Je viens de terminer « Plus loin », le 1er tome de la duologie « Caroline & West » de Robin York. Dans cette romance, on fait la connaissance de Caroline, étudiante en droit promise à une grande carrière, et de West, aîné d’une famille dysfonctionnelle et lui aussi étudiant dans l’Iowa. Si la trame du roman suit celle des opposés qui s’attirent, l’histoire va bien au-delà et est intelligente. Il nous parle merveilleusement bien d’attrait, de désir et d’amour mais aussi d’image de soi et de l’autre et passe des messages de tolérance, autant envers soi (on s’oublie parfois !) qu’envers les autres. J’ai été vraiment touchée par « Plus loin », qui m’a garantit de nombreuses heures de délicieuse lecture. Je vous en dis plus !

Plus loin : l’histoire

« Depuis que son ex a publié sur Internet des photos compromettantes, la réputation de Caroline est ruinée, et sa vie sur le campus est devenue un enfer. Si ça continue, elle pourra renoncer à son brillant avenir dans un cabinet d’avocats. Alors qu’elle tente de faire disparaître toute trace de ce scandale, West, un étudiant qu’elle connaît à peine, prend sa défense. Mais ce brun ténébreux n’est pas fréquentable, ce n’est un secret pour personne. D’ailleurs, il vient d’une famille à problèmes, alors qu’elle est née sous une bonne étoile. Pourtant, Caroline se sent irrésistiblement attirée par lui… »

Mes impressions sur Plus loin

Caroline & West

Petite originalité : Robin York commence par nous décrire physiquement les héros par leurs imperfections, réelles ou supposées. West aurait de petites oreilles et le nez un peu de travers, Caroline les dents écartées.

La jeune femme est la petite dernière d’une fratrie de trois sœurs, élevées par leur père, qui les aime autant qu’il exige d’elles. Son métier de juge rejaillit dans sa vie privée. Caroline marche un peu dans ses pas et se dirige vers une profession juridique. Il lui arrive vraiment quelque chose d’horrible puisque des photos d’elle – et auxquelles elle n’a pas vraiment consenti – circulent sur le web et rien ne semble pouvoir stopper complètement leur diffusion. C’est déjà une épreuve en soi mais encore plus pour quelqu’un qui a encore tout à construire. On se met à sa place et on la regarde évoluer. On est en plein de le « ce qui ne nous ne tue pas nous rend plus fort » (pas toujours mais ici, sans doute !).

West est un être complexe, que j’ai eu du mal à me représenter physiquement. Il est lui aussi assez brillant et s’oriente plutôt vers la médecine, inspiré par son mentor qui est médecin et golfeur à ses heures. Son père a une personnalité incontrôlable et sa mère, qui a reconstruit une vie qui tient à un fil, est inconséquente et pas vraiment stable. West se sent investi d’une mission : veiller sur sa petite sœur. Pour que ses proches ne manquent de rien, il cumule les jobs et deale de l’herbe. Il apparaît au début du roman comme un adorable héros infréquentable en somme. West fait régulièrement de mauvais choix au profit de causes qui lui semblent justes mais qui font pester la lectrice !

Une attirance contre laquelle luttent les héros

Je me suis attachée aux deux personnages, qui s’apportent beaucoup l’un l’autre. Moi qui suis très friande de récits de lente approche avec une forte attraction, j’ai été servie. J’ai frissonné, j’ai été tenue en haleine. Ici, comme régulièrement, j’ai été en mode « coup de cœur » avant de redescendre un tout petit peu quand arrivent les inévitables embrouilles. Mais rien de grave !

Extrait

« Dans cette boulangerie, tandis que le reste du monde dormait, le temps tirait sa révérence et nous autorisait à découvrir quelque chose en dehors de lui. On est devenus nous-mêmes, dans cette cuisine. Bien avant qu’on s’embrasse, j’ai passé une vie entière avec West dans la lumière jaune des néons, baptisée à l’eau tiède avant la communion de l’aube, où l’on rompait une boule de pain. On plongeait nos mains dans la mie et on goûtait notre œuvre » [extrait].

Eh oui, c’est un roman dans lequel il est question de pain et de levain alors que j’essaie de faire mon levain en ce moment (c’est un message divin pour que je n’abandonne pas, c’est sûr ah ah).

Une romance qui donne matière à réfléchir

« Plus loin » a vraiment plus de fond que ce que laisserait imaginer la couverture. C’est un roman sur l’image de soi, la réputation, la justice, le consentement, le bien et le mal, les préjugés et les apparences.

Il parle aussi du droit à l’erreur et de ces petites choses qui font qu’une situation bascule et nous échappe alors même que notre cerveau émet des alertes. On met parfois volontairement notre bon sens en sourdine pour faire passer quelque chose ou un autre intérêt au premier plan. Cela nous arrive sans doute à tous. Je me suis déjà fait piéger et me suis sentie terriblement bête. Ça bouscule un peu la structure mentale que l’on se construit mais cela ne sert à rien de se flageller et de s’offrir à son propre jugement ou à celui des autres.

Un bilan très positif : en route pour la suite !

J’ai vraiment adoré ma lecture et vous conseille de ne pas tenir la suite très loin si ce 1er tome vous plaît car la fin frustre et appelle une suite. En effet, « Plus loin » est suivi d’un tome 2, « Plus fort ». J’en commence la lecture et en attends beaucoup ! Je vous en parle bientôt.

Caroline & West, tome 1 : Plus loin, de Robin York
Paru en février 2016 – 416 pages
Grand format : 18.20 € – Poche : 6,90€
Commander le livre sur Amazon
Emprunter le livre numérique auprès des bibliothèques de Paris

Retrouver tous mes billets lecture

Appelez-moi Lili. J'ai 37 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior, collégien. J'habite à Paris ou sa proche banlieue depuis plus de 16 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram ou Pinterest.