L’idée n’est pas de charger la SNCF. Des trains en retard ? Bon, c’est pénible mais ça arrive. Les autres moyens de transport ne sont pas forcément plus fiables. Ce qui m’agace, ce n’est pas tant d’avoir une bonne heure de retard à l’arrivée (après mes expériences volcaniques dans les aéroports en début d’année, une heure, je peux la relativiser si je n’ai rien qui m’attend d’absolument urgent à l’arrivée) mais c’est surtout l’absence totale d’annonces. On ne nous dit juste rien. Rien, le vide.

horloge-gare
Hier soir, je devais prendre le train de 19h11 qui mène de Paris Est à Troyes. Après un coup d’oeil sur le site de la RATP, je vois que la ligne 1, que j’emprunte, se remet en route après un épisode « colis suspect » et ne me met pas en retard. 17h50, je pars de chez moi, quelque part entre la porte Dorée et la porte de Vincennes. 18h30-35 : je suis arrivée à la gare sans encombre. Je lis que le train précédent, de 18h41, aura du retard. Bon, « ça sent mauvais ». Quelques minutes plus tard, je vois que mon train est annulé. Ok… Aucune annonce. Personne pour dire « prenez tel ou tel train ». Une file se créé devant la cabane « informations ».

Le train de 18h41 est annoncé sur les panneaux à 19h11. L’heure approche : rien. Il est retardé à 19h31. Toujours aucune annonce dans la gare. On peut finalement monter dans le train. Il y fait très froid (on voit le petit nuage blanc se former devant notre bouche à chaque parole), il n’y a pas de lumière, le train est surpeuplé et du monde est debout dans les allées. Le train ne démarre pas et l’heure avance. Toujours aucune annonce et aucun personnel visible.

Juste avant 20h, les passagers qui étaient dans les allées nous disent de changer de train et d’aller dans le TER juste en face qui part pour Troyes. « Naïvement » (?), nous changeons tous de train. Le TER, chauffé, va en effet à Troyes. Le Corail dans lequel nous étions initialement part peu après 20h. Notre nouveau train, programmé à 20h11, part à l’heure et arrive dix minutes de retard. 22h10 : je suis chez mes parents. Ouf !

À aucun moment, nous avons entendu une voix expliquer la cause des retards. Un minimum serait quand même utile : « Mesdames et messieurs, un demi centimètre de neige bloque nos trains, nous nous excusons blablabla et vous tenons informés sur l’heure de départ ». Sans compter qu’on n’avertit jamais les passagers du retard prévu dans la gare d’arrivée, ce qui signifie que l’on ne peut pas vraiment prévenir ceux qui viennent nous chercher précisément et que, eux aussi, doivent se geler dans une gare en nous attendant.

À l’heure où la SNCF développe des applications sympa sur le web et où son président est reçu dans les JT,je me demande vraiment pourquoi, concrètement, en gare, les passagers ne sont informés de rien ? Pourquoiiiiiiiii ?

Sur ces bonnes paroles, je supplie la SNCF de me répondre… Ou plutôt d’agir ! de parler !

Et vous, avec quel moyen de transport rejoignez-vous votre famille ?

Hum hum, sur ce, je reviens tout bientôt avec une note Noëlesque (si, si, parfaitement) pour vous parler de choses bien plus positives !

Bonne journée !!

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.