Acireale, Sicile

Notre troisième jour en Sicile a commencé comme les autres : par un bon petit déj’ buffet à l’Una hotel palace ! Œufs brouillés, lard grillé ou jambon, fromage, yaourts, céréales, gâteaux et boisson : de quoi tenir jusqu’au soir avec une petite collation en début d’après-midi !

Sicile-Una-hotel-palace-hall.JPG

Sicile-Una-hotel-palace-buffet-1.JPG
Sicile-Una-hotel-palace-2-copie-1.JPG
Les images des journaux nous ont bien confirmé que nous avions assisté à une éruption de l’Etna la veille au soir, au cas où nous aurions eu un doute.

Sicile-journal-Etna-eruption.JPG
À l’angle de la via Archimede et de la viale della libertà, nous avons attendu une bonne heure qu’un bus vienne pour nous emmener à Acireale (2,40 €, trajet de 11h45 à 12h20).

Sicile-terminal-bus.JPG
Acireale est une station thermale à 16 km au nord de Catane. On y trouve plus de 100 églises. La première que nous ayons vue est celle qui se trouve piazza Lionardo Vico. Étant venues découvrir la ville un dimanche, nous n’avons pas pu avoir de plan ni vraiment prévoir notre escapade.

Sicile-Acireale-1.JPG
À Acireale, on trouve aussi une piazza del Duomo. On y voit différents monuments baroques : la basilica dei Santi Pietro e Paolo, le duomo avec une façade remaniée à la sauce gothique, etc.

Sicile-Acireale-2.JPG
Sicile-Acireale-3.JPG
Nous avons pu traverser en vitesse le duomo juste avant qu’il ferme à 12h45… Réouverture prévue à 17h. N’oublions pas que la Sicile dort quand le soleil travaille !

Sicile-Acireale-4.JPG
En suivant le corso Umberto I, nous sommes arrivées villa Belvedere, un jardin dont l’on peut voir la mer et l’Etna.

Sicile-Acireale-5-fleur.JPG
Sicile-Acireale-6-Bellevedere.JPG
Le bar Belvedere nous a permis de nous rafraîchir avec une petite glace ! Chocolat – pêche pour moi et pour changer (sic !).

Sicile-Acireale-7-glace-chocolat.JPG
Les serviettes dans tous les bars sont moelleuses comme du papier ! Elles n’essuient rien en somme…

Sicile-Acireale-8-serviette.JPG
Sicile-Acireale-9-Harry-Potter.JPG
Objectivement, on peut dire que jusqu’à 16h, absolument tout était fermé. Mais où sont les gens ?

Sicile-Acireale-10-rue-deserte.JPG
Finalement, le peu de personnes sorties boivent un verre. Allez, on fait comme eux !

Sicile-Acireale-11-jus-pesca.JPG
Nous avons aussi continué notre tour au hasard des rues, et sommes descendues plus près de la mer, dans des coins un peu reculés. Peu après 16h, nous avons pu entrer dans deux églises. Il faut suivre car celle qui devait ouvrir à 16h n’a jamais ouvert et celle qui devait ouvrir à 17h a ouvert avant.

Sicile-Acireale-12-place-duomo.JPG
Sicile-Acireale-13-place-duomo.JPG
Retour au duomo… Superbe !

Sicile-Acireale-14-duomo.JPG
Sicile-Acireale-15-duomo.JPG
Sicile-Acireale-16.JPG
Sicile-Acireale-17.JPG
Puis nous sommes allées chiesa di San Sebastiano, une église située sur la place où nous devions reprendre le bus.

Sicile-Acireale-18-vue-de-l-eglise.JPG
Sicile-Acireale-19-eglise.JPG
Et c’est là qu’une nouvelle épopée a commencé ! À 16h40, nous attendions le bus de 16h45. À 17h, idem. Une passante – qui, ô miracle, parlait anglais – nous a dit qu’il n’y aurait pas de bus et qu’il nous fallait retourner vers le Belvedere. Là, on a trouvé un arrêt de bus mais sans le moindre panneau et le moindre horaire.

Un bus avec deux chauffeurs et aucun passager est passé par là. Nous sommes montées en disant « Catania Catania » (notre destination !) et ils nous ont embarquées en semblant nous promettre trouver le moyen de nous y emmener. Impossible de communiquer, ils n’arrêtaient pas de parler italien et nous un mélange de français et d’anglais mais aucun d’entre nous ne comprenait quoi que ce soit à ce que disaient les autres ! Nous avons dû passer une quarantaine de minutes dans ce bus vide à le voir s’éloigner de la ville, s’arrêter dix minutes devant un hôpital et à écouter les deux Siciliens raconter on-ne-sait-quoi et commencer à nous faire flipper ! Ils disaient « otto otto », « Etna », « domani »… Et nous, on se demandait pourquoi ils parlaient du lendemain et de « taxi amigo » (nooooon) et on disait « domani, on s’en fout : Cataniiiiiiia ! ».

En rentrant à nouveau dans la ville, on a compris qu’ils allaient bien nous emmener à la gare et on priait intérieurement pour trouver des trains, à défaut d’avoir un bus ! À 18h, nous étions devant la gare. Les deux chauffeurs ont carrément arrêté le bus, mobilisé les gens dans le hall de la gare, ont lu les horaires pour nous, nous ont aidées à acheter un billet de train et nous ont montré le quai. Soulagement général ! En fait, les Siciliens sont adorables et ils en étaient un bon exemple ! Et le « otto otto », c’était pour nous dire l’heure du bus qui relie Catane à l’Etna tous les matins !

Sicile-Acireale-gare-1.JPG
Sicile-Acireale-gare-2.JPG
Pour changer, nous avons attendu le train 40 minutes. Il était surpeuplé de vendeurs à l’étalage, etc. Finalement, même si le bus n’a pas toujours été simple à gérer, il est un moyen de transport plus agréable pour voyager dans cette région !

Sicile-Acireale-gare-3.JPG
Sicile-Acireale-gare-4.JPG
Acireale-Sicile-carte.jpg
Le soir, nous avons goûté une pizza jambon, champignons, tomate, œufs durs (quelle idée !) à la Collegiata. Pas mal mais elle a eu du mal à passer : trop grosse, trop d’émotions, trop mal au crâne ! Ca aura été notre unique pizza sicilienne…

Sicile-pizza-copie-1.JPG
En bref : une journée que je ne vais pas oublier de sitôt ! Cette petite galère de bus nous aura notamment marquées… Et vous, avez-vous l’impression d’avoir davantage de contacts avec les habitants de lieux que vous visitez lorsqu’il arrive des galères ?

Sur le voyage en Sicile :

Sicile, jour 8 : de retour de Catane
Sicile, jour 2 : Catane
Sicile, jour 1 : départ pour Catane et découverte de la ville
Sicile : le décompte des jours avant le départ a commencé !

Préparez aussi votre voyage avec le guide du Routard sur la Sicile


Afficher Les voyages du blog de Lili à travers le monde sur une carte plus grande

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.