Je viens de reprendre une dose de voyage avec la lecture de La Cité du lotus rose, la suite de La Vallée du lotus rose, de Kate McAlistair. J’ai pris mes habitudes de voyage aux côté de Jezebel, Jan Lukas, la petite Mary-Leela et de nombreux autres personnages. Si j’ai cette fois mis 10-12 jours à lire les 715 pages d’aventure et de romance que compte le roman, je suis à chaque fois retournée avec plaisir aux côtés des personnages. Un voyage littéraire que je vous invite à vivre ! Attention aux éventuels spoils dans ce billet si vous n’avez pas lu le début de l’histoire.

La Cité du lotus rose : l’histoire

« Après plusieurs années, Jan retrouve enfin la trace de Jezebel à Singapour. Fuyant ses ennemis, celle-ci s’est réfugiée avec sa fille dans une mission religieuse. Tout à leur nouveau bonheur, les jeunes gens décident d’unir leurs destins et annoncent un grand mariage.

Pourtant, le jour des noces, la jeune mariée est abordée par deux hommes mandatés par le baron von Rosenheim, le cruel trafiquant d’opium auquel elle fut fiancée à son arrivée en Inde. Celui-ci veut récupérer le légendaire médaillon Sher-Cîta que Jezebel a conservé, malgré les funestes souvenirs qui s’y rattachent. Pour ce faire, il est prêt à tout.

Espérant éloigner son épouse de cet homme machiavélique, Jan décide de l’emmener à New York. Après un tumultueux voyage à bord d’un paquebot chinois, Jezebel découvre une ville éblouissante, à mille lieues de tout ce qu’elle a connu jusqu’ici. Ils s’installent à Long Island dans une superbe demeure au bord de l’océan, avec l’espoir de goûter enfin une paix méritée.

Mais l’Inde ne cesse de se rappeler à eux. Revenus sur cette terre fascinante, le jeune couple est à nouveau guetté par le danger… L’intrépide Jan saura-t-il libérer Jezebel de son passé ? »

Mes impressions sur La Cité du lotus rose

Sitôt le 1er tome – La vallée du rose rose – fermé, je me suis lancée dans la lecture du 2e : La Cité du lotus rose.

J’ai lu le roman avec moins d’empressement, peut-être parce que de nombreux dés avaient déjà été jetés et que l’on imaginait davantage quels chemins allait emprunter le destin de Jezebel, l’héroïne. Ce sont surtout les débuts que j’ai lus un peu lentement. Mais j’ai régulièrement eu envie de poser le livre puis avais hâte le lendemain de m’y plonger. Cela m’a en quelque sorte obligée à savourer l’histoire et à reléguer la lecture des autres livres de ma pile à plus tard.

Le roman est divisé en trois parties, correspondant à trois territoires. J’ai aimé de nouveau voyager, en bateau, en Orient-Express (dans lequel je serais bien restée plus longtemps par procuration d’ailleurs !), avec une escale à Constantinople, etc.

J’ai commencé à lire avec plus d’entrain une fois les personnages arrivés à Long Island. J’ai vraiment été intriguée par l’énigme posée par la cité du Lotus rose en tant que lieu, qui se prolonge sur les deux romans.

Si les intrigues amoureuses ont leur rôle dans le roman, le couple que forme Jan et Jezebel a toujours été une telle évidence que l’objet est davantage de leur faire vivre mille aventures.

Jezebel a toujours tendance à distribuer des claques aux hommes qui l’importunent. Je suis aussi perturbée car la couverture du livre est superbe mais met à l’honneur une femme aussi brune que Jezebel est blonde.

La fin du roman m’a plutôt surprise mais je ne peux pas trop vous en dire. S’il serait vraiment dommage de se passer de la lecture du 1er tome, qui reste mon préféré, sachez que le 2e prévoit rappels et explications pour ceux qui débuteraient leur lecture par cette suite ou auraient laissé passer beaucoup de temps entre la découverte des deux volumes.

Je n’ai pas encore le 3e et dernier tome, L’Héritière du lotus rose, mais je le lirai avec plaisir et serai ravie d’y retrouver Lián, le surnom de Mary-Leela : j’en suis sûre.

Et vous, prévoyez-vous d’embarquer pour de grands voyages aux côtés de Jezebel ?

La Cité du lotus rose, Kate McAlistair
Publié chez Archipoche le 1er octobre 2020
Retrouvez La Cité du lotus rose sur Amazon (9,95 €) ou chez votre libraire !

Retrouvez tous mes billets lecture

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.