J’ai assisté il y a quelques jours à une avant-première de « Morning glory », qui sort le 6 avril 2011 dans les salles. L’affiche promettait une bonne petite comédie et le film a tenu ses promesses.

morning-glory-affiche.jpg

L’histoire

« Bien qu’elle soit jeune, jolie, dynamique et ambitieuse, Becky Fuller est en pleine traversée du désert professionnelle et sentimentale.

Aussi, lorsqu’on propose à cette productrice TV de reprendre « Daybreak », la matinale la moins regardée du pays, elle accepte le défi sans hésiter. Pour booster l’audience, elle décide d’engager Mike Pomeroy, le journaliste de légende de la chaîne. Mais le charisme de Mike n’a d’égal que ses caprices de star, et ses relations sont électriques avec Colleen Peck, sa co-présentatrice. Les coups bas hors-plateau s’accompagnent très vite de petites phrases assassines à l’antenne…

Dans le même temps, Becky craque pour un producteur de la chaîne, mais sentiments et travail ne font pas toujours bon ménage. Parviendra-t-elle à sortir l’émission de l’impasse et à trouver l’amour ? »

(Source : « Morning Glory » sur Allociné)

morning-glory-affiche2.jpg

Alors, alors ?

J’ai passé un bon moment devant « Morning glory ».

Rien à redire du côté du casting, le cinéma américain sait trouver ses acteurs en général !

Rachel McAdams interprète le rôle principal, celui de Becky, une jeune femme de mon âge (28 ans donc !) sympathique, énergique et volontaire. Physiquement, elle me faisait carrément penser à Natasha St-Pier mais là n’est pas la question… !

À ses côtés, deux acteurs beaucoup plus connus : Harrison Ford et Diane Keaton. Ils sont très bien dans le rôle d’une présentatrice prête à tout et d’un journaliste… prêt à rien, surtout pas à renoncer à de « vraies actus ».

morning-glory-diane-keaton.jpg
morning-glory-harrisson-ford.jpg
Côté histoire, le film a du mal à décoller. J’ai passé un peu de temps à me demander où on allait et à rester en attente. Puis le rythme s’accélère, on éclate de rire et la comédie s’installe vraiment. À un moment, j’ai cru que je n’arrêterais jamais de rire…

J’ai bien aimé les images du film, qui n’est pas avare en plans New Yorkais… Pas mal pour revivre mon voyage ! Plus futile : j’ai adoré les chaussures roses de Becky… celles avec lesquelles elle court dans la ville ! Toute cette superbe contraste avec l’état des locaux de l’émission que la productrice tente de sauver. 

morning-glory-brooklyn-bridge.jpg
Comme il se doit dans ce type de films, il y a pas mal de bons sentiments mais c’est aussi ce que l’on vient voir. Et, si l’on suit un peu la vie amoureuse de Becky, ce sujet n’est pas au coeur de l’intrigue et intervient en toile de fond. Pas de grandes envolées lyriques ni de grandes déclarations : ça peut être bon à signaler aux allergiques aux comédies sentimentales. La vraie relation du film, c’est ce qui tente de se tisser entre une productrice et son présentateur revêche.

J’ai aussi aimé la bande originale. Il faudra que je regarde de plus près quels morceaux y figuraient !

morning-glory-entretien.jpg
En bref, même si le film est lent à démarrer, il s’en dégage une belle énergie et, après avoir bien ri en salle, on ressort avec un grand sourire collé sur le visage. Mission accomplie !

Serez-vous au rendez-vous début avril pour la sortie du film ?

La page Facebook du film

Retrouvez tous mes billets ciné

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.