Carnets des guides bleus Hachette

Je suis récemment retournée au musée du Quai Branly-Jacques Chirac à l’invitation d’Hachette. En effet, l’éditeur a créé les carnets des guides bleus, une collection de guides au format poche destinés à faire (re)découvrir des sites et monuments de France et d’ailleurs. Chaque carnet comprend des parcours de visite pour le monument ou site mis en avant dans le livre, des anecdotes, des repères d’art et d’histoire, des quiz, etc. L’approche se veut vraiment nouvelle.

Pour fêter la sortie du carnet consacré au musée du quai Branly-Jacques Chirac, j’ai donc eu le plaisir de découvrir une sélection d’œuvres du musée à travers le regard de Katia Thomas, passionnante historienne de l’art, guide-conférencière au sein du musée depuis son ouverture et auteure du guide. La meilleure des façons pour comprendre l’esprit des carnets !

Redécouvrir le musée du Quai Branly à travers une sélection d’œuvres

Katia Thomas a guidé notre petit groupe à travers le musée du quai Branly-Jacques Chirac. Elle a fait la performance de ne nous présenter que quelques œuvres, pour nous en parler vraiment et nous montrer à quel point leur histoire leur donnait vraiment un sens et démultipliait, de mon point de vue, leur intérêt. Le quai Branly est consacré aux arts extra-européens et n’a probablement pas la collection la plus simple à percer à jour sans qu’elle soit accompagnée par des mots. A travers la visite, ou grâce au carnet des guides bleus, il est possible de connaître, y compris de façon ludique, des éléments culturels nous permettant de percer certains mystères. C’était passionnant !

Les carnets des guides bleus

Le musée présente des couleurs au sol permettant de savoir sur quel continent on se trouve : Asie, Afrique, etc. Il se visite aussi bien par une approche géographique que par parcours thématiques (par exemple : le masque). Le tout permet de se questionner sur les esprits, les ancêtres, le mariage, la mort, etc.

J’ai envie, moi aussi, de vous parler un peu de la sélection d’objets présentée ! Je ne suis pas spécialiste mais vous retranscris un peu de ce que j’ai appris, en espérant vous donner envie d’approfondir !

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Direction la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour commencer ! Nous avons pu observer des fragments de façade d’une maison des ancêtres. Ils s’accompagnent de tambours à fente et de crânes d’ancêtres (vidés avec l’appui des fourmis, oups !). Les tambours à fente sont des troncs d’arbre vidés depuis leur fente. On ne sait pas comment cette prouesse est possible ! Ces objets ont des visages et sont des ancêtres. Ils permettent d’expliquer toute l’organisation sociale. Là-bas, la terre appartient aux femmes et se transmet de mère en fille. Les hommes, eux, deviennent des guerriers. Ils naissent égaux. Les fils des chefs partent de zéro, comme tout le monde. Au cours des cérémonies des prises de grade, ils montrent leur autorité, par exemple en offrant des repas, démontrant ainsi qu’ils ne sont pas seuls. Si un homme apporte 200 phacochères avec son clan, c’est qu’il est méritant !

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac - Papouasie-Nouvelle-Guinée

Asie

C’est en Asie centrale que l’on trouve l’origine du chamanisme. Les premières préoccupations des gens étaient : pourquoi la chasse est mauvaise ? Pourquoi mes cultures ne poussent pas ? C’est une énorme responsabilité que d’être chamane ! On lui demande la guérison ou encore des rituels pour apaiser les esprits. Les chamanes sont autant des femmes que des hommes. Ils ont leurs activités la journée et on vient les voir le soir, en plus de leur activité. Ce n’est pas survalorisé comme on pourrait l’imaginer.

Direction le Moyen-Orient pour observer un palanquin de dromadaire : celui-ci est le seul présenté avec toute sa décoration en France.

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac - Palanquin du Moyen-Orient

Afrique

J’ai découvert l’existence des robes géantes !

Nous nous sommes aussi arrêtés devant les masques, ou les esprits, du Mali. Il faut les imaginer portés avec un costume et animés car l’on danse avec. Le masque se conçoit comme en mouvement. La danse rend la puissance de l’esprit. C’est fou d’imaginer le masque en maison à étages porté par un jeune malien qui danse ! Les grands masques sont portés par des jeunes mais les esprits les plus puissants sont dans les petits masques. Les hommes les plus âgés les portent.

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac - Masques africains du Mali

Nous nous sommes ensuite interrogés sur le vaudou car l’on a vite fait d’imaginer qu’un poupée avec des aiguilles en est un produit. Le vaudou a son clergé, ses lieux de culte. C’est une religion avec des éléments qui viennent des régions d’origine des Africains partis outre-Atlantique. En fait, c’est en Europe que l’on plantait des clous et non chez les vaudous ! La confusion vient du cinéma. Au musée du quai Branly, ce sont donc des statues protectrices que l’on voit avec des clous. Une grande statue sert pour des problèmes collectifs : les récoltes, etc. Les petits modèles sont pour les problèmes individuels. Plus il y a de clous, plus l’on comprend que le problème n’a jamais été résolu. Et certaines en sont couvertes !

Amérique

Direction la Colombie britannique, au Nord-Ouest du Canada !  Ce que l’on pourrait prendre pour un totem est en fait un mât héraldique. Un totem est un animal protecteur. Le mât se rapporte au statut social. Celui que nous avons vu dit « Je suis un descendant de la maman ours. À ce titre, je mérite ma place de chef ». C’est politique. Une vidéo peut vous permettre d’en savoir plus.

Notre dernier arrêt nous a conduits à parler de la Diablada du carnaval de Oruro et des danses rituelles des Andes. Des costumes qui ont été utilisés il y a quatre ans sont exposés au musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac - Diablada Musée du Quai Branly - Jacques Chirac - Diablada

Les carnets des guides bleus

Chaque carnet des guides bleus est vendu 10€. L’éditeur m’a offert les trois nouveautés sorties en juin : le château de Vaux-le-Vicomte , Carcassonne et les châteaux cathares et, « bien sûr » le musée du Quai Branly. Mais vous trouverez aussi Le Louvre , le Mont Saint-Michel, le Vatican, le château de Fontainebleau, etc. En septembre viendront « Chambord et Chenonceau » et « Paris au fil de la Seine » !

Approfondir vos connaissances sur un site ou un monument, est-ce quelque chose qui vous intéresse ? J’espère en tout cas vous avoir donné envie !

Merci beaucoup aux équipes d’Hachette et à Katia Thomas pour cette découverte !

Retrouvez mes billets « Monuments et musées à Paris »

Appelez-moi Lili. J'ai 35 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior. J'habite à Paris ou tout près depuis 15 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.