Tout début octobre, j’ai été conviée à passer un week-end en Eure-et-Loir, durant lequel je suis allée pour la première fois dans Le Perche. Cette belle destination nature et culture n’est qu’à une heure et demie des portes de Paris. J’y ai assurément trouvé ce que j’espérais. Sur la route qui nous a menés de Chartres au parc naturel régional, la beauté des vergers était annonciatrice du côté très préservé que nous avons ressenti à Thiron-Gardais comme aux Communs du Perche.

Je vous raconte aujourd’hui les 24 heures passées entre escape game, ateliers cuisine aux côtés d’un chef étoilé et slow cosmétique, bonnes adresses, concert privé et visite du château des Comtes du Perche sur fond de feu de cheminée et de plein de doux souvenirs.

Une matinée à Thiron-Gardais

Thiron-Gardais est notamment connu pour son collège royal et militaire, demeure de Stéphane Bern depuis 2013. La visite sera pour une prochaine fois car les lieux sont ouverts à la visite de juin à septembre. Mais ne vous y trompez pas : nous nous sommes construits de beaux souvenirs dans la commune, entre escape game au domaine de l’abbaye et coup d’œil à l’église abbatiale avant un déjeuner dans les environs.

Nous avons pris quelques instants pour découvrir l’église abbatiale de Thiron-Gardais, héritage du Moyen-âge et l’ordre de Tiron. Sa nef ne fait pas moins de 64 mètres de long sur 12 mètres de large. Le clocher date de la transformation de l’abbaye en collège.

Un escape game au domaine de l’Abbaye

A Thiron-Gardais, nous avons eu le plaisir de faire un escape game au domaine de l’Abbaye. Le lieu propose trois salles : une par énigme. En 2020, les trois jeux proposés sont :

  • Meurtres de sang-froid (difficulté 3 sur 5)
  • Les secrets des moines de l’Abbaye (difficulté 2 sur 5)
  • Le grenier (difficulté 4 sur 5)

Ils sont prévus pour 3 à 6 joueurs, à partir de 10 ans avec un adulte. Comptez de 16 à 22€ par joueur selon l’heure et le nombre de participants.

C’est le grenier que j’ai testé en compagnie de quatre autres enquêteurs de choc.

L’intrigue ? « Oserez-vous monter dans le grenier de votre enfance ? Ce grenier chargé d’histoires et de mystères… Si vous voulez récupérer un objet cher à vos yeux, vous n’allez pas avoir le choix. Mais attention, le grenier est piégé ! »

Bon, c’est là que je vous avoue que nous n’avons malheureusement pas gagné. Nous avons buté sur la toute dernière énigme à laquelle nous avons consacré beaucoup de temps (gloups) ! Mais ça aura été un plaisir de participer à ce jeu collaboratif avec des amis blogueurs. Manipulation, déduction, entraide, etc. : un escape game est une véritable fabrique à souvenirs !

Domaine de l’Abbaye
Grange aux Dîmes
18 rue de l’Abbaye
28480 Thiron-Gardais
Le site du domaine de l’abbaye

Un déjeuner au Perch’Oir

Nous avons ensuite déjeuné au Perch’Oir, une bonne adresse située à quelques kilomètres de Thiron-Gardais et qui met à l’honneur les produits locaux et faits maison. On entre d’ailleurs par une partie boutique avant de découvrir une salle vraiment joliment décorée et sa terrasse qui doit être bien agréable en été.

L’amuse-bouche a donné le ton – créatif – du repas.

En entrée, la chef nous a proposé un fabuleux œuf poché dans sa brioche avec du lard grillé. Je crois que je ne m’en suis pas encore remise !

Nous avons poursuivi avec de la tempe de cochon et des frites. Mon rapport avec la viande étant un peu compliqué et ne remettant donc pas un instant en question la qualité des mets servis, je n’ai pas forcément fait honneur comme il se doit au plat mais me suis régalée avec les frites (oups !).

En dessert, la chef nous a servi son millefeuille chocolat blanc, caramel praliné et praliné de cacahuètes… Aussi réussi en goût que visuellement !

Le Perch’Oir est assurément une vraie bonne adresse !

Le Perch’Oir
4 bis Route de Thiron
28 480 Argenvilliers
Le site du Perch’Oir

Comme dans un cocon aux Communs du Perche

Dans le Perche, nous avons passé près de 24h dans un domaine dédié à l’accueil « all inclusive » de groupes : les Communs du Perche. Familles, amis ou collègues y trouveront leur bonheur. Le lieu est installé dans les communs du château de Charbonnières. Ce qui figurait parmi les plus belles écuries de la fin du XIXe siècle est aujourd’hui un lieu de vie chaleureux et décoré dans un esprit moderne et cocooning. Confortablement installés près du feu de cheminée dans le vaste salon, le réconfort est assuré !

Les joueurs peuvent faire quelques parties de billard, fléchettes ou baby foot.

Je suis allée faire un tour à la piscine, à la température revigorante, et au hammam, au contraire très chaleureux. Il aurait été dommage de ne pas en profiter !

Les chambres sont plus sobres mais j’ai finalement passé peu de temps dans la mienne puisque la maison principale est vraiment conçue comme un lieu de vie. Cela peut sembler être un détail mais j’ai beaucoup apprécié les produits à la verveine proposés dans la salle de bain !

En période de crise sanitaire, ce sont les propriétaires qui garnissent nos assiettes pour le petit-déjeuner. Mini-viennoiseries, confitures faites maison, fromages, jus, etc. : il y en a pour tous les goûts, que l’on soit porté sur le salé, le sucré ou les deux !

Un atelier slow cosmétique avec Audrey de Divine et Bio

Nous avons fait connaissance avec Audrey, esthéticienne à domicile qui est venue jusqu’à nous pour un atelier slow cosmétique.

Elle nous a parlé de son parcours et de sa recherche d’alternatives aux cosmétiques traditionnelles. Elle travaille avec petits producteurs. Un atelier est l’occasion d’apprendre ou de consolider ce que l’on sait sur les règles à respecter lorsqu’on créé soi-même ses produits de beauté et notamment :

  • la propreté : pas question de ne pas tout désinfecter soigneusement
  • le test de 48h dans le pli du coude lorsque l’on essaie une nouvelle huile essentielle
  • l’étiquetage et la mention de la date limite d’utilisation du produit créé chez soi
  • le respect des dosages
  • la traçabilité : il faut écrire sa recette

Nous avons créé :

  • une crème pour les mains : moi qui en utilise assez peu généralement, je suis obligée cette année d’en appliquer quotidiennement car les incessants lavages et désinfections des mains liés à la crise sanitaire abîment mes mains de façon presque inquiétante. Rien de tel qu’une bonne crème nourrissante, que je laisse finalement toujours au frigo. J’adore cette fraîcheur ! Le pot est presque terminé…
  • un roll-on anti-sress, que j’applique moins souvent mais qui a aussi un effet doudou

Très sympa !

Une collation fabriquée en Eure-et-Loir

Une collation made in Eure-et-Loir par les Vergers de Beauce nous a été proposée. Pour ma part, j’ai opté pour la limonade citron glacé, qui m’a beaucoup plu. Elle était très pétillante, avec des bulles fines.

Un dîner signé l’Auberge de l’abbaye

L’auberge de l’abbaye située à Thiron-Gardais est venue jusqu’à nous puisque nous avons dîné aux Communs du Perche de petits plats soignés concoctés par l’équipe de l’auberge.

Le repas a débuté pour un délicieux amuse-bouche à l’œuf mimosa et aux œufs de truite. Les roulés disposés ça et là sur la table étaient également très à mon goût !

Nous avons poursuivi avec une salade de betteraves – une pochée, une rôtie au four et une sous forme d’espuma – avec du thon fumé.

En dessert, la poire au chocolat, cœur mousse au chocolat, nougatine, cacahuètes et grué de cacao était plus qu’agréable.

Un atelier cuisine avec Laurent Clément, chef étoilé

Le lendemain, le chef étoilé Laurent Clément, ancien chef du Grand monarque à Chartres, est venu à notre rencontre. Nous avons cuisiné à ses côtés à l’occasion d’un atelier puis avons dégusté les mets préparés avec lui.

Laurent Clément fait le marché avant ses ateliers cuisine au Cours Gabriel, dont je ne vais pas vous parler très longuement puisque le chef part exercer à Belle-Île-en-Mer dès janvier 2021.

Il défend une cuisine locale et de saison avant tout et bio si le 3e critère est possible. Son conseil pour savoir comment acheter local sur un marché est de regarder où achètent les locaux.

Notre atelier s’est déroulé le 2e jour de la saison de la coquille Saint-Jacques. Nous avons reçu quelques conseils sur ce produit et appris qu’une Saint-Jacques fraîche se mangeait sous cinq jours et se conservait avec du papier absorbant en dessous et un film au-dessus. Des conservateurs sont utilisés pour les Saint-Jacques surgelées.

Nous avons ainsi dégusté une entrée et un plat à base de Saint-Jacques, ce qui m’allait parfaitement. Nous avons commencé par un tartare de Saint Jacques avec du quinoa avant de poursuivre sur une viennoise de Saint-Jacques avec des choux de Bruxelles.

Pour faire honneur au début de la saison des poires, nous en avons dégusté une farcie à la crème brûlée. Délicieuse également !

Fin de soirée au son de la voix de Valentine Lambert

En fin de soirée, nous avons eu le plaisir d’assister à un concert acoustique de Valentine Lambert aux Communs du Perche, rien que pour nous. La jeune artiste a des influences country et folk. Le moment était vraiment parfait, véritable parenthèse pendant laquelle se laisser bercer par une jolie voix après une journée également des plus agréables.

Communs du Perche
7 bis rue du Château
28330 Charbonnières
Le site des Communs du Perche

Étape au château des Comtes du Perche

Pour la dernière étape de ce beau week-end en Eure-et-Loir, nous avons visité rapidement le château des Comtes du Perche, situé à Nogent-le-Rotrou. Depuis un an, ce monument historique doté d’un donjon du XIe siècle est devenu musée d’Histoire. 1000 ans d’histoire du Perche sont racontés.

Nous avons manqué de temps pour en faire l’expérience mais des tablettes interactives et tactiles sont mises à disposition et même, hors crise, des casques 3D.

Château des comtes du Perche
Place Émile Maquaire
28400 Nogent-le-Rotrou
Le site du château

J’espère vous avoir donné envie d’aller vous ressourcer dans le Perche ! N’hésitez pas à épingler cet article sur Pinterest. Connaissez-vous déjà ce parc naturel régional et/ou l’Eure-et-Loir ?

Un grand merci à Eure-et-Loir tourisme, à Suzanne et à Emilie pour l’organisation de ce week-end !

Retrouvez tous mes billets sur mes escapades en France :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.