Il y a à peine un an, je vous parlais du livre de David Foenkinos, « La délicatesse » : un roman qui m’avait émue et dont seule la fin m’avait déçue. Aussi, quand j’ai su qu’il était adapté à l’écran, je me suis demandée ce que ça pouvait donner. La presse n’a pas trop aimé, les spectateurs davantage, et l’affiche me semblait dégager la douceur que j’attendais. Je comprends ce qui peut être reproché au film mais j’ai tellement été émue que je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé !

la-delicatesse-affiche.jpg

L’histoire

« Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s’investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle. Mais subitement, sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues, Markus, un homme très atypique. S’ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l’entreprise. Choisit-on vraiment par quel moyen on renaît à la vie ? Nathalie et Markus vont finir par fuir pour vivre leur histoire et leur émerveillement à l’abri de tout. Cette histoire de renaissance est aussi celle de l’étrangeté amoureuse. »

Source : la fiche de « La délicatesse » sur Allociné

Alors, alors ?

J’ai vraiment beaucoup aimé « La délicatesse » ! Nous étions trois filles et je suis vraiment celle qui a préféré. Pour l’une des mes amies, c’était « trop poétique » et il y avait des longueurs. Elle a raison mais j’aime le poétique !
Cette réalisation de David et Stéphane Foenkinos m’a vraiment touchée. J’ai retrouvé la sensibilité du livre, aimé la belle vision des personnages principaux, l’humour et la simplicité de Markus, la lente renaissance de Nathalie. J’ai souvent ri et, mon Dieu, qu’est-ce que j’ai pleuré ! Dès le décès initial, les larmes dégoulinaient le long de mes joues et, jusqu’à la scène finale, mes yeux n’ont pas arrêté de couler dès que mes joues séchaient !

Le lent enchantement du quotidien, la reconnaissance de l’âme pure en l’autre, l’espoir d’un avenir vécu pleinement malgré des fondations empreintes de souffrance… tout cela m’a vraiment remuée !
Du coup, l’heure 48 du film est bien passée, malgré un certain calme. François Damiens est excellent pour donner la réplique à Audrey Tautou. J’ai adhéré.

Si vous êtes du genre hypersensible, il se pourrait que vous aimiez autant que j’ai aimé !

Retrouvez tous mes billets cinéma

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.