Danseuse - Visuel : Pixabay

Ma soirée de ce lundi mérite bien un petit article ! De toute façon, j’ai les membres tellement endoloris que seuls mes doigts peuvent encore servir ! En gros : à part pianoter avant la douche, et mieux le sommeil !, je ne suis plus bonne à rien.

Petit rappel pour ceux qui n’auraient pas suivi : j’ai pris des cours de danse de 4 à 19 ans : 13 ans de classique et 8 de modern’ jazz, dans deux écoles différentes : une nullissime puis dans une pas mal. Ca ne m’a pas réjouie d’arrêter mais je ne savais pas vers quelle école me tourner et avais du mal à faire le pas de pousser à nouveau la porte d’une école de danse. Le fait d’avoir commencé la gym suédoise en 2007 m’a remis au sport. J’aime bien mais ça manque de chorégraphies. Ce n’est pas de la danse en somme !

Alix, une amie, me parle un soir du studio de danse où elle va parfois. J’essaie de me motiver et n’ai pas envie de reculer encore devant une envie donc je prends mon courage à deux mains et mes affaires de sport dans un sac et hop, direction le studio ce soir ! La question délicate était celle du niveau à choisir. Il en existe six : débutant, débutant moyen, moyen, moyen intermédiaire, intermédiaire et intermédiaire avancé. Je me décide pour cours moyen en jazz en me disant que ça pourrait éventuellement correspondre et qu’au pire, je limiterais les dégâts.

Bref, j’arrive au studio. La madame m’explique où sont les vestiaires, où est la salle G et je suis à 18h50 devant ladite porte. Des filles sont là et s’échauffent. Hum, euh, c’est normal que la demoiselle soit en grand écart facial quand elle trifouille sur son portable ? Et qu’elle s’allonge ensuite le buste au sol l’air de rien ? Euh, et l’autre là qui dit d’un air mi-catastrophé mi-amusé « olala, 5 ou 6 semaines au moins sans danse ! ». Ouuuais, 5-6 ans pour moi… Je peux rire ? Ahhhh, qu’est-ce que je fais là ? Les voir s’échauffer fait vraiment flipper.

Le cours commence assez en retard vers 19h15, j’ai eu le temps de bien stresser devant la salle sur ma chaise. La question principale à ce moment là est « à quelle sauce vais-je être mangée ? ». Les exercices d’échauffement ne se passent pas mal. Disons qu’il est évident que je ne suis pas comme un poisson dans l’eau mais je garde la face. Là où ça se complique, c’est quand on en vient aux assouplissements en grand écart. Ola, c’est quoi ce machin qui a craqué dans mon bassin ? Y’a quoi dans le corps humain ? Euh, 6 ans sans danse, ça se sent !

Le prof, a priori un américain qui enseigne également au conservatoire national de Paris, baragouine quelques mots en français, je ne capte rien en fait. Mais il ne parle pas trop donc bon… Il tente de m’expliquer deux trucs mais je crois que la bonne conduite à tenir dans ces cas là, c’est de m’oublier !! Pas là la Lili ! La chose rouge qui danse en débardeur blanc, tu l’oublies !

J’ai cru être proche de signer mon arrêt de mort quand est venu l’enchaînement qui multiplie les pirouettes et les pas que je n’ai jamais appris. C’est beau, la solitude ! Le prof a la délicatesse de diviser le groupe en trois alors que nous ne sommes que douze. Je peux donc faire profiter de mes exploits aux autres. C’est pas cool, ça ? Que l’on se rassure, je ne suis peut-être pas La plus nulle mais je fais bien partie des deux voire trois (si je suis sympa avec moi-même) les plus en difficulté !!

Le dernier enchaînement que l’on apprend n’est pas beaucoup plus simple mais je l’assimile mieux. Disons que j’ai juste l’air de ne pas être au niveau mais que je sauve les meubles. On le répète plusieurs fois par six. Je commence à me demander si on me réserve quelque chose de pire pour la fin du cours… mais non ! 20h47, c’est terminé. On applaudit et je ne m’abaisse même pas à aller dire au prof : « alors, débutante ou débutante moyenne ? ».

Mais je suis fière de moi ! (est-ce que cela sera encore le cas demain matin quand je n’arriverai plus à marcher tellement j’ai mal partout ?).

Allez, à la douche !!

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.