Voilà un petit moment que je ne vous avais pas proposé un florilège de découvertes gourmandes. Ces derniers mois, j’en ai appris davantage sur les tomates et concombres de France, sur le jambon ibérique et ai découvert une gamme D’Aucy combinant légumes et céréales. Je vous raconte tout ?

Les tomates et concombres de France

La tomate, « superstar »

Si j’avoue ne pas aimer les concombres en dehors des fois où ils entrent dans des compositions (dans une soupe froide, un taboulé, etc.), je raffole, en revanche, des tomates. Il semblerait d’ailleurs que je ne sois pas la seule car la tomate est le légume – si l’on oublie qu’elle est, botaniquement, un fruit et que l’on met la pomme de terre dans une autre catégorie – le plus consommé en France avec 15 kgs par an et par ménage. Constituée à 94% d’eau, elle est peu calorique (18 calories pour 100g), antioxydante, riche en vitamine C, excellente pour le foie. Mais on la mange surtout pour le plaisir !

La tomate se consomme crue ou cuite, en tarte ou en salade, farcie ou en sauce, etc. Souvent, un filet d’huile d’olive et une boule de mozzarella sont les meilleurs accompagnements pour déguster une bonne tomate.

Il en existe pour toutes les envies :

  • sucrées : les cerises et cocktails
  • fermes et croquantes : charnues, rondes, grappes et allongées
  • fondantes : les côtelées et les cœurs

Les tomates ne se mettent pas au réfrigérateur. J’avoue – honteusement du coup – le faire parfois, notamment quand nous faisons le plein de tomates dans le jardin de mes parents, pour qu’elles se gardent (par kilos et sans aucun problème) plusieurs semaines.

Le concombre, un aliment santé

Le concombre, quant à lui, se compose à 96% d’eau et fait aussi partie des aliments les moins caloriques. Il est reminéralisant et hydratant.

Les recettes de La Guinguette d’Angèle

J’ai reçu en juin deux petits plats mettant à l’honneur les tomates et concombres de France, dont les recettes ont été imaginées par Angèle Ferreux Maeght de La Guinguette d’Angèle :

  • carpaccio de tomates de France, pesto de pistaches et mûres, dont je me suis régalée
  • tagliatelles de concombre de France aux tomates cerises et myrtilles, dégustées par Monsieur

Tomates de France - La Guinguette d'Angèle

Tomates de France - La Guinguette d'Angèle

La tournée « Cultivons le goût d’Europe »

Début octobre, tous les curieux de passage à Paris pouvaient partir à la découverte de la culture sous serre des tomates et des concombres en France dans le cadre d’une campagne européenne de promotion et d’information sur les modes de culture des fruits et légumes européens.

On ne le sait pas forcément mais 85% de la production française est cultivée sous serre et privilégie des solutions naturelles et limite l’usage de produits phytosanitaires.

Je suis allée faire un tour dans la serre mobile et ai rencontré un producteur. Je suis très curieuse de la façon dont poussent les tomates et vois à mon échelle les difficultés que l’on peut rencontrer puisque je fais pousser un pied sur mon balcon (qui a encore au moins cinq tomates en cours de formation… je ne sais pas où va me mener cette histoire automnale !) : pollinisation, etc.

Les producteurs savent reconnaître des traces de pattes de bourdon sur une fleur qui a été pollinisée ! On compte au minimum 45 jours entre la fleur et le fruit… et plutôt 55 jours au printemps.

La gamme légumes et céréales D’aucy

J’ai eu la surprise de recevoir des nouveautés D’Aucy au retour de mes vacances en avril. La marque propose des légumes : natures, cuisinés, en conserve ou surgelés. Elle est présente dans une famille sur deux. D’Aucy s’attache à utiliser des légumes cultivés en plein champ et de saison. La gamme légumes et céréales repose sur l’association d’épeautre – plus digeste que le blé – avec des légumes et légumineuses. Elle est 100% végétale, sans colorant, conservateur et arôme. La conserve coûte environ 2,40€ les 290 grammes.

Je vous avoue que nous n’avons pas l’habitude de manger des légumes en conserve car nous cuisinons essentiellement maison. Ces recettes nous ont dépannés pour des repas improvisés en famille. Cela permet de découvrir des associations de saveurs. Il ne faut pas chercher à comparer ces mélanges à des produits frais mais on sent que l’on a affaire à des préparations qui ont été soignées.

Nous avons goûté trois recettes :

  • tajine de légumes épeautre et raisins secs : pois chiches, carottes, épeautre, haricots plats, petits pois, raisins secs, tomates et épices
  • duo de carottes épeautre et orge : carottes oranges et jaunes, épeautre, orge et persil
  • légumes verts épeautre et graines de courge

D'Aucy - Légumes et céréales D'Aucy - Légumes et céréales D'Aucy - Légumes et céréales

Le jambon ibérique d’Espagne

Le jambon ibérique a été à l’honneur à Paris à l’occasion de son #HamPassionTour, qui s’arrête dans 24 villes européennes en l’espace de trois ans. L’idée est de parler de sécurité alimentaire, traçabilité, étiquetage des jambons, authenticité d’un produit millénaire européen, aspects nutritionnels et sanitaires du produit, bien-être animal dans les fermes ou en liberté et avec une alimentation principalement faite de glands et de plantes et racines, etc. L’affinage du jambon ibérique dure au moins 24 à 36 mois selon le type de jambon. Il peut même aller jusqu’à 6 ans !

« Le jambon ibérique provient d’une race autochtone unique au monde associée à un écosystème exclusif de la péninsule ibérique, la Dehesa ». Il fait partie de l’alimentation méditerranéenne, classée au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

A bord d’un bus, une équipe espagnole était disponible pour faire déguster à tous les Parisiens curieux des copeaux de jambon ibérique et répondre à leurs questions. J’ai reçu une mallette (malheureusement non réutilisable :-/) comportant une pince pour la dégustation et trois fois 28 grammes de jambon à déguster à la maison.

Monsieur et moi avons dégusté l’une des trois portions avec des tomates du jardin de mes parents et de la mozzarella pour un voyage des papilles en direction du soleil ! Nous gardons les deux autres pour les faire déguster à nos proches qui seraient plus amateurs que nous de bon gras 🙂

J’espère vous avoir appris des choses avec ce billet gourmand. N’hésitez pas à réagir en commentaire si vous voulez partager vos expériences !

Retrouvez tous mes billets « En cuisine »

Appelez-moi Lili. J'ai 36 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.