Un jour où je me suis rendue à la bibliothèque pour emprunter « Le Journal d’un vampire », le livre était déjà sorti. J’ai donc demandé conseil à l’une des personnes qui y travaillent et elle m’a conseillé « Hush, hush », m’assurant que les anges étaient « la nouvelle mode après les vampires ». Soit ! Je suis ressortie avec et ai bien aimé.

hush-hush.jpg

Ce que dit la quatrième de couverture

L’histoire

« Dans la ville brumeuse de Portland, Nora tente de mener une vie ordinaire depuis la mort violente de son père. Lors d’un cours de biologie, elle fait la connaissance de Patch. Il est séduisant, mystérieux, toutes les filles en sont folles, mais Nora est perplexe. Comment Patch peut-il en savoir autant sur son compte ? Pourquoi est-il toujours sur sa route quand elle cherche à l’éviter ? Sans le savoir, Nora se retrouve au beau milieu d’un combat séculaire agitant des êtres dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. Et en tombant amoureuse de Patch, elle va découvrir que la passion peut être fatale. »

Un succès

« Premier roman de Becca Fitzpatrick, Hush, Hush a connu un succès immédiat, entrant dès la première semaine sur les listes des best-sellers. Vendue dans plus de trente pays, cette histoire d’anges déchus est devenue un véritable phénomène littéraire. »

Alors, alors ?

Ca a été presque un peu difficile après une pause sans lecture de quatre jours de changer d’univers aussi vite. J’ai lu « Hush, hush » peu après »Le livre de Saskia« , une autre histoire d’anges dans un autre lycée. Les deux romans sont différents mais se télescopent un peu dans mon esprit.

La couverture est sombre, et c’est adapté à l’histoire, un peu dérangeante. Le monde dans lequel évolue Nora est perturbant, moins ancré dans un imaginaire de rêve un peu magique que le monde de Saskia. Il est moins question d’une arme à choisir et qui nous choisirait – comme Harry Potter et sa baguette – que de s’infiltrer dans l’esprit des autres, d’anges pas si angéliques, de danger imminent.

Dans ce livre encore, il est question de lycée, de désir naissant, de sentiments exarcerbés, de fascination et de rejet. C’est un livre de son époque, quitte à doublonner un peu les autres romans. J’ai trouvé le début parfois un peu trop mièvre, trop ado et pourtant, l’histoire prend des tournures plus dramatiques et noue l’estomac. Pas si ado que ça, donc. À 12 ans, j’aurais préféré lire Harry Potter – qui n’était pas né (snif) – que « Hush, hush ». Je compare peut-être ce qui n’est pas comparable.

L’histoire des anges : les gardiens, les déchus, le jardin d’Eden… Tout ça m’a semblé un chouillas complexe.

J’ai l’impression d’écrire une critique négative mais j’ai pourtant apprécié la lecture de ce livre, bouclé en moins de deux jours. On se demande un peu, à la manière du Cluedo, « qui est le meurtier ». J’ai donc accroché à l’histoire. Mais, en refermant le livre, je ne me sentais pas très bien et j’ai presque ressenti le besoin de faire une pause avec ce type de livres.

Il existe un deuxième tome, une suite qui vient de paraître : Crescendo. Mais je ne le lirai pas dans un proche avenir. Besoin de respirer, de lire autre chose !

Entre temps, « Le Journal d’un vampire », que j’avais réservé, s’est libéré. Mais après tout ça, un peu de chick lit ou un roman tout ce qu’il y a de plus classique, me fera vraiment du bien ! Au secours, je suis vampirisée !

Et vous, où en êtes-vous côté lecture ?

Découvrez Hush, Hush sur Amazon

Retrouvez tous mes billets « livres »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.