Après la journée Benny Berthet et les deux jours de 3e tour à Roland Garros, je suis retournée une ultime fois lundi pendant les 1/8e de finale du côté de la porte d’Auteuil. C’était un peu inattendu puisque ma soeur et moi avons été invitées.

Programmation frustrante : épisode 4568

La veille, nous avions entendu que la Fédération française de tennis pensait programmer le match Roger Federer / Tommy Haas sur le court Suzanne Lenglen, pour lequel nous avions des places. Je n’osais pas me réjouir mais commençais à faire des bonds dignes de quelqu’un qui se serait assis sur un nid de guêpes. Et finalement, juste après la défaite de Nadal (snif), je me suis connectée sur le site de Roland Garros et ai découvert que le match opposant mes deux favoris aurait lieu sur le central. C’était un peu « ambiance déconfiture » du côté de mon visage.

Susan et ses amis les joueurs

Sur le court Susan Lenglen lundi, le programme était donc le suivant :

– Kuznetova / Radwanska
– Robredo / Kohlschreiber
– Jankovic / Cirstea
– Monfils / Roddick

Inutile de préciser que tout le monde, moi y compris, avait hâte de voir le dernier match opposant un américain sympathique à un français au jeu spectaculaire.

« C’est quand le bonheur ? »

Mais la grande caractéristique de la journée sur ce court a été la longueur des matchs !

Le match Robredo / Kohlschreiber a duré 3h16 et il fallait croiser les doigts pour que les deux joueurs ne nous embarquent pas dans un cinquième set.

Les deux matchs féminins se sont joués en trois sets (le maximum pour un match féminin pour les non-initiés). Cirstea a d’ailleurs failli ne jamais conclure son match. Le public était survolté. Tout le monde criait de joie ou de désespoir quand elle faisait un point ou en manquait un autre. La raison à cela : nous avions peur que le dernier match ne se joue pas, si les précédents duraient trop, alors que c’est celui que nous attendions…

Le match du jour, deux heures avant la nuit

19h45, soit deux petites heures avant la nuit : Gaël Monfils et Andy Roddick ont pu (enfin) investir le court. Une heure après, il nous a fallu partir car ma soeurette avait de la route à faire et nous devions pressentir qu’avant cela, nous allions galérer à rentrer chez moi en 1h30 de métro et marche ! Misstinguette-soeurette est arrivée chez elle à 1h du matin.

Pendant ce temps sur le central

Lundi, le court Philippe Chatrier avait une programmation en or : Federer / Haas et Del Potro / Tsonga.

Mon pauvre petit Tommy, que je regarde péter les plombs depuis que je suis au collège, a frisé l’exploit face à Federer… Je voudrais que le Suisse gagne enfin Roland Garros mais quand j’ai vu que Tommy devait sortir le grand jeu, j’ai été comme prise d’un doute. Il fallait voir comme tous les spectateurs étaient interloqués en voyant que Tommy avait remporté un puis deux sets face au bien-aimé roi Roger. Beaucoup ont commencé à se dire qu’il allait être renversé et quitter le tableau… Dans les allées de Roland Garros, le soutien inconditionnel du public à Federer était plus que palpable. Incroyable !

C’était sans compter l’extraordinaire mental de Tommy (acheté en soldes un jour de pénurie). Mon adoré Allemand a complètement lâché. Un bon dérèglement bien en règle. Rien n’allait plus pour lui, une fois de plus. Et Federer a gagné (Roger, tu peux gagner Roland Garros, stp ?).

Plus tard dans l’après-midi, je me suis arrêtée comme beaucoup d’autres place des Mousquetaires, devant l’écran géant, pour regarder une partie du match Del Potro/Tsonga. Ca avait l’air vraiment beau ! J’étais pour Del Potro, ça tombe bien puisqu’il a gagné.

« La prochaine fois, j’aurai 27 ans »

Je suis célèbre pour mon optimisme sans faille (sic). Roland Garros en chaire et en os, c’est fini pour moi pour 2009. J’ai eu cette phrase qui a déprimé ma soeur : « la prochaine fois qu’on viendra, j’aurai 27 ans et toi 37 ». Merci Lili.

Bonne télé jusqu’à dimanche !

Lili à Roland Garros pour le 3e tour

Roland Garros : journée Benny Berthet 2009

Sélection de photos prises par ma soeur
Quand les blogs de filles parlent de sport : Marinette parle de moi 😉

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.