En cette période où les contacts sociaux sont drastiquement réduits, quoi de plus réconfortant qu’un petit épisode Netflix pour se donner du baume au cœur en fin de journée ? Ces derniers temps, Monsieur et moi avons regardé la 1re saison d’Emily in Paris, qui fait couler beaucoup d’encre, la 5e et dernière saison de la série espagnole Les Demoiselles du téléphone et la 1re saison de Dirty John. Je vous livre nos impressions !

Emily in Paris, saison 1

L’histoire ? « Emily, une Américaine d’une vingtaine d’années originaire du Midwest, part s’installer à Paris après avoir reçu une proposition d’emploi des plus inattendues. Son nouveau challenge : apporter un point de vue américain à une agence de marketing française en difficulté. »

Emily in Paris est un peu LA série qui fait parler d’elle depuis sa récente sortie sur Netflix. Signée Darren Star, elle promettait d’être dans la veine de l’incontournable Sex and the City.

En regardant les deux premiers épisodes, ça a été un peu la douche froide. La musique n’est pas à notre goût et ne semble pas représentative de ce que les gens écouteraient à Paris. Et les Parisiens sont tous odieux ! Tous les personnages et commerçants sont désagréables, aigris et ne font que râler. C’est un festival ! Les seuls qui font preuve de sympathie sont étrangers ou intéressés par Emily. Oui oui, les hommes sont tous séducteurs (ou alors Emily n’est pas du tout leur genre).

On a beaucoup vu sur Twitter les remarques sur la chambre de bonne qui est un vrai appart’, le superbe bouquet de roses à 5,60€, etc. Bon, il faut donc accepter que la série n’est pas réaliste et est un point de vue sur une facette de Paris.

Mais… une fois cela digéré et les ronchons tous déjà plus ou moins connus, nous avons bien apprécié la suite. Finalement, Emily in Paris a de quoi changer les idées et remonter le capital bonheur avant d’aller se coucher. Dès la 2e fois, nous avons regardé cinq épisodes ! Nous avons donc tout vu en trois soirs et attendons la suite avec impatience !

Emily est une héroïne sympathique et pleine de ressources. Ses collègues ont de quoi nous faire penser à notre propre environnement professionnel. Son amie Mindy, elle aussi étrangère, est rafraîchissante. Et Gabriel, son voisin, est le parfait candidat pour une histoire d’amour. Enfin… sur le papier !

Le compte Instagram d’Emily progresse rapidement et cela lui ouvre des portes. Le clin d’œil au milieu de l’influence a de quoi faire sourire. Les blogueuses comprendront !

Au final, la série est très sympa !

Les Demoiselles du téléphone, saison 5

L’histoire ? « Lidia retourne en Espagne pour rechercher Sofía avec l’aide de ses proches, tandis que tout le monde tente de vivre avec les conséquences de la guerre civile« .

La 5e et dernière saison des Demoiselles du téléphone est sortie en deux parties. Nous avions regardé le tout 1er épisode au moment de sa sortie mais n’avions pas accroché. En réalité, j’aurais pu m’en douter car je ne suis pas très friande des sujets tels que la guerre civile, la prison, les réprimandes, etc. Mais nous avons repris et vu les neuf épisodes suivants courant août pour savoir quel allait être le sort des personnages que nous avons pris plaisir à suivre pendant plusieurs années.

Lidia devient un peu exaspérante. On sent qu’on a fait un peu le tour d’autres personnages et des ficelles que les scénaristes pouvaient tirer.

Bien sûr, voir les horreurs de la guerre, les délations, etc. a du sens et permet de se rendre compte du sort terrible de chacun durant un conflit. Mais c’était finalement trop pour moi et ma sensibilité. Les demoiselles sont très militantes, de vraies leaders et elles ne sont pas épargnées.

J’ai, je crois, bloqué mes émotions devant le triste spectacle qui nous a été offert et n’ai finalement pas pleuré alors qu’il y aurait eu matière. J’ai ressenti un petit côté « tout ça pour ça » à la fin… Je ne vous en dis pas plus mais je n’ai pas aimé regarder cette ultime saison et trouve que c’était le bon moment pour s’arrêter. C’est évidemment un point de vue personnel.

Dirty John, saison 1

L’histoire ? « Connaissez-vous vraiment la personne que vous aimez ? Conquise par John, Debra finit par l’épouser. Leur bonheur est-il réel ? Le charmant docteur ne jouerait-il pas un double jeu ? Terra et Veronica, inquiètes pour leur mère, vont chercher à démasquer cet étranger qui s’est immiscé dans leur famille. »

C’est un collègue qui m’a parlé de Dirty John, disant qu’il avait lui-même regardé cette série grâce à un excellent bouche-à-oreille. Pour une fois que j’étais partante pour un drame en mode thriller, Monsieur n’a pas boudé son plaisir et a même visionné sans moi le 2e épisode car il n’était pas sûr que je poursuivre l’aventure.

Mais la série est vraiment bien faite et tient en haleine. Elle est inspirée de faits réels (mon Dieu !), bien que romancés. John est vraiment un personnage très particulier et peu recommandable mais il a réussi à entrer dans la vie d’une mère célibataire et riche d’une cinquantaine d’années. L’héroïne, Debra, est vraiment gentille et on s’attache énormément à son personnage. Ses enfants, et en particulier ses filles, sont loin de notre monde mais s’inquiètent pour leur mère.

Difficile de ne pas se demander ce que l’on ferait face à quelqu’un comme John. Difficile aussi de ne pas trop en dire mais la manipulation, le mensonge et bien d’autres choses entrent en jeu. J’ai passé mon temps à m’écrier des tas de choses !

La 1re saison compte huit épisodes et se regarde assez rapidement. Si vous voulez un bel exemple de sociopathie, vous êtes à la bonne adresse !

J’ai regardé le 1er épisode de la 2e saison et n’ai pas accroché. Assez occupée, j’ai laissé Monsieur regarder la suite seul. Il a visionné toute la saison mais sans être trop convaincu.

J’espère vous avoir inspirés si vous cherchez quelles séries regarder. Et vous, avez-vous vu ou envie de voir ces séries ? Que regardez-vous en ce moment ?

Retrouvez tous mes billets :

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, au rythme d'une garde alternée, avec son fils Junior, en internat pour sa 3e. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis 2003. J'aime voyager, bruncher, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique et je fais de la zumba et du body balance.

Vous pouvez me suivre sur Instagram (j'y ai ouvert un 2e compte dédié aux romances), Facebook, Twitter ou Pinterest.