Carré rive gauche - Antiquaires à Paris

J’ai été invitée à suivre une visite guidée organisée par Mon beau Paris la box en petits groupes. C’est sur le thème de janvier que j’ai arrêté mon choix et pu être disponible : « Carré Rive Gauche ou la mémoire des meubles« . Moi qui n’ai jamais su reconnaître un meuble Louis XIII d’un autre, cela a été l’occasion de me cultiver. Je n’ai pas complété développé « l’œil de l’antiquaire » mais suis ravie de ce que j’ai appris.

Rendez-vous était donné devant l’Institut de France pour deux heures de visite un samedi en début d’après-midi. La promesse de la visite ? Savoir « reconnaître un fauteuil Louis XV d’un Louis fauteuil Louis XVI » et partir « à la conquête du quartier du Carré Rive Gauche » aux côtés de Clémentine qui nous a fait « parcourir galeries et antiquaires pour [nous] faire comprendre les différents styles qui ont animé l’histoire du mobilier français. L’expertise des antiquaires du Carré Rive Gauche est aujourd’hui une référence dans le monde de l’art. » Au programme : cinq galeries – trois de mobilier, une d’argenterie et MiniMasterPiece, une boutique qui propose des œuvres miniaturisées sous forme de bijoux – et de nombreuses explications.

Je ne résiste pas à l’envie de vous transmettre un peu de ce que j’ai appris pendant cette visite guidée avant de vous présenter plus en détails Mon beau Paris la box.

Les antiquaires du Carré rive gauche à ParisLes antiquaires du Carré rive gauche à Paris Les antiquaires du Carré rive gauche à Paris

Mes bases pour devenir antiquaire (ou presque)

Le Carré Rive gauche

Si la visite a commencé devant l’Institut de France, ce n’est pas un hasard. Les académies y étaient, initialement, installées, ainsi qu’au Louvre. On y entrait difficilement et cela a été d’autant plus vrai après la Révolution. L’institution est l’opposé d’une galerie privée, l’objet de notre visite. Peut-être le savez-vous mais l’une des premières expos impressionnistes s’est tenue dans une galerie privée.

Le Carré Rive gauche a été inventé en 1977. Il comprend les rues des Saints-Pères, de Beaune, du Bac, de l’Université, de Verneuil, de Lille et le quai Voltaire. Mais le quartier était déjà emblématique et de grands noms y étaient attachés : Lacan, Gainsbourg, Ingres, etc. Les galeristes sont alors venus de Drouot et ont traversé la Seine.

Le premier style :  le Moyen-Âge

Le Moyen-Âge est le premier style. À l’époque (du Ve siècle au XVe siècle), l’élément principal d’un intérieur était la cheminée. On trouvait des coffres, du mobilier d’église – comme une chaire – mais aussi de petites banquettes dans les riches foyers. Les tapisseries n’étaient pas ornementées et ne comprenaient qu’une voire deux couleurs. Le lit n’était destiné qu’au maître de maison et à sa femme mais pas aux enfants. Les tables étaient à tréteaux : la table fixe vient de la Renaissance. C’est pour cela que l’on parle de « dresser la table ». Au Moyen-Âge, il y avait beaucoup de mobilier en sapin. Or le sapin ne tient pas : c’est pourquoi il reste peu de mobilier de l’époque. Les deux « styles » de l’époque étaient le parchemin et le pli de serviette.

Le style Renaissance

François Ier est le Roi de la Renaissance (XVe et XVIe siècles) le plus célèbre (souvenez-vous : le camp du drap d’or au Puy du Fou !). Il mesurait pas loin d’1m98 et était impressionnant de par sa taille et sa culture. À l’époque, les gens mesuraient plutôt entre 1,60 m et 1,70 m. François Ier a fait la guerre en Italie et a ramené des influences. Le meuble Renaissance est donc un meuble sophistiqué et plutôt chargé. On voulait en mettre plein la vue en passant de l’archaïsme à la flamboyance ! On trouve par exemple l’armoire à deux corps. Clémentine nous a rappelé que Fontainebleau était LE château de François Ier. Cela me fait penser que je ne vous ai toujours pas raconté ma visite de ce superbe château à l’automne dernier !

Le style Louis XIII

Louis XIII est le premier roi qui a donné son nom à un style. L’influence de Richelieu est importante. Au niveau du mobilier, on revient à quelque chose de simplifié. Pour le menuisier, on notera trois éléments caractéristiques : la torsade, le chapelet et la balustre.

Le style Louis XIV

L’on ne trouve que quelques objets mais jamais de meuble Louis XIV chez les antiquaires. À cela, il y a au moins deux raisons :

  • le mobilier est imposant, lourd et très difficile à restaurer
  • de nombreux meubles sont à Versailles évidemment et les musées se jettent sur le peu de meubles en vente

À l’époque de Louis XIV, la France était au centre de l’Europe. On voulait épater. C’est à partir de Louis XIII mais plus encore de Louis XIV que l’on veut faire de l’ébénisterie.

La console – qui désigne une table contre un mur – a été inventée sous Louis XIV. Il existait aussi à l’époque la table de gibier : la table sur laquelle le roi mettait le gibier qu’il avait chassé.

Cela a été un grand soulagement quand Louis XIV est mort. Les nombreuses cérémonies – le lever, le bain, etc. – étaient pénibles pour la Cour. En même, ne pas y être convié n’était pas une bonne chose ! On l’oublie souvent mais c’est le Régent qui a succédé à Louis XIV.

Le style Régence

La commode s’est vraiment répandue sous la Régence (1715-1723). Le mobilier a des galbes. La Régence a duré huit ans, le temps que Louis XV, arrière-petit-fils de Louis XIV, grandisse un peu. Le Régent était le fils de Monsieur, le frère de Louis XIV (dont les proches au moins s’habillaient en femme…).  Le Régent s’est réinstallé à Paris : il a gouverné sérieusement mais faisait des fêtes. Il a été le premier à faire intégrer le papier monnaie (nos billets !) mais ça n’avait pas marché.

Le style Louis XV

Le style Louis XV ? On en voit partout dans les galeries ! C’est un plus petit mobilier, au travers duquel on ressent énormément l’influence de Mme de Pompadour. C’est la période rocaille, l’illustration française du rococo. Tout est galbé.

Le style Louis XVI

Louis XVI était un personnage très droit. S’il n’était probablement pas un très bon roi, il était passionné par l’horlogerie, l’astronomie et aurait pu être comptable. Le mobilier époque Louis XVI est donc droit. Un fauteuil pourra par exemple être orné d’un beau médaillon représentant des fleurs : c’est l’influence de Marie-Antoinette.

Le style Empire, sous Napoléon

Napoléon a créé son style à lui. La Révolution est passée par là. Le style Empire, ce sont :

  • le bureau en Arc de Triomphe ou le « bureau de ministre »
  • les références à la victoire, à l’Égypte, les médaillons, etc.

Les galeries du Carré Rive gauche que nous avons visitées

La première galerie visitée a été celle d’Alexandre Piatti, une galerie Renaissance, plutôt italienne. Le Moyen-Âge y était aussi présent, de même qu’un cheval XIXe siècle.

Alexandre Piatti, antiquaire du Carré rive gauche à Paris

Alexandre Piatti, antiquaire du Carré rive gauche à Paris

Alexandre Piatti, antiquaire du Carré rive gauche à Paris Alexandre Piatti, antiquaire du Carré rive gauche à Paris Alexandre Piatti, antiquaire du Carré rive gauche à Paris

Nous y avons appris qu’un antiquaire avait plus de responsabilités qu’un brocanteur car un acheteur pouvait se retourner contre lui si ce qui lui avait été vendu s’avérait ne pas correspondre à la promesse.

La deuxième galerie que nous avons visitée est la galerie Hayem, qui vend du mobilier notamment mais sans le restaurer. On nous y a expliqué la différence entre « époque » et « style ». On dit en réalité plus volontiers « époque Louis XVI » que « style Louis XVI » car « style » donne un peu l’impression d’une imitation.

La troisième galerie était spécialisée dans la marqueterie. Mais je n’y suis passée qu’une minute car la visite a duré plus longtemps que les deux heures prévues. J’ai dû partir en cours de route pour assister à mon cours du samedi à 17h. J’en étais bien désolée mais avais déjà heureusement bien profité des explications.

Mon beau Paris la box : acheter sa place ou en offrir

Avec Mon beau Paris la box, les visites se font par petits groupes.  Pour une place individuelle, il faut compter 24€. Dans ce cas, on ne reçoit pas de box. Pour un plus grand nombre de places, on reçoit un coffret cadeau dont le contenu permet de participer aux visites guidées de son choix. Les places sont valables sur une durée d’un an à compter de la date d’envoi. Les places ne sont pas nominatives. Chaque mois, Mon beau Paris la box propose un nouveau thème de visite de Paris.

Voici les box existantes :

  • 2 places (39 €) : la box du petit curieux
  • 4 places (74 €) : la box du grand curieux
  • 6 places (99€) : la box du fan de Paris
  • 12 places (198€) : la Box du Paris-Addict

Chaque mois, un guide conférencier organise une visite guidée originale de Paris sur un quartier et thème différents. Les prochains thèmes 2017 :

  • février : la petite histoire du vin à Paris
  • mars : l’art en liberté au jardin Tino Rossi
  • avril : on ne meurt qu’une fois… et il vaut lieu ! (au Père Lachaise)
  • mai : du street art à Belleville

Des exemples d’anciennes visites :

  • Les trésors cachés de Paris : les passages couverts
  • Du street art à la Butte aux Cailles
  • La vie romantique à la Nouvelle-Athènes
  • Sur les traces du Moyen-Âge
  • Les secrets de Montmartre
  • Les dames du Marais
  • Le bestiaire insolite de Paris
  • Paris du Luxe, Paris Royal
  • Dans les pas des francs-maçons
  • Le Paris des courtisanes
  • Street art : de la rue au musée
  • La petite histoire de la médecine

J’ai vraiment été emballée par cette première expérience Mon beau Paris la box. Le fait de choisir un thème en particulier selon nos goûts est agréable. Cela fait longtemps que je m’interrogeais sur les styles de mobilier : me voilà comblée ! Dommage que je ne sois disponible qu’en tout début d’après-midi le samedi.

Et vous, connaissiez-vous Mon beau Paris la box ? Avez-vous repéré des visites qui vous plairaient ?

Retrouvez tous mes billets « Paris au fil des rues »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.