Deux amies m’ont offert « Reine de cendres », le premier tome de la trilogie du Tearling. Ce roman a été publié en 2017 et est signé Erika Johansen. L’histoire est un véritable phénomène puisqu’elle a déjà été traduite dans 27 langues. On peut lire partout qu’il s’agit d’un coup de cœur de l’actrice Emma Watson, annoncée comme interprète du rôle principal dans une adaptation au cinéma dont je ne suis pas sûre qu’elle soit toujours à l’ordre du jour. Mais qu’importe : j’ai lu « Reine de cendres » avec intérêt et viens tout juste d’aller acheter le tome 2. Laissez-moi vous présenter le roman !

L’histoire de Reine de cendres

« Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde l’escorte de son repaire à la capitale, où elle doit reconquérir la place qui lui revient de droit. Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente. Long périple semé d’embûches, plein de bruit et de fureur, de trahisons et de combats… Pour Kelsea, l’épreuve ne fait que commencer« .

Source : Livre de poche

Mes impressions sur le 1er tome de la trilogie du Tearling

Il était une fois, dans un pays lointain…

Kelsea, l’héroïne, a 19 ans et a été élevée comme une sorte de Belle au bois dormant, dans une maison de paysans au milieu des bois. L’éducation auprès d’un couple y a été moins affectueuse qu’avec les trois fées. Carlin était une femme sévère mais dont on suppose rapidement surtout qu’elle a agi pour la bonne éducation d’une future reine. La cruauté et la réalité de la vie au royaume n’ont pas été détaillées auprès de la jeune femme mais elle a tout de même reçu une instruction et appris à respecter des règles. Barty, sorte de père de substitution, était plus émotif et attendri et a apporté d’autres choses à la future reine.

Une héroïne disgracieuse ?

Beaucoup d’allusions sont faites au physique de Kelsea, décrit régulièrement – surtout dans la première partie, quand elle se confronte au monde et se voit dans le regard des autres – comme quelconque voire légèrement ingrat et jugé trop rond par les standards de la beauté.

Si l’on perçoit des inclinaisons de Kelsea pour tel ou tel homme, tout est gardé en son for intérieur. Je me demande quelle place pourra être réservée à son avenir sentimental dans les deux tomes suivants.

La nécessaire garde de la reine

La jeune femme est entourée de toute une galerie de personnages, et notamment de sa garde royale : Massue, Pen, le Fletch, etc. Leur caractère se dévoile mais le tome 1 ne nous en dit pas encore assez sur qui ils sont réellement.

L’après-histoire

Le trilogie du Tearling se passe dans le futur mais avec quelque chose de l’ordre du Moyen-Age et de la féodalité, évoquant, de loin, « Game of Thrones ».

Un roman lent et dense

Le début du roman ne m’a pas embarquée immédiatement. J’ai lu le livre sur plusieurs semaines voire plusieurs mois. Une fois les premières dizaines de pages lues, la poursuite s’est faite plus naturellement. Ce n’est pas lié à l’écriture, qui m’a plu, mais peut-être au fait que le suspense n’est pas assez fort au départ. L’épopée vers le château est lente. Le niveau de langage des personnages est élevé et cela m’a plu. J’ai même rencontré au moins un mot que je ne connaissais pas, ce qui est toujours enrichissant.

Des airs de Game of thrones

« Reine de Cendres » dessine des alliances, fait émerger ou disparaître des traîtres, apporte son lot d’attaques et de rebondissements. On y parle Église, contre-pouvoir, Régent, château, garde royale, capes et épée, etc. Un univers plaisant et original !

Le tome 2 entre les mains, je me pose beaucoup de questions sur l’avenir des personnages, la reine de Mortmesne et bien d’autres choses que je ne peux pas vous dévoiler !

En tout cas, si les univers proches de celui de « Game of thrones » vous plaisent, celui de la trilogie du Tearling pourrait bien vous passionner. Avez-vous déjà lu le ou les roman(s) ? En avez-vous envie ?

Bonne journée de lecture !

La trilogie du Tearling, tome 1 – La reine du Tearling ou reine de cendres – Erika Johansen
608 pages, 8,90€ en poche
Retrouvez le 1er tome sur Amazon

Découvrez tous mes billets lecture

Appelez-moi Lili. J'ai 36 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior. J'habite à Paris ou tout près depuis plus de 15 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou Inspilia.