Cinquante nuances plus sombres

J’ai eu envie de voir le film « Cinquante nuances plus sombres » comme prolongement logique de ma lecture de la saga et du visionnage du premier film. La critique presse de ce deuxième opus est particulièrement mauvaise et celle des spectateurs dépasse la moyenne mais est mitigée. J’ai finalement vu le film avec Monsieur mais il peut se voir aussi bien en couple qu’entre amies. Trois semaines après sa sortie, le 8 février, l’adaptation du deuxième volume de la saga « Fifty shades » n’est déjà plus largement présentée dans les salles parisiennes. Et, en effet, le film n’est pas une révélation, même s’il se laisse regarder.

Cinquante nuances plus sombres

L’histoire

C’est un Christian blessé qui tente de reconquérir Anastasia. Cette dernière exige un nouveau contrat avant de lui laisser une seconde chance. Mais une ombre surgit du passé de Christian et plane sur les deux amants, déterminée à détruire un quelconque espoir de vie commune.

Cinquante nuances plus sombres Cinquante nuances plus sombres

Alors, alors ?

Deux ou trois semaines après la sortie, nous n’avons pas trouvé facilement de salle projetant le film à l’heure qui nous arrangeait. Le public, composé de couples et de duos de copines, était venu en mode « second degré ». La salle riait régulièrement sans que les héros n’aient à faire de blague. On ne va pas voir « Cinquante nuances plus sombres » pour son côté crédible mais plutôt pour s’évader un peu du quotidien et voir une histoire d’amour qui change à l’écran.

Monsieur a trouvé que l’histoire n’était pas fantastique et s’adressait plutôt aux filles. Il lui a semblé, à juste titre, que l’on ne savait pas forcément, d’un quart d’heure à l’autre, quelles pouvaient être nos attentes sur le déroulement des scènes car les réponses sont apportées dès que les questions sont posées. La question justement, selon lui, était plutôt de savoir où allait se passer la scène coquine suivante. Il tempère : ce n’était pas non plus une torture que de regarder le film. Objectivement, les hommes qui accompagnent leur chère et tendre voir le film voient aussi Dakota Johnson se promener nue ou dans de précieux sous-vêtements une bonne partie du temps.

Monsieur a fait un parallèle entre « Cinquante nuances plus sombres » et « Pretty woman ». Dans les deux cas, une fille rencontre un homme riche et qui lui donne tout. La jeune femme ne veut pas tout-à-fait se conformer à ce monde. Du côté des références, j’ai presque pensé au célèbre « Le diable s’habille en Prada » pour l’environnement professionnel d’Anastasia. Et j’ai surtout immanquablement pensé à « After » et vu les similitudes entre Cristian et Hardin, leurs cauchemars, leur expérience, etc.

Pour les spectatrices, Jamie Dornan est nettement moins dénudé (ah ah) que sa partenaire à l’écran. L’acteur a gagné en musculature « à l’américaine ». J’ai trouvé cela dommage. Avez-vous remarqué comme beaucoup d’acteurs américains, même dans les séries, font de la gonflette et changent d’année en année ? Objectivement (ou pas), Jamie Dornan n’a franchement pas besoin de ça pour produire son petit effet.

Cinquante nuances plus sombres
Cinquante nuances plus sombres

Nous avons noté quelques « mini-incohérences » : comment du rouge à lèvres peut-il rester sur la peau pendant des heures sous une chemise blanche restée impeccable ? Tiens, où est passé le rouge à lèvres le temps du bisou ? Et pourquoi autant de sous-vêtements pour ne finir qu’en culotte sous la robe ? Rien de dramatique cela dit…

Il me semble que les personnages sont moins charismatiques que dans le livre mais la lecture commence à dater un peu ! J’ai eu l’impression qu’il y avait plus de scènes érotiques que dans le premier film… et Monsieur à eu la sensation contraire. Rappelons que « Cinquante nuances plus sombres » est interdit aux moins de 12 ans et qu’il n’a pas vocation à être vu en famille !

Au-delà de ça, les images du film sont belles. La musique nous a beaucoup plu. Monsieur a trouvé que le film faisait moins clip que « Cinquante nuances de Grey », à l’exception de la scène du yacht.

Bref, je suis contente d’être allée voir « Cinquante nuances plus sombres » même si je dois avouer que cette heure 58 de cinéma est loin d’être très marquante. Nous conseillerions plutôt le film aux filles. Jamie Dornan n’est sans doute pas pour rien dans mon envie de voir le troisième et dernier film lorsqu’il sortira !

Et vous, avez-vous vu le film et/ou lu les livres ?

Retrouvez mes articles sur :

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.