J’ai eu le plaisir de découvrir « Le discours d’un roi » en avant-première mi-janvier dans une petite salle du 8e arrondissement. Au moment où les affiches commençaient à se multiplier dans les couloirs du métro, la bande-annonce du film m’a donné envie d’en voir plus.

affiche-discours-roiLe-discours-d-un-roi-king's-speech

 

L’histoire

« Le film raconte l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Élisabeth. Celui-ci va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI, suite à l’abdication de son frère Édouard VII. D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI affrontera son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme et surmontera ses peurs grâce à un thérapeute du langage aux méthodes peu conventionnelles. Sa voix retrouvée, il réussira à convaincre le peuple anglais de déclarer la guerre à Hitler. »

Source : Allociné

 

Alors, alors ?

« Le discours d’un roi » est un très beau film. L’histoire est presque si étonnante qu’elle ne pouvait qu’être vraie.

Si « The king’s speech » est un film historique, il est avant tout une grande histoire d’amitié et porte sur le dépassement de soi, de ses complexes, de sa timidité. Ce film « royal » porte sur ce qu’il y a de plus fragile en nous, sur nos failles. L’idée est, que l’on soit roi ou pas, de montrer que les difficultés sont légion et nous placent face à nous-même.

Le scénariste est David Seidler, quelqu’un qui a souffert, comme Georges VI, de bégaiement. Ca n’en rend que l’histoire encore plus touchante.

Au début de ces deux petites heures de projection, j’ai attendu un peu trop longtemps à mon goût d’être emportée par l’histoire. Il m’a sans doute fallu entre un quart et un tiers du temps pour vraiment quitter mon siège et partir outre-Manche. À la fin du film, la question ne se posait plus depuis un moment : les émotions étaient bien présentes et transmises au public.
Colin Firth, loin de son physique de bel Anglais dans « Bridget Jones » & autres, est assez magistral dans sa prestation. Car interpréter un futur roi qui bégaie en étant totalement crédible n’est pas une mice affaire ! Je pense que nous sommes nombreux à avoir respiré avec son personnage, priant presque pour qu’il parvienne enfin à s’exprimer d’une voix claire et fluide.

discours-colin-firth.jpg
Helena Bonham Carter a un physique si particulier qu’elle m’a beaucoup fait penser à ses rôles dans « Big fish » ou « Harry Potter ». Pourtant, elle ne démérite pas et transcrit à merveille le portrait d’une femme forte, douce, compréhensive, attentive et qui soutient de toutes les façons son mari.

discours-d-un-roi-georges-VI-et-sa-femme.jpg
Geoffrey Rush interprète avec brio Lionel Logue, l’orthophoniste de George VI « Bertie ». En le voyant, on peut affirmer et confirmer que le casting n’est pas le point faible du film. Son jeu est vraiment épatant et son visage si particulier et expressif que l’on ressent vraiment les émotions de son personnage humain et loyal.

discours-d-un-roi-lionel.jpg
Le film réalisé par Tom Hooper ne peut qu’être recommandé, pour toutes les qualités que je viens de vous découvrir, et d’autres encore. Il est à conseiller à ceux qui n’attendent pas que de l’action dans un film car « Le discours d’un roi » est un long métrage qui se déroule, se développe peu à peu…

Si je devais le noter d’après mes ressentis, je lui mettrais 3,5 sur 5. Le petit bémol est que le film cumule les qualités mais il lui manque un « petit quelque chose » pour marquer sur le long terme… Ce n’est que mon avis !

Rendez-vous dans les salles le 2 février 2011 !

Inspiré(e)s ?

Retrouvez tous mes billets cinéma

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.