Vous le savez, je suis une bonne cliente des films et des livres Twilight et Harry Potter et suis toujours la 4e saison de « Vampire diaries ». Vous ne serez donc pas étonnés si je vous dis que l’affiche de « Sublimes créatures » m’a donné envie et, qu’en plus de m’offrir le livre « 16 lunes », dont le film est une adaptation, mon amoureux m’a accompagnée au ciné. En réalité, le film, deux semaines après sa sortie, avait une critique assez moyenne (autour de 3 sur 5). Si le film « 20 ans d’écart » n’avait pas été complet, nous ne serions peut-être pas allés le voir. En sortant du ciné, nous avons passé le reste de la soirée à discuter de tout ce qui nous a déplu dans ce long métrage, réalisé par Richard La Gravenese !

affiche-sublimes-creatures.jpg

L’histoire

« Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des États-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes.
Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle.
Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret.
Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres… »

Source : « Sublimes créatures » sur Allociné

Alors, alors ?

Nous sommes sortis déçus par « Sublimes créatures ».

Le titre, pour commencer, n’a rien à voir avec l’histoire. Les acteurs sont des gens normaux, ni plus beaux, ni plus laids. Un personnage sort du lot physiquement : la cousine de Léna. J’ai lu que l’actrice principale, Alice Englert, était la fille de la réalisatrice Jane Campion. Alden Ehrenreich me fait ni chaud ni froid. Jeremy Irons figure tout de même au casting mais ne ressort pas plus que cela.

sublimes-creatures-lena-ethan.jpg
Nous avons eu du mal à entrer dans l’histoire. Chacun a dû faire un effort pour raccrocher un peu les wagons au départ. On ne laisse pas forcément porter très facilement. Le film perd un peu de rythme au milieu de ses 2h04. La fin donne un regain d’intérêt mais nous n’avons pas envie de voir les éventuelles suites au cinéma. Même si j’ai utilisé mes points UGC de ces deux dernières années et que la séance était donc gratuite, c’était déjà presque trop cher.

Selon mon amoureux, « le scénario est digne d’un épisode de ScoobyDoo » : cela nous a beaucoup fait rire, j’avoue. Le fait est qu’on se pose de nombreuses questions en sortant de la salle : « mais pourquoi ceci ? mais pourquoi cela ? pourquoi la foudre frappe toujours au même endroit ? depuis quand est-il en train de rêver ? ». Si une partie des questions devrait trouver réponses dans les épisodes suivants, s’ils sont réalisés, d’autres devraient demeurer.
diner-sublimes-creatures.jpg
Les décors sont pas mal. On retrouve le typique lycée américain. La demeure familiale impressionne d’extérieur mais l’intérieur est étrange. Pourquoi un hall très moderne qui contraste tant avec les autres pièces et l’allure extérieure ? L’affichage de poèmes de William Blake, d’Alfred Lord Tennyson, d’Edna St. Vincent Millay et de Rumi est très… poétique. J’ai aussi beaucoup aimé les écritures qui apparaissaient sur les livres.

Les costumes sont parfois sympa, parfois risibles. La teinture rose, dans ce film, ne fait pas l’affaire par exemple…

Il faut avouer aussi qu’il faut maintenant que le niveau soit élevé pour ne pas ennuyer sur un thème qui commence à être usé par tous les bouts : les lycéens qui s’ennuient dans des villes américaines où des êtres surnaturels débarquent. Trop de rentrées des classes ! Trop d’yeux qui brillent !

sublimes-creatures-jeremy-irons.jpg
sublimes-creatures-cousine.jpg
Vous l’aurez compris, même si des éléments sont bons et que « Sublimes créatures » n’est pas à jeter, cette romance fantastique américaine ne m’a pas séduite. J’essaierai de lire « 16 lunes » puisque je l’ai mais quand j’aurai davantage de temps.

Et vous, avez-vous vu le film ?

Retrouvez tous mes billets ciné

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.