Avec « Je sais que tu te souviens », de Jenifer Donaldson, Hugo new way  s’éloigne de la romance et nous plonge dans un dérangeant thriller adolescent. Avant de lire le communiqué sur le livre, dans lequel l’éditrice de la collection évoque Gone Girl, j’avais moi aussi fait ce rapprochement entre les deux univers. Le ton est donné ! Un roman destiné aux lecteurs qui veulent frissonner, dès 13 ans.

« Je sais que tu te souviens » : l’histoire

« Après trois longues années passées à la ville, Ruthie Hayden retrouve son village natal d’Alaska pour apprendre la terrible nouvelle… Zahra était sa meilleure amie quand elles étaient enfants – la seule personne qui la comprenait vraiment. Elle se fait alors une promesse : mettre tout en oeuvre pour la retrouver.

Zahra s’est échappée d’une soirée quelques jours à peine avant le retour de Ruthie. On ne l’a jamais revue. Mais sa nouvelle amie Tabitha n’a pas l’air tant dévastée par la nouvelle. Aurait-elle quelque chose à se reprocher ? Et Ben, son petit ami ? Il est très énervé d’avoir appris qu’elle avait un autre prétendant depuis quelques mois. Son grand-père, le pasteur du village, semble désapprouver un peu trop fortement les moeurs de sa petite fille. Quant aux gens du coin, la disparition d’une jeune fille noire semble être le scenario parfait pour les pires ragots.

Alors qu’elle rassemble les pièces du puzzle, Zahra plonge de plus en plus profond dans l’intimité de son amie. Elle va découvrir que certaines révélations sont plus dangereuses qu’on ne pourrait le croire… »

Mes impressions sur « Je sais que tu te souviens »

J’ai mis un peu de temps à lire les premières pages du livre car je dois avouer que j’ai besoin de légèreté en fin d’année. Épuisée – je l’étais déjà bien avant qu’il n’y aie plus de transport autour de chez moi ! – voire presque morose par moments (heureusement, quelques jours de vacances arrivent enfin bientôt !), j’avoue avoir repoussé le moment de me plonger dans ce thriller, qui commence par un deuil avant d’enchaîner sur une disparition, le cœur de l’histoire. Cela dit, le suspense est bien présent et, une fois dans le récit, je l’ai lu en deux ou trois jours au moment d’un week-end.

Le lecteur vit « Je sais que tu te souviens » principalement du point de vue de Ruthie. L’adolescente est au lycée et se retrouve obligée de cohabiter avec son père ancien alcoolique, sa belle-mère ancienne droguée et mère d’une autre ado toute en douceur et en bienveillance. Ruthie se trouve un peu asociale mais on la découvre vite plus tête brûlée qu’elle ne le pense d’elle-même. Elle peut boire pour s’intégrer, ne plus vraiment se préoccuper de son image, oublier sa « demie-sœur » par alliance. Moi qui suis plus lisse et dans le contrôle, autant dire que je ne partage rien avec l’héroïne !

Cela m’a d’ailleurs fait tout drôle car il était question du parent de l’un des personnages, né en 1980. Née en 1983, je me suis pris un petit coup de vieux ! Ah ah. Plusieurs personnages du livre sont attachants : Ben, le petit ami de Zahra, est adorable, etc. Les amis de Zahra accueillent Ruthie à bras ouverts.

J’ai imaginé pas mal de lieux assez glauques : l’ancien terrain de jeux, le terrain des caravanes, des chambres en sous-sol, des lieux étouffants… Je ne me suis pas sentie très bien par moments. Ce qui est le but recherché par l’écrivaine, qui veut traduire un sentiment de malaise.

J’avais lu avant de débuter ma lecture que la fin n’était franchement pas évidente et l’histoire bien ficelée. J’ai donc découvert le tout avec un certain filtre, en me disant par avance qu’il ne fallait pas tomber dans les pièges ni les évidences. En termes de bouquet final bien soigné, Jenifer Donaldson n’a pas fait semblant !

Je dois me rendre à l’évidence : si j’ai voulu varier mes lectures et ai été tentée par le thriller, je suis trop sensible pour ce genre et je ne me suis pas sentie bien en lisant même si, encore une fois, l’ambiance générale de fin d’année ne m’a pas aidée. Ce qui veut donc dire que si vous aimez le genre, vous devriez vraiment vous régaler car l’intrigue est originale et bien construite !

Alors, prêts à être glacés ?

Je sais que tu te souviens, de Jenifer Donaldson
Sortie le 14 novembre 2019
Prix papier : 17€
Retrouvez « Je sais que tu te souviens » sur Amazon ou chez votre libraire !

Merci aux équipes d’Hugo & Cie !

Découvez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.