamplemousse et pistache (8€). Son choix a au départ été orienté par son souhait que nous dégustions deux desserts différents. Verdict : il s’est régalé et l’a trouvé vraiment délicieux ! La mousse douce et aérée de coco dissimule des morceaux de suprêmes d’un vivifiant pamplemousse et de litchi sur leur lit de crumble pulvérisé. Une belle surprise !

Pour ma part, j’ai opté pour le moelleux au chocolat, cœur passion (8€) et sa quenelle glacée de coco. Son cœur passion était très coulant et la « coque » chocolatée du moelleux vraiment à mon goût.

Vous l’aurez compris : nous avons dégusté un divin dîner franco-grec au Kafē Jean. L’accueil y est chaleureux, les plats délicieux, les cocktails savoureux… le tout avec une touche originale et des tarifs tout-à-fait abordables. Autant de bonnes raisons de découvrir cette vraie bonne adresse !

Et vous, quand succomberez-vous ?

Kafé Jean
9 rue de Trévise
75009 Paris
Tél. : 01 47 70 68 76
Ouvert du mardi au samedi
Déjeuner de 12h à 15h (en semaine)
Bar de 18h à 2h
Dîner de 19h30 à 22h30
Le site du bar restaurant

Merci beaucoup de cette invitation !

Retrouvez tous mes billets « Restaus » à Paris sur une carte

Appelez-moi Lili. Jeune maman, j'ai 39 ans, vis avec Monsieur, notre petit garçon né en février 2022, et, au rythme d'une garde alternée, avec son ado Junior, en apprentissage. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.