Il y a peu de temps, Aurélie et moi nous sommes dit que nous pourrions aller assister à un enregistrement de « la Nouvelle star » au pavillon Baltard. A cela, il y avait 2 raisons : nous regardons de temps en temps cette émission et n’habitons pas très loin de Nogent-sur-Marne.

Étant disponible le mardi 21 avril, j’ai rempli la semaine d’avant un formulaire pour chacune de nous deux sur le site de l’agence Cassandra. Le mercredi 15, un courriel indiquait que nous avions été tirées au sort. Nous allions donc découvrir Baltard de l’intérieur.

T’as trois heures devant toi ?

La convocation du public stipule qu’il faut être présents à 18h15, et pas après, et que l’ouverture des portes se fait à 17h40. Nous étions donc dans les 50 à 100 derniers arrivés à 17h50. La file s’étendait sur le trottoir. Pas mal de monde était en train de manger un sandwich (ça occupe !) mais je n’avais apporté que de l’eau. A 19h, sans la moindre indication, on nous fait entrer dans la cour… et attendre à nouveau. Toujours aucune indication et la foule s’amasse comme elle peut. Vers 20h, nous pouvons enfin rentrer dans le pavillon. Le public assis, constitué surtout de familles et VIP visiblement, est déjà à l’intérieur. C’est reparti pour plus de 30 minutes à faire la queue dans l’entrée du pavillon. Deux anciens candidats (Yoann et Jasmina si je ne dis pas de bêtises) se promènent devant le pavillon en frimant un peu. A moins que je ne sois déjà une petite vieille ignorant que les « d’jeunes de 10 ans de moins que moi » ont une coolitude qui me dépasse. Ca doit être plutôt ça.

On peut alors accéder aux vestiaires, je dois me débarasser de ma bouteille d’eau, qui m’a bien été utile pendant les 3 heures d’attente… Notons quand même qu’un vestiaire, ça change des concerts où l’on est surchargés d’affaires diverses. Plutôt un bon point quand même.

L’arrivée dans la salle

Nous découvrons alors la salle. Elle n’est pas très grande mais je m’y attendais. Nous sommes placées dans l’une des fosses. Nous ne sommes pas trop serrées et en arrivant dans les dernières, nous sommes tout de même à seulement 3 mètres de l’emplacement du jury et 1 mètre de la scène. Le chauffeur de salle s’agite, il n’est pas très drôle et ne met pas vraiment l’ambiance. Mais je ne me sens pas vraiment en symbiose avec les ados en délire alors je m’autorise à ne m’enthousiasmer que quand ce sera le bon moment !

L’émission

Finalement, l’émission commence, le public huuuurle. La pauvre présentatrice, Virginie Guillaume si je ne m’abuse, doit vraiment faire des efforts surhumains de concentration pour s’entendre parler et ne pas perdre le fil car nous ne l’entendons pas du tout. Lorsqu’enfin, les cris se font plus discrets, nous comprenons que c’est une spéciale « chansons d’amour« . Gloups ! Aurélie me dit « dommage que ce ne soit pas une spéciale rock ! » Heureusement, on n’a pas eu droit à du répertoire Céline Dion mais à des chansons plus variées et souvent rythmées.

Le jury

Le jury a pris place, bien plus détendu que les candidats. Philippe Manoeuvre et André Manoukian sont tels qu’on les imagine à la télé, plutôt agréables et joyeux. Lio a une robe très suggestive, s’enflamme et reste souriante. Là où je suis quand même déçue, c’est plutôt en voyant Sinclair, qui ne décroche pas un sourire et garde son expression qui semble dire « Attention mystère ! Tu me parles pas si tu le mérites pas » collée sur le visage. Rit-il sous son masque ? Il ne s’anime et ne sourit que lorsque la caméra arrive sur lui pendant les pauses. Un peu dommage. Avec les cris, on a souvent du mal à entendre les critiques du jury.

Les candidats

Les candidats sont plutôt bons. Je ne vais pas leur taper dessus, je ne monte pas sur scène ! Ca doit être un peu complexe de se faire jauger par quatre personnes en s’agitant juste devant elles. J’ai été assez étonnée de la voix de Lary, même si je lui trouve un manque de charisme et une bonhommie un peu gênants, et j’ai passé de bons moments pendant une majorité de chansons. Ma petite préférée est Camélia-Jordana et, manque de bol, c’était sa prestation la moins bonne depuis le départ et elle a goûté aux rouges du jury.

Dans la fosse

Pendant ce temps dans la fosse… Je ne me sens pas vraiment à ma place dans l’esprit hystérique mais pour une fois, on fait avec. Contrairement à ce que j’avais pu lire, il ne faisait pas spécialement chaud et j’ai enduré des manches sans trop de problèmes alors que je me mets facilement en débardeur en intérieur l’hiver. On nous a distribué des bouteilles d’eau pendant la deuxième publicité.

Et au final

Mélissa a été éliminée.

Nous avons passé une soirée sympa et vu les coulisses de l’émission. Je ne regrette pas. Lorsque je regarderai, j’apprécierai avoir une vision plus précise des lieux et de l’ambiance. Maintenant, je ne ressens pas l’envie d’y retourner pour le moment. Je ne le ferai que si une année, un candidat se détache vraiment et que je sens que les 5h30 debout valent le détour. Rien de certain en somme !

Certaines fois, on n’est pas si mal devant sa télé !

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.