Je suis allée voir « A dangerous method » au moins pour Keira Knightley et parce qu’il s’agissait de psychanalyse. Les critiques me semblaient assez moyennes : 3 étoiles sur 5 pour les spectateurs sur Allociné même si quand même 3,4 côté presse. Et finalement, la note attribuée par la presse me semble justifiée : sans avoir passé un grand moment de cinéma, j’ai trouvé le film plutôt pas mal.

a-dangerous-method-affiche.jpg

L’histoire

Sabina Spielrein, une jeune femme souffrant d’hystérie, est soignée par le psychanalyste Carl Jung. Elle devient bientôt sa maîtresse en même temps que sa patiente. Leur relation est révélée lorsque Sabina rentre en contact avec Sigmund Freud…

 

Source : la fiche de « A dangerous method » sur Allociné

Alors, alors ?

Je ne me lance pas sur une critique de la réalisation de David Cronenberg car je ne suis pas sûre d’avoir vu d’autres de ses films ! Ici, on a affaire à un drame et les premières minutes du film sont vraiment dérangeantes : le personnage jouée par Keira Knightley est hystérique. Heureusement, les choses se posent vraiment par la suite !

« A dangerous method » m’a vraiment donné l’impression que Jung et Freud expérimentaient, persuadés et habités par leurs méthodes. Freud, sous les traits de Viggo Mortensen, m’a semblé parfaitement détestable. Il est montré comme se vouant pratiquement un culte avec un ego complètement délirant. Jung, joué Michael Fassbender, est beaucoup plus sympathique même s’il semble aussi un peu paumé dans sa vie, aux côtés de sa femme d’une douceur extrême, dévouée et vouée à donner une famille à l’analyste. J’ai été assez marquée par la démonstration des problèmes psychologiques de tous les psys ! C’est comme si on avait voulu nous dire « ils peuvent vous aider mais ont aussi fort à faire sur eux ». Vincent Cassel fait un passage dans le film, dans le rôle d’un psy qui collectionne les maîtresses. Oui, oui, oui…

Les costumes, les décors, le casting : tout a été parfaitement soigné. Pendant 1h39, on est vraiment pas loin d’être un siècle en arrière, à prendre conscience que le fil de l’histoire prend sa source dans ce qui s’est vraiment passé.

J’aurais presque trouvé le film un peu lisse (curieusement !) et n’éprouve pas le besoin de le revoir mais c’était très bien pour un film de 31 décembre au matin !

a-dangerous-method-keira.jpg
Et vous, l’avez-vous vu ? Portez-vous un intérêt à l’histoire de la psychanalyse ?

Retrouvez tous mes billets cinéma

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.