J’ai testé pour la première fois, début juin, un deal coiffure par le biais de Groupon. Il s’agissait d’une offre « shampoing, coupe, coloration ou balayage plus vernis et brushing à 49 euros au lieu de 128 chez Camille Albane« , achetée fin janvier.

camille-albane-deal-groupon.jpg

Une envie de changer d’adresse

Je ne suis allée qu’une seule fois chez un coiffeur parisien – Thierry Lothmann, dans le 1er arrondissement – et c’était l’occasion de voir un peu ce qui se faisait. Ces dernières années, j’ai mes habitudes chez Tapprest, à Troyes, mais, si j’en suis satisfaite globalement, j’ai envie de tester d’autres adresses et n’aime pas trop quand une adresse se repose un peu sur ses lauriers quand on devient fidèle. J’avais entendu plutôt du positif sur Camille Albane et sa façon de traiter la couleur donc banco ! Je me suis lancée.

 

Un deal à (trop de) succès : la réservation

Le deal acheté était valable du 24 janvier au 24 avril mais, le succès étant assez énorme, il a été prolongé pour pouvoir absorber toutes les demandes.

 

Quand j’ai téléphoné la première fois, le 15 février, on m’a indiqué qu’il n’y avait pas de rendez-vous avant le 15 mars, y compris en semaine. Il fallait voir bien plus loin pour le week-end. J’ai téléphoné une seconde fois le 1er mars, le temps de voir quel jour de semaine je pourrais poser dans le courant du mois. Cette fois, il n’y avait plus de rendez-vous avant mai. Et il fallait compter sur juin pour le week-end. Pour avoir un créneau qui m’arrangeait, il a donc fallu que je prenne rendez-vous pour trois mois plus tard.

Le jour J

Je suis arrivée sur place, dans le quartier de Charonne, un matin à l’ouverture. Je n’ai pas adoré ma matinée là-bas mais suis ressortie bien coiffée quand même.

Ce que je n’ai pas aimé chez Camille Albane

Petit tour d’horizon de ce qui ne m’a pas plu :

– j’ai regretté qu’on ne me propose pas de poser mon sac dans un vestiaire (super la promenade avec le sac à main dans tout le salon…)

– le salon n’était pas très propre : la blouse est blanche et les tâches ne partent pas au lavage, il reste des cheveux bruns et épais dessus au moment où je l’enfile, le sol n’est pas impeccable à l’ouverture le matin…

– on m’a servi une petite soupe à la grimace mais j’aurais préféré qu’on me serve… un verre d’eau ! Je crevais de soif après trois heures sur place

l’adresse est moins classe que celles auxquelles je suis habituée : bon, je ne demande pas forcément les fauteuils massants (♥) de chez Tapprest à Troyes mais les fauteuils oranges, les moucherons qui volent sous les lampes, l’ampoule grillée, les multiples câbles apparents des télés, ça ne fait pas « nickel »… Et NRJ et des chansons sur l’avortement à 16 ans, ça me parle moins qu’un bon CD !

l’attente entre les différentes étapes est longue. J’ai l’habitude de passer 2h, 2h30 maximum dans les salons et suis consciente qu’un balayage sur cheveux longs prend du temps… Mais 2h50 : c’était trop ! D’autant qu’on me laissait parfois sans raison, ni temps de pause ni rien… Mais bon, j’ai eu le temps de lire au moins cinq magazines et je sais désormais tout sur le fessier de Pippa, son ex, son boyfriend qui compte l’épouser, Suri Cruise et ses caprices, Brad, Angelina et leurs enfants… En fait, je préfère Elle à Closer et Voici mais bon, serais-je pénible ?

– je me suis retrouvée avec de l’eau qui avait dégouliné dans le dos… Il faisait chaud donc ce n’est pas dramatique mais j’ai passé tant de temps au bac (début de rinçage d’une partie du balayage, pause, fin de rinçage, pause, lavage et masque (ou vernis ou je ne sais quoi ?), pause, démêlage, etc.) que je commençais à sentir que de l’eau filtrait… jusqu’à être carrément humide !
je ne me sentais pas très à l’aise : le coiffeur qui a fait ma coupe me semblait énervé (parce qu’il a dû s’occuper de moi à la place d’une autre coiffeuse ?) et je ne savais pas comment prendre ses questions et remarques, lancées sans sourire : « ça fait longtemps que vous avez fait un masque ? », « raaa ça coince » (les cheveux, dans le peigne…), « olala, vous avez tel problème ! vous utilisez quoi comme shampoing ? », « vous achetez ça où ? en supermarché ? » (non !!)…

 

Ce que j’ai aimé chez Camille Albane

Ne voyons pas tout en noir, il y avait aussi des côtés positifs :

la coiffure et le balayage sont réussis et restent naturels, même si la coupe est un peu droite derrière plutôt que travaillée en dégradé

le coiffeur a cherché à onduler légèrement mes cheveux pour que ce soit joli à la sortie, même si, sur mes cheveux, ça tient difficilement

-il n’a pas fait de vente forcée, peut-être parce que je lui ai dit que j’avais pas mal d’allergies et ne supportais pas les produits parfumés

– j’ai quand même eu droit à un sourire à la fin ! ouf ! J’avais cru que j’allais ressortir sous les tomates !

– j’ai aussi eu droit à un « vous êtes généreuse » quand j’ai dit qu’ils pouvaient couper jusqu’à 15 cm… Youhouuu

 

En quelques mots…

En bref, le principal est que je sois contente du résultat et que le rapport qualité/prix du deal soit bon ! Mais je m’attendais à une adresse plus haut de gamme. Pour 128 €, je pense que l’on peut vraiment trouver mieux… et ils feraient bien de travailler aux petits détails pour qu’on se sente bien dans leur salon !

camille-albane-cheveux-lili.JPG
Et vous, vous avez un coiffeur attitré ?

Camille Albane
152, rue de Charonne
75011 Paris
Tél. 01 43 71 33 05

le lundi de 13h à 20h
du mardi au vendredi de 10h30 à 20h
le samedi de 9h30 à 19h

www.camillealbane.com

Retrouvez tous mes billets beauté

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.