Autoboyographie est un roman young adult signé du duo Christina Lauren publié chez Hugo New way. Comme souvent dans cette collection, c’est avec des lycéens à un tournant de leur vie que l’on fait connaissance. Ici, l’on suit les pensées de Tanner, écrivain en herbe en dernière année de lycée. Tanner est bisexuel, a vécu en Californie, a un papa juif et une maman qui a été mormone. Très ami avec Autumn, c’est en revanche sur Sebastian qu’il porte un regard amoureux. Mais Sebastian est-il gay ? Il est en tout cas le fils d’un évêque mormon et est très pratiquant. Un roman vraiment très touchant, bien écrit et qui saura séduire un large public.

Autoboyographie : l’histoire

« Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).

C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté !
Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée.

Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui… »

Mes impressions sur Autoboyographie

Comme beaucoup, si j’aime la romance, c’est en bonne partie parce que le genre me fait rêver et m’évader. Si je ne ressemble pas forcément aux héroïnes et/ou que les héros qui les font fondre ne m’attireraient pas forcément, il y a toujours quelque chose qui résonne en moi. Je ne savais donc pas dans quelle mesure j’entrerais dans l’histoire d’Autoboyographie, qui parle d’homosexualité puisque cela ne fait pas résonance avec ma propre vie sentimentale. Mais qu’importe ? Et le thème ne se limite pas là car il est question de famille, d’équilibre, d’acceptation et de rejet, de construction de soi, d’amour, d’amitié, etc.

Autoboyographie est un roman sensible. Si vous avez déjà lu des romans de Christina Lauren, vous avez peut-être remarqué que le duo avait un côté un peu caméléon. En effet, les deux écrivaines peuvent écrire du très très léger comme des histoires avec beaucoup plus de profondeur et de nuances. Cela ne me marque pas autant avec d’autres écrivains, qui ont souvent logiquement un registre plus resserré. Là, tout en restant dans la romance au sens large, on fait quand même, de mon point de vue, un peu le grand écart. Et c’est tant mieux ! J’ai été émue par Autoboyographie et ce que ressentent et traversent Tanner et Sebastian.

Les deux personnages sont attachants. Tanner vit dans une famille tolérante et « réaliste ». Sebastian vit totalement immergé dans l’univers mormon et consacre beaucoup de temps à la prière. Mais le voilà bousculé et questionné. J’ai trouvé que le profil de chacune des familles était crédible. Je suppose que pas mal de personnes LGBT ont vécu des pans de la vie des héros, que ce soit en société ou dans la sphère privée. Par exemple, si Tanner a pu parler du fait qu’il était bi à sa famille, il craint que le regard de sa meilleure amie Autumn ne change s’il lui révèle.

Je ne connais pas grand chose sur les mormons, si ce n’est qu’ils font référence en matière de généalogie ! Je ne suis pas sûre de pouvoir en dire beaucoup plus une fois le roman terminé mais cela a forcément posé quelques pierres à l’édifice. Et il n’est pas rare que les croyances aillent de paire avec des règles sur ce qu’il est bien de faire, d’être et de ressentir, que l’on approuve ou non.

La seule mention de l’Utah, où se déroule l’intrigue, m’a évidemment donné envie de partir en voyage aux Etats-Unis, ce qui ne sera de nouveau possible que quand mon bébé sera un peu plus grand (j’ai lu le roman pendant ses siestes au fil des jours).

Je ne vous en dis pas plus mais vous aurez saisi mon ressenti. Pour un moment à la fois de douceur et à la portée qui veut faire réfléchir, Autoboyographie n’attend que d’être lu !

Et vous, avez-vous déjà lu ce roman ou d’autres livres de Christina Lauren ?

Autoboyographie, de Christina Lauren
Sortie le 12 avril 2018
Hugo New way – Prix papier : 17 € / Format numérique : 7,99€
Retrouvez Autoboyographie sur Amazon ou chez votre libraire !
Empruntez le roman à la bibliothèque de Paris

Découvrez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. Jeune maman, j'ai 39 ans, vis avec Monsieur, notre petit garçon né en février 2022, et, au rythme d'une garde alternée, avec son ado Junior, en apprentissage. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.