Ces dernières semaines, nous avons régulièrement regardé des épisodes de séries, sur Netflix et sur Amazon prime, que nous avons pour un mois. L’hiver et la fermeture totale de notre ligne de métro depuis des semaines participent amplement à ces soirées sur le canapé ! Nous avons vu :

  • la 1re saison de « Virgin river » et pourrions presque parler de coup de cœur. La série me manque !
  • la 2e saison de « Plan cœur », que nous avons trouvée en-dessous de la précédente
  • la 1re saison de « Modern love », un ensemble de chroniques New Yorkaises inégales mais globalement super bien ficelées

Je ne le détaillerai pas ici mais nous avons bien avancé la 1re saison de « The Witcher » et oscillons pour le moment entre la curiosité et la perplexité face au côté un peu fouillis de l’ensemble. Je vous en parlerai davantage.

Allez, c’est parti pour mon avis sur les dernières séries regardées !

Notre découverte de Virgin River

L’histoire ? « Melinda Monroe répond à une annonce pour devenir infirmière praticienne dans la ville californienne de Virgin River, pensant pouvoir laisser ses souvenirs douloureux derrière elle. Mais elle découvre qu’il n’est pas si facile de s’intégrer dans un lieu aussi petit et qu’il va d’abord lui falloir guérir« .

La 1re saison de « Virgin river » est arrivée sur Netflix début décembre et nous avons regardé ses huit épisodes en une semaine. Il s’agit d’une adaptation d’une série de romans. Nous sommes vite entrés dans l’histoire. Le 1er épisode est sympa et, dès le 2e, on se découvre déjà attachés aux personnages.

L’héroïne, Mel, incarnée par Alexandra Breckenridge, est une infirmière tout juste débarquée de Los Angeles. L’actrice est très belle, avec des petits airs de Drew Barrymore. Son personnage est sensible et volontaire malgré un chagrin et des épreuves récentes difficiles à surmonter. Il est assez facile de s’identifier à elle.

Le héros, Jack, joué par Martin Henderson, est un vétéran et a rapporté des traumatismes de la guerre (vous voyez le côté dramatique de l’histoire ?). Il dirige le chaleureux bar-restaurant de Virgin river, là où l’on a l’impression que tout se passe. Une coupure de courant ? Tout le monde va chez Jack. Une fête annuelle ? Chez Jack aussi ! Une chose est sûre : ce cœur tendre habité par des démons et en chemise à carreaux fait des yeux de merlan frit dès que Mel entre dans son champ de vision.

Les personnages secondaires sont nombreux :

  • Doc, le médecin de la ville, qui, du haut de ses 72 ans, oscille entre sagesse, bienveillance et ronchonnerie (il n’est pas gentil-gentil quand il accueille Mel dans la ville)
  • Grace, la maire qui se mêle de tout et a un côté « vieille pie ». Elle est l’autre moitié d’un duo de septuagénaires haut en couleurs
  • Preacher, le solide vétéran-black sur lequel Jack peut s’appuyer en permanence. Il jouerait volontiers les gentils beaux gosses auprès de la pâtissière du coin
  • etc. !

La partie sur les trafiquants installés dans la forêt est celle qui m’a le moins emballée mais j’ai bien accroché avec le reste. Il y en a pour tous les goûts : de la romance, du drame, du thriller… Le suspense est total sur le sort de plusieurs personnages à la fin de la saison. Nous attendons avec impatience la saison 2, qui sortira en 2020 mais ne devrait pas être accessible avant de longs mois.

Plan cœur : une saison 2 moins convaincante

L’histoire ? « Quelques mois ont passé depuis qu’Elsa a découvert la vérité sur Jules et qu’elle a décidé de faire un break à « Buenos Aires ». Milou et Antoine ont découvert les joies de la parentalité, couches lavables comprises, Charlotte est investie à 200% dans Pinkars. De retour à Paris, est-ce qu’Elsa parviendra à pardonner ses meilleures amies ? Et surtout a-t-elle ouvert la porte à l’amour ? »

Peu de temps après avoir découvert la première saison de « Plan cœur », la seconde est arrivée sur Netflix. Ne comptant que six épisodes assez courts, il ne nous a fallu que deux soirées pour la visionner. Si la saison n’a pas été un coup de cœur et était globalement plus déprimante que la précédente, nous avons toutefois passé un bon moment et regarderions avec plaisir une troisième saison, incertaine au moment où j’écris ces quelques lignes.

« Plan cœur » pourrait s’appeler « Petites et grosses trahisons entre amis« . L’on y suit l’histoire de trois copines et de leurs copains, eux aussi amis entre eux. Amour, désamour, amitié, brouilles, mensonges et réconciliations sont au programme. Cela ne doit pas être de tout repos d’être l’un des personnages de la série.

Dès le départ, Elsa nous agace profondément en faisant des choix immatures et incompréhensibles. Je m’étais déjà dit avec « Les Demoiselles du téléphone » que, parfois, les scénaristes ne savaient plus trop quoi faire sans faire prendre de très mauvaises décisions à leurs personnages pour relancer l’intrigue. On est en plein dedans !

Autant la première saison nous avait fait rire, autant cette suite est plus « plombante ». Gloups ! Malgré tout, la joyeuse bande et ses aventures nous réjouissent. Roman assure les moments « what the fuck », Antoine et Jules nous attendrissent, etc. Les personnages sont attachants. C’est plutôt léger et rafraîchissant. On attend un surplus de bonne humeur et d’humour pour une éventuelle suite.

Modern love : une saison 1 prometteuse

L’histoire ? « L’exploration de l’amour sous ses formes multiples, y compris sexuelles, romantiques, familiales, platoniques… Basé sur les articles de la rubrique « Modern Love » du New York Times« .

Ayant souscrit par erreur Amazon prime pour un mois d’essai, je me suis dit « autant en profiter » et nous nous sommes lancés dans le visionnage de la 1re saison de Modern love, qui compte huit épisodes.

Le générique ne nous a pas semblé très flatteur et dessert plutôt la série. Il faut pourtant aller au-delà car Monsieur comme moi avons bien accroché.

Chaque épisode, à l’exception du dernier, se regarde de façon autonome et raconte une histoire complètement indépendante des autres. En 31 minutes, on réussit à être très attaché aux personnages et à entrer complètement dans le récit. La narration est vraiment un point fort de « Modern love », qui fourmille d’idées astucieuses. Sa mise en scène est soignée voire assez géniale par moments. J’ai eu les larmes aux yeux lors de plusieurs épisodes.

Le milieu de la saison – je pense en particulier aux épisodes 5 et 6 – m’a davantage déçue. Le 5e épisode, sur le thème de l’hôpital, nous a même donné la sérieuse impression d’être en train de perdre notre temps. Mais d’autres, comme par exemple le 1er épisode, consacré à un portier ange gardien, et le 7e, sur les papas gays, sont de vraies pépites.

Il y a, d’assez loin quand même, quelque chose de l’ordre de « Sex and the city » pour le côté chronique New Yorkaise sur l’amour. Une 2e saison est prévue. Je la verrais avec plaisir si j’en ai l’occasion !

J’espère vous avoir donné quelques idées !

Et vous, avez-vous envie de voir l’une de ses séries ? Les connaissez-vous ? Ou avez-vous des conseils ?

Retrouvez tous mes billets « Séries »

Appelez-moi Lili. J'ai 36 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.