Depuis le 23 février, « C’est encore mieux l’après-midi » est joué au théâtre Hébertot. Il s’agit de l’adaptation par Jean Poiret d’une pièce de Ray Cooney. Les noms de José Paul, à la mise en scène, et de Sébastien Castro, au casting, m’ont donné envie de découvrir la pièce. Et j’ai eu raison car Monsieur et moi avons beaucoup aimé et vraiment passé une bonne soirée.

Alors que nous sommes en pleine campagne pour les élections présidentielles et suivons des affaires (sic !), c’était amusant d’assister à une pièce autour de la vie privée d’un homme politique mettant en scène un assistant parlementaire, une épouse, une maîtresse, etc. La pièce va bien au-delà d’une « banale » tromperie d’un homme avec sa maîtresse : on bascule vraiment dans une situation ubuesque. De petits mensonges en petits mensonges, on arrive à des scènes totalement délirantes.

C'est encore mieux l'après-midi - Théâtre Hébertot - Copyright : Photo Lot

Photo : Photo Lot

Dans un hôtel proche de l’Assemblée Nationale, un célèbre député se prépare à un après-midi coquin avec une secrétaire du premier ministre au lieu d’assister à un débat parlementaire de la plus haute importance. Mais la présence de sa femme dans le même hôtel et la maladresse chronique de son assistant vont déchaîner les catastrophes et toute une série de quiproquos hilarants.

Affiche "C'est encore mieux l'après-midi"

La mise en scène fonctionne parfaitement. Les personnages évoluent sans cesse dans l’espace et les portes claquent ! Dans toutes ces histoires, ce n’est pas celui que l’on imagine qui est forcément le mieux servi ! « Qui est pris qui croyait prendre ».

Tous les comédiens défendent parfaitement leur rôle. On s’attache particulièrement à ceux que l’on suit depuis le début : le député, son épouse, l’assistant et le serveur notamment. Sébastien Castro a des mimiques de garçon paumé pour interpréter Georges, un attaché parlementaire qui veut toujours bien faire. Lysiane Meis interprète une Christine très pétillante et enjouée. Rudy Milstein est un serveur vraiment drôle qui n’est pas aussi idiot qu’il ne le laisse paraître. Il prend plaisir à être témoin de la situation : c’est un plaisir communicatif ! Pierre Cassignard incarne un député bien sûr de lui qui pourrait bien être victime du syndrome de l’arroseur arrosé. Bien sûr, leurs quatre partenaires ne déméritent pas non plus.

C'est encore mieux l'après-midi - Théâtre Hébertot - Copyright : Photo Lot

Photo : Photo Lot

C'est encore mieux l'après-midi - Théâtre Hébertot - Copyright : Photo Lot

Photo : Photo Lot

Les décors sont travaillés. Ils permettent de nous transporter dans les différentes parties de l’hôtel et sont tout-à-fait crédibles. Je préfère de loin les « vrais » décors aux scènes dépouillées et ai été ravie de ce côté là aussi.

C'est encore mieux l'après-midi - Théâtre Hébertot - Copyright : Photo Lot

Photo : Photo Lot

On s’amuse et on rit régulièrement. Nous sommes ressortis vraiment divertis du théâtre Hébertot. « C’est encore mieux l’après-midi » est une pièce qui fait du bien !

Si nous devions mettre une note, pour une pièce qui fait passer un bon moment et ne cherche pas à faire réfléchir, j’aurais mis 7,5 sur 10 et Monsieur 8 sur 10. D’excellents chiffres donc !

Si vous avez envie d’un moment de divertissement de qualité devant une chouette comédie, « C’est encore mieux l’après-midi » est une belle découverte !

Merci Xavier de cette invitation.

« C’est encore mieux l’après-midi »
Depuis le 23 février 2017
Du mardi au samedi à 21h
Le samedi à 16h30 et le dimanche à 15h
Tarifs (hors possibles réductions) : de 15 à 48€

Théâtre Hébertot
78 bis boulevard des Batignolles
75017 Paris
Le site du théâtre

Retrouvez tous mes billets « Théâtre »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.