Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017

Mettant à profit un après-midi de congés, Monsieur et moi sommes allés découvrir l’expo « Magritte. La trahison des images » au Centre Pompidou. Loin d’être des spécialistes de l’œuvre de l’artiste, nous avons toutefois reconnu quelques toiles – dont certaines que j’avais vues au Moma à New York – et vraiment apprécié la visite. Nous ne nous sommes pas franchement mis la pression et nous sommes promenés devant chaque œ

uvre sans forcément lire tous les panneaux (à la typo difficile à lire d’ailleurs). Les messages délivrés par René Magritte sont vraiment intéressants et la redécouverte nous a plu.Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017

René Magritte – La trahison des images

L’exposition « Magritte. La trahison des images » propose une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte. Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d’autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne.

Une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, sont réunis pour offrir au public cette approche qui s’inscrit dans la ligne des monographies que le Centre Pompidou a consacré aux figures majeures de l‘art du 20e siècle : « Edward Munch. L’œil moderne », « Matisse. Paires et séries » et « Marcel Duchamp. La peinture, même ». L’exposition « Magritte. La trahison des images » explore un intérêt du peintre pour la philosophie, qui culmine, en 1973, avec Ceci n’est pas une pipe que publie Michel Foucault, fruit de ses échanges avec l’artiste.

Dans une conférence qu’il donne en 1936, Magritte déclare que Les affinités électives, qu’il peint en 1932, marque un tournant dans son œuvre. Ce tableau signe son renoncement à l’automatisme, à l’arbitraire du premier surréalisme. L’œuvre, qui montre un œuf enfermé dans une cage, est la première de ses peintures vouée à la résolution de ce qu’il nomme : un « problème ». Au hasard ou à la « rencontre fortuite des machines à coudre et des parapluies », succède une méthode implacable et logique, une solution apportée aux « problèmes » de la femme, de la chaise, des souliers, de la pluie… Les recherches appliquées à ces « problèmes », qui marquent le tournant « raisonnant » de l’œuvre de Magritte, ouvrent l’exposition.

Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017 Magritte - La trahison des images - Centre Pompidou - 2016-2017

Gaston, au-delà de Lagaffe

Si vous passez du côté de Beaubourg, n’hésitez pas à faire une pause à la bibliothèque publique d’information (BPI), qui propose une exposition gratuite sur Gaston Lagaffe jusqu’au 10 avril 2012. Si vous souhaitez vraiment en profiter, mieux vaut prévoir un peu de temps car les panneaux offrent beaucoup à lire. Pour notre part, un peu chargés et avec l’idée d’enchaîner sur une séance shopping de Noël, nous n’avons pas tardé.

Gaston Lagaffe - Centre Pompidou - 2016-2017 Gaston Lagaffe - Centre Pompidou - 2016-2017

L’expo sur René Magritte vaut vraiment le détour : je vous la conseille !

Et vous, êtes-vous sensibles à son travail ?

René Magritte
La trahison des images
21 septembre 2016 – 23 janvier 2017
de 11h à 21h ou de 11h à 23h
Galerie 2 – Centre pompidou
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
Tous les jours sauf mardi de 11h à 21h
Nocturne jusqu’à 23h tous les jeudis soirs, et tous les lundis soirs
www.centrepompidou.fr

Merci au BHV pour les places gagnées lors de l’escape game Collock organisé lors des Journées du patrimoine

Retrouvez tous mes billets « Monuments et musées à Paris »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.