Au retour des vacances de Noël, Monsieur et moi avons cédé au phénomène du moment en regardant « The Witcher », série Netflix sortie fin décembre. L’histoire est basée sur huit romans d’un auteur polonais, qui auraient tout de même trouvé un million de lecteurs en France ! Une adaptation existait déjà en jeux vidéos. « Le Sorceleur » se veut être de la dark fantasy, dans un esprit médiéval. Notre avis est un peu contrasté puisque nous avons tour à tour eu envie de lâcher la série. La fin de saison nous a paru bien meilleure et nous voilà à attendre (longtemps) la saison 2.

The Witcher : l’histoire

« The Witcher est un conte épique portant sur le destin et la famille. C’est l’histoire du destin entrelacé de trois individus dans le vaste monde du Continent où humains, elfes, sorciers, gnomes et monstres se battent pour survivre et prospérer, et où le bien et le mal peinent à se différencier. »

Nos impressions sur « The Witcher »

Environ 8 heures d’épisodes

Si la saison 1 ne compte que huit épisodes, ces derniers sont longs : autour d’une heure chacun. Presque un peu trop longs à mon goût certaines fois !

Des créatures à la pelle

Je n’ai pas aimé les elfes, les monstres vraiment affreux (soit parce qu’ils sont laids soit parce que les masques étaient douteux ou bizarres) et la violence parfois un peu « crassoue ». J’ai trouvé compliqué le nombre de créatures différentes et l’univers pas complètement clair.

Des repères temporels difficiles à trouver

J’ai été un peu perturbée par la temporalité complexe de la série. On comprend peu à peu que les scènes se succèdent dans le désordre, y compris lorsqu’on suit un même personnage. Si les choses se calent peu à peu, j’aurais vraiment apprécié une petite indication en bas d’écran sur l’année ou le moment de la scène. Moi qui ai toujours besoin d’une structure temporelle et de caler les faits sur un agenda, j’ai trouvé ça perturbant. Quand un personnage évoque « ces dernières décennies » et que personne ne semble vieillir, on comprend que l’histoire n’est pas basée sur le temps mais plutôt sur une destinée.

Un visionnage un peu poussif de la première partie de saison

La première partie de saison nous a parfois laissés au bord de la route. Après le 3e épisode, j’en avais marre et ai raccroché au 4e. Monsieur n’a pas forcément aimé ou été gêné par les mêmes choses que moi et ce 4e épisode lui a semblé d’un ennui fini. Le fait de ne pas avoir été tenus en haleine par les mêmes choses a sans doute fait que nous n’avons pas décroché puisqu’il y en avait toujours un qui voulait connaître la suite. Le fait de savoir à quel moment les personnages allaient se rencontrer (ou pas) et d’en apprendre plus sur eux a globalement été mon plus gros facteur de motivation.

Une 2e moitié de saison plus convaincante

La deuxième partie de la saison est plus claire, moins fouillis… même si je n’ai toujours pas tout compris. Elle donne envie de se documenter un peu en parallèle pour décrypter davantage l’univers de « The Witcher ».

Des personnages attachants

C’est Henry Cavill qui prête ses traits à Geralt of Rivia, le sorceleur. Je me suis attachée au personnage, pourtant peu bavard. Sont-ce nos deux mois d’écart qui me donnent l’impression de m’y retrouver (team 1983 bonjour) ? À moins qu’il ne s’agisse de son physique un peu… hors du commun ?

Sa voix est ultra grave et il émet des grognements – un petit côté « jeux vidéos » ? – qui nous ont fait sourire tout autant qu’ils amusent la toile. Le côté soudain un peu amoureux de Geralt ferait presque sourire, comme s’il semblait impossible qu’il éprouve ce genre de sentiments. On ne sait vraiment que peu de choses sur ce sorceleur… Il semble en tout cas pas mal errer et reste disponible pour des missions et tuer des monstres !

Geralt of Rivia est souvent accompagné d’un troubadour, dont le personnage était là jusqu’à présent juste pour alléger un peu l’ambiance. Cela dit, sa chanson est sympa !

Yennefer est, a priori, le personnage à l’histoire la plus développée mais aussi le plus ancien. Cette sorcière ou magicienne autrefois difforme a eu recours à la magie pour avoir un physique plus flatteur. Mais, comme on ne cessait de l’entendre dans « Once upon a time » : « la magie a un prix« . Et celui payé par Yennefer est très élevé. Elle semble, elle aussi, traîner son ennui et ses dons à travers les temps.

Cirilla, « le petit chaperon turquoise » (c’est moi qui la surnomme ainsi !), est une princesse dont on sait qu’elle a des pouvoirs et semble être promise à un grand destin. Sa façon d’errer dans les bois m’a un peu évoqué le destin d’Arya de Game of thrones, même si les personnages sont bien différents ! J’attends aussi d’en savoir plus sur elle.

Une comparaison à Game of thrones ?

Si l’on attend LA série qui viendra s’installer dans nos cœurs au niveau de Game of thrones, nous n’y sommes pas encore ! Il existe bien un point commun entre les deux séries : les combats sont chorégraphiés par la même personne… que l’on connaît sous les traits du Roi de la nuit. Si je n’aime pas les blessures, je suis fan des combats à l’épée.

La bande annonce

La saison 2 de « The Witcher » est commandée mais n’a pas été tournée. Elle est prévue pour 2021.

Bref, vous l’aurez compris : nous avons plutôt bien aimé l’histoire du sorceleur même si nous restons en mode « doit faire ses preuves » !

Retrouvez tous mes billets sur les séries

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.