La couverture de « La petite peste philosophe » m’a donné envie de découvrir cette nouveauté Marabulles, de l’italienne Vanna Vinci. J’étais donc très contente de trouver l’ouvrage dans la boîte aux lettres et de découvrir un beau livre. Mais je m’attendais à rire et ça n’a pas été vraiment le cas.

petite-peste-philosophe.jpg

L’histoire

« La Bambina est nihiliste, parle comme une jeune femme de trente ans, passe son temps sur Internet, demande un lifting pour son anniversaire, est spécialiste du sotto voce et lit Kant en cas d’insomnie. Heureusement, elle a un interlocuteur à sa mesure, une peluche, Lillo, qui est son confesseur et qu’elle adore parce qu’il l’écoute sans poser de questions et accepte toutes ses fantaisies. Bref, la Bambina, c’est la Mafalda du vingt et unième siècle ! »

Source : Marabout

Alors, alors ?

« La petite peste philosophe » m’a légèrement déçue. Bien que quelques idées m’aient amusée, le tout est peut-être un peu trop cynique pour moi. Il y a vraiment de bonnes idées mais j’ai malgré tout peu souri. Je me suis demandée s’il me manquait des références pour bien saisir quelque chose qui m’aurait échappé. La petite peste philosophe ne parle pas vraiment comme une femme de 30 ans mais est, c’est clair, un personnage hors normes.

Les 144 pages se lisent tout de même facilement et vite. Les dessins sont bien faits.

peste-philo.jpg
Mon amoureux a aussi commencé la BD et, comme moi, n’y a pas trop pris goût. J’aurais pourtant aimé aimer !

Et vous, avez-vous entendu parler de cette sortie de la rentrée ? (sans mauvais jeu de mots !)

Consulter La petite peste philosophe sur Amazon

Retrouvez tous mes billets « Livres »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.