J’ai cherché à faire une surprise à Monsieur tout récemment et, après avoir épluché les critiques des spectacles du moment que nous n’avons pas vus, j’ai acheté des places pour « Hard ». Cette « comédie drôlement jouissive » est jouée sur la scène du théâtre de La Renaissance en cette fin d’année. Si son nom vous dit quelque chose, c’est peut-être parce que cette pièce de théâtre est librement inspirée de la série du même nom.  L’adaptation est signée Bruno Gaccio et la mise en scène Nicolas Briançon. Le spectacle est drôle, original, de bon goût et donne la pêche. Un bon moment !

« Hard » : l’histoire

Quand une jeune veuve bourgeoise tradi découvre que son mari était à la tête d’une société de production de films pornos c’est un drame. Quand elle apprend qu’elle doit reprendre la tête de la société c’est une catastrophe. Mais quand en plus elle tombe amoureuse de la vedette masculine suréquipée Roy Lapoutre le drame catastrophique vire à la comédie. Hard est la première adaptation théâtrale de la série à succès de Canal plus. Une comédie drôlement jouissive pour un public averti de plus de 15 ans et 3 mois.

Affiche pièce de théâtre Hard

Mes impressions sur « Hard »

Lorsque le rideau s’est levé, l’ambiance était déjà si bonne dans la salle que j’ai eu peur que les gens derrière nous ne se sentent pendant tout le spectacle comme dans leur salon. Ils commentaient joyeusement et ne cessaient de parler, ravis de faire des parallèles avec la série. Heureusement, ils ont fini par nous laisser écouter les comédiens. Les spectateurs étaient clairement suspendus aux scènes qui se jouaient sous leurs yeux. La bonne humeur qui régnait dans le théâtre tranchait avec la pluvieuse journée d’automne que nous venions de vivre. « Hard » redonne de l’énergie !

L’histoire est originale et donne lieu à de nombreuses scènes amusantes. La pièce n’est pas vulgaire, même si le thème de la sexualité fait que c’est un spectacle pour adultes. Ce n’est pas le moment de faire l’éducation théâtrale de vos enfants. Les costumes des acteurs pornos – signés Michel Dussarat – valent le détour. Roy est particulièrement gâté de ce point de vue ! Et je pense que les hommes de la salle ne se sont pas plaint des tenues des deux jeunes femmes qui jouent le rôle des actrices de hard. L’histoire nous fait naviguer entre l’église pour les funérailles puis le domicile de Sophie et son nouveau lieu de travail. Juliette Azzopardi a mis tout cela en décors.

Claire Borotra est une parfaite Sophie dans la retenue. François Vincentelli (que j’ai au minimum vu dans la saison 2 de Clara Sheller ♥) incarne un personnage lui aussi prisonnier de son image. Comment être crédible et présentable en tant qu’amoureux quand on est une référence du sexe à travers le monde ? À leurs côtés et parmi les personnages principaux, Nicole Croisille est une belle-mère bien manipulatrice et pas loin d’être encore dans la force de l’âge. Charlie Dupont est très drôle avec ses mimiques et son accent improbable. Stephan Wojtowicz joue un gérant assez terre à terre et qui voit arriver Sophie d’un mauvais œil (non au changement !). Isabelle Vitari incarne ce qui se rapproche de tout sauf d’une amie ! Son personnage est fait pour adorer être détestée.

Le temps est vraiment passé vite. Nous avons été divertis et embarqués. Monsieur a été ravie de ce choix que j’ai fait pour nous !

Et vous, est-ce que « Hard » vous tente ?

Hard
Jusqu’au au 6 janvier 2019
Du mardi au samedi à 21h
Matinées le samedi et le dimanche à 16h30
Tarifs (sur le site du théâtre) : de 15 à 59€

Théâtre de la Renaissance
20 boulevard Saint-Martin
75 010 Paris
Le site du théâtre

Retrouvez tous mes billets « Théâtre »

Appelez-moi Lili. J'ai 35 ans, vis avec Monsieur et, une semaine sur deux, avec son fils Junior. J'habite à Paris ou tout près depuis 15 ans. J'aime voyager, aller au théâtre, lire ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.