Jean-Edern Hurstel a créé Edern, un restaurant à son image, qu’il a ouvert en 2018. Le chef, passé par Top chef et qui a officié dans des établissements renommés – l’Arpège, le Peninsula, le Shangri-La d’Abu Dhabi, etc. – et aux côtés de grands chefs comme Gordon Ramsay ou encore d’Alain Ducasse, y conjugue gastronomie et esprit festif.

L’établissement est idéalement situé à Paris, près des Champs-Elysées et de l’Arc de Triomphe. Les lieux sont très élégants et accueillent des œuvres d’art contemporain. On peut y prendre un cocktail au bar comme s’installer confortablement autour d’une table pour profiter de la carte soignée, qui change quatre fois par an.

En cuisine, ce sont sept professionnels qui s’activent pour régaler jusqu’à 300 personnes par jour, le temps de trois services. Jean-Edern Hurstel se voit comme un coach : lorsqu’il trouve la pépite qu’il cherche, il monte une équipe et la fédère, avec l’idée de transmettre ce qu’il a appris, de partager son expérience.

Si Edern a un côté festif, en particulier le soir, c’est parce que son chef « adore chanter et danser », « veut être heureux et rendre les gens heureux ». L’ambiance se veut vraiment agréable. Ainsi, le mardi, c’est karaoké, le mercredi soirée années 80, les jeudi, vendredi et samedi soirs, on dîne en
musique et un DJ s’installe aux platines.

Il faut compter 60€ pour le déjeuner à la carte. Un menu entrée-plat ou plat-dessert est proposé à 38€ et un entrée-plat-dessert à 45€.

J’ai eu le plaisir d’être conviée à un déjeuner presse à la table d’Edern début mars. Le petit groupe d’invités que nous formions a dégusté un menu surprise.

Pour débuter

Pour commencer le repas, une belle carte à partager est proposée. Pour nous, le voyage a commencé dans la convivialité avec des bouchées au thon et au tarama truffé, ou encore une bruschetta d’une burrata straciatella, condiments à la sicilienne (14€). Un régal !

Je me suis aperçue après le repas que je n’avais même pas goûté à la prometteuse pizzetta à la truffe de saison (21€). Je ne mange pas de volaille mais les ailerons de volaille caramélisés ont remporté leur petit succès !

Avec tout cela, j’ai dégusté un cocktail sans alcool.

Le plat

Trois poissons, trois viandes, trois viandes premium et deux plats de pâtes figurent à la carte.

Nous avons dégusté un plat de la nouvelle carte composé d’asperges de saison, de maigre rôti dans les algues et d’une crème citronnée (environ 30€). Cela m’a fait d’autant plus plaisir que c’étaient les premières asperges que je dégustais pendant la saison. Le poisson, parfaitement cuit évidemment, et sa sauce n’étaient que douceur et saveurs.

Le dessert

Pour terminer le repas, j’ai eu le plaisir de pouvoir déguster le cigare au chocolat 70% givré au grué de cacao, sorbet chocolat (12€). C’est très certainement celui que j’aurais choisi de moi-même. Je me suis régalée : ce dessert était divin et alliait différents textures : du croquant, du crémeux… J’étais conquise !

J’ai terminé le repas sur une infusion.

Merci chef !

Lors de cette rencontre, Jean-Edern Hurstel fourmillait de projets et prévoyait l’ouverture d’un rooftop de 100 m2 cet été face au Fouquet’s ou encore d’un Mamma Schelter au Luxembourg. Espérons que l’actualité sanitaire ne les décale pas trop !

Ce déjeuner chez Edern m’a laissé un délicieux souvenir. Cela aura été mon dernier restaurant avant le confinement. Sera-t-il le premier pour vous lors de « l’après » ?

Edern
6 rue Arsène Houssaye
75008 Paris
Téléphone : 01 45 63 88 01
Le site du restaurant

Merci de cette invitation !

Retrouvez tous mes billets « Restaus à Paris » sur une carte :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.