Fleur du jardin des parents de Lili

Tous les ans, la même question : « quel souvenir me laissera cette année ? ».
Tous les ans, la même impression mélée d’avoir avancé un peu et de n’avoir rien fait.

Les années n’ont jamais qu’une seule teinte. On bâtit des bonheurs sur la tristesse et on sacrifie des jours pour chercher comment renaître.

Que dirais-je de 2008 lorsque le temps aura passé ?

Les beaux moments ne manquent pas. J’ai un regard doux sur beaucoup d’heures passées avec des proches, sur mes week-ends de recherche de meubles, sur mon appartement idéal, sur tous les endroits visités, tous les spectacles vus et sur bien d’autres instants. 2008 : un emménagement, un changement de travail, de très beaux voyages…

D’une année, on se souvient aussi de ce qui n’a pas marché : des loupés, des déceptions, des points de rupture, des risques de noyade dans un verre d’eau. Je n’arrête plus de couler et de me repêcher, je ne sais plus où sont le fond et la surface. Je suis à l’envers. L’automne m’a contrainte à rester assise sur la berge et mis en face d’un reflet que je connais pas. Ce sont les points de liaison entre les différents moments agréables que je ne gère plus. Entre le bonheur et le bonheur, on trouve le vide. Je cherche les contours.

2008 aura eu ses amertumes. 2008 aura été riche en tout. Je lui préfère la plus joyeuse et constructive 2007.
Tourner enfin cette page me fait plaisir mais la route est longue pour aller vers un vrai ailleurs.

En 2009, j’aimerais comprendre à quoi correspond cette envie de fuir et trouver l’apaisement. Comme à chaque fois, je pense ne pas prendre de « bonnes résolutions ». A chaque 1er janvier, je dis la même chose « je voudrais juste être heureuse ». Je n’en demande pas plus. Qu’importe le moyen.

Si le monde et la vie de chacun pouvaient simplement tourner dans la douceur… S’il suffisait d’un claquement de doigts pour consoler les coeurs qu’on aime…

Évitez de lire ma conclusion si vous n’avez pas vu la saison 2 de « Clara Sheller » et que vous comptez bientôt la découvrir. Ca m’amuse de finir ce billet comme se finit cette saison : sur les paroles de la voix intérieure de Clara, qui a l’aube d’une nouvelle année, se retrouve seule au milieu d’un appartement vide et baigné par la lumière :
« Vais-je rencontrer quelqu’un l’année prochaine ? Est-ce qu’enfin ma vie va changer ? »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.