En ce printemps, j’ai été conviée à vivre une journée pas comme les autres à Disneyland Paris. En effet, j’ai pu découvrir les coulisses… côté jardins ! J’ai eu un aperçu de l’enVERT du décor si je veux vous faire sourire avec un jeu de mots un peu facile ! Cette visite, en compagnie des équipes d’Euro Disney et du département « Nature et Environnement », nous a conduits d’Adventureland et Fantasyland à l’hôtel Cheyenne en passant par la serre Winnie l’Ourson, le ranch Davy Crockett Ranch et la place de Rémy.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Si je ne devais retenir que quelques idées de tout ce que les équipes nous ont expliqué avec passion, je dirais que Disney se soucie vraiment de l’environnement, se donne des objectifs et des moyens, ne néglige pas les détails et fait dans le bio, le naturel et le travail à la main. De la part d’un aussi grand groupe, cette volonté de bien faire et d’être respectueux est vraiment louable et mérite d’être connue. Donc, oui, derrière la magie se trouvent de petites mains soigneuses et appliquées. Et j’espère leur faire honneur en vous narrant quelques anecdotes.

Si vous êtes, vous aussi, sensibles à tout ce qui touche à la nature, sachez que Disneyland organise des hortitours pour de petits groupes de 8 à 15 personnes. Ils durent 1h30, sont assurés par une quinzaine de guides et coûtent 8€ par personne.

Adventureland : pas de temple perdu sans jungle ni de pirate sans île

Lorsqu’on pense aux jardins et aux espaces verts de Disneyland, Adventureland n’est peut-être pas le premier monde à nous venir à l’idée. Et pour cause : tout semble naturel, au prix d’un vrai travail. Les tailles sont faites de façon naturelle pour respecter le thème du land. Qui se douterait, par exemple, que les dunes doivent être désherbées ?

Les branches sont broyées et envoyées dans les massifs. Cela créé de la matière organique, qui nourrit les plantes.

À Adventureland, on passe d’un milieu aride à une végétation dense. L’eau est un aspect important et un système d’arrosage intégré a été prévu. Des sondes permettent ainsi de ne lancer l’arrosage que si c’est nécessaire. Pas moins de 6000 kms de tuyaux sont installés dans les parcs, les hôtels et le golf ! À titre de comparaison, on compte 7000 kms de réseaux autoroutiers en France.

Si cette journée portait essentiellement sur la flore, nous avons aussi parlé de la faune. Aucun oiseau n’a été installé sur le site mais ils sont venus naturellement. C’est ainsi que l’on voit des canards et des poules d’eau. La seule intervention des équipes concerne les canetons pour éviter qu’ils ne se noient dans les bassins !

En hiver, des mouettes – une espèce protégée – viennent sur le parc (les coquines !) car elles sont intéressées par les frites et le pop corn. Je ne sais pas si vous avez déjà vu des mouettes attaquer un pique-nique sur une plage mais vous comprendrez la nécessité de faire venir un fauconnier pour les effaroucher et encore davantage qu’il est important de ne pas nourrir les animaux du parc.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Aviez-vous remarqué que les sols d’Adventureland rappelaient la terre battue africaine ?

Je n’ai pas résisté à l’envie de prendre en photo le restaurant Colonel Hathi’s Pizza Outpost, dans lequel je déjeune régulièrement quand je visite le parc. Joli cadre, non ?

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

L’entretien des bambous est un travail important à Adventureland. En effet, les bambous poussent de 50 à 60 cm par jour pendant 90 jours ! Un bambou meurt au bout de quatre ans.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Disneyland Paris, ce sont 130 jardiniers, 15 000 salariés répartis en 500 métiers et entre 14 à 15 millions de visiteurs par an : cela fait du monde à sensibiliser à la thématique de l’environnement !

20 types de catégories de déchets sont déjà traités : cartons, alimentaire, verre, papier, etc.

Notre regard a été attiré sur les poubelles du parc. Car ce n’est pas parce que l’on passe une journée de loisirs que l’on doit perdre nos bonnes habitudes. Les visiteurs des parcs sont donc invités, depuis 2009, à trier leurs déchets, tout simplement. Ce ne sont pas moins de 130 tonnes de canettes et de bouteilles qui ont été récupérées en 2015.

Les équipes ont pour objectifs de réduire de :

  • 30% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020
  • 16% la consommation d’eau potable d’ici à 2018

Pour les voiries, c’est de l’eau recyclée, qualité baignade, qui est utilisée et non de l’eau potable.

Fantasyland

Nous n’avons pas fait, à proprement parler, de visite guidée de Fantasyland mais il est impossible de ne pas y remarquer une partie des 23 000 arbres du parc.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Le Disney’s Hotel Cheyenne® et son potager

C’est la première fois que je me rendais sur le site du Disney’s Hotel Cheyenne®. Sur place, on s’imagine un peu au milieu d’un western et cela n’a pas été sans me rappeler Lone Pine, une ville dont j’ai hâte de vous parler, située entre la vallée de la mort et Yosemite, en Californie.

Cinq équipes de jardiniers travaillent pour les hôtels Disney. Chacune est en charge d’un land au sein du parc et d’un hôtel.

À l’hôtel Cheyenne, nous avons observé les pommiers de Seine-et-Marne, plantés à la place de cerisiers. La perspective d’un jus de pomme Disney pour l’avenir ?

En plantant local, l’idée est celle de la conservation d’un patrimoine biologique. Les projets orientés « nature » ne manquent pas sur le site. Un arboretum et des parcours pour les enfants sont en projet. Les enfants ne passent pas assez de temps à l’extérieur. Disney veut favoriser leur contact avec la nature.

Nous avons ensuite découvert le potager, dont la production est utilisée à 100% par les chefs du parc. Objectif 0 gaspillage !

Les tomates – ingrédients de la ratatouille du Bistrot Chez Rémy – présentes dans le potager, ont été remises par Louis Albert de Broglie du château de la Bourdaisière et sont des variétés rares. Si le parc a besoin de 30 à 40 kgs de tomates par jour, le potager n’en fournit évidemment qu’une partie. Il mesure 400 mètres carré au sol, sans compter les bacs, qui ont pour avantage de limiter le désherbage.

Dans le potager, on trouve par exemple de la rhubarbe, utilisée pour les tartelettes à la rhubarbe chez Rémy, ou encore de la menthe. Après avoir découvert ces cultures, on ne voit plus les restaurants de la même manière !

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Le Disney’s Davy Crockett Ranch, au cœur de la nature

Il était sans doute difficile de parler nature sans aller au ranch Davy Crockett ! Celui-ci est installé en pleine nature et n’est pas, encore une fois, sans rappeler les États-Unis !

Nous avons découvert :

  • la tour à hirondelles, avec ses 30 nids, récemment installée
  • une partie des 80 nichoirs à mésanges, dont 16 sont situés au golf et sont tous occupés
  • des sculptures en bois, réalisées par les équipes avec des arbres coupés
  • que les poubelles étaient ramassées… avec un cheval
  • que des moutons de race solognote – une espèce qui ne vient pas facilement vers l’homme et qui n’est utilisée ni pour sa laine ni pour sa viande – allait bientôt venir en pâturage sur le site

Au ranch, l’entretien n’est pas le même dans le sous-bois et aux abords des logements. Il n’est en effet pas possible de laisser la forêt d’installer entre les bungalows. Pour autant, la nature est intégrée autant que possible à l’environnement des hôtes. Certaines terrasses incluent par exemple un arbre. Encore une fois, le bois de taille peut se dégrader dans la nature ou être réduit en morceaux.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Les ruches Disney

À quelques pas des bungalows du ranch se trouvent les 36 ruches Disney. On nous a indiqué qu’une dizaine de ruches se trouvait également au niveau du péage, lorsque l’on arrive en voiture aux parcs.

Et qui dit ruche dit miel ! Le miel récolté est servi au petit-déjeuner de deux hôtels : le Disneyland Hotel et le Newport Bay Club®. 3000 petits pots de 28 grammes ont été produits l’an dernier. L’idée serait d’en produire 5000 pots cette année. Des pots de 1 kg sont utilisés pour faire des cheesecakes. Des pots de taille intermédiaire sont commercialisés dans quatre boutiques du parc.

3,5 personnes sont chargées de tondre la pelouse du rucher, entretiennent les ruches de façon hebdomadaire, prélèvent le miel en juin, juillet et août et assurent la mise en pots. Toutes les récoltes sont analysées en laboratoire pour savoir si le miel est propre à la consommation.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

L’atelier biodiversité qui était prévu dans le potager est « tombé à l’eau » si l’on peut dire car il pleuvait averse et nos tenues n’étaient pas franchement adaptées. Nous sommes donc allés sous la serre, sous laquelle les volontaires ont pu rempoter quelques pieds de tomates.

C’est sous la serre également que nous avons observé les topiaires Mickey et Minnie. Nous avons appris que :

  • le lierre tenait dessus grâce à des pinces à chignon
  • les fleurs comme le lierre sont changés pour que le tout reste beau et frais
  • il fallait plus d’une journée à deux pour préparer une topiaire
  • les fleurs des parcs sont françaises et italiennes

Je suis repartie avec une topiaire Mickey pour mon balcon. Youhou !

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Encore un grand merci aux équipes Euro Disney pour cette visite plus que complète ! Le département Nature et Environnement nous a vraiment montré sa volonté de développement et de réduction de l’impact des parcs sur l’environnement.

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Aller dans les coulisses et découvrir de nouveaux aspects des parcs aura été un plaisir. Je n’étais, par exemple, jamais entrée dans le Disneyland Hotel !

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris
Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Nous avons pu profiter de la fin d’après-midi, quelque peu arrosée, pour aller nous amuser dans quelques attractions ! Armée de mon pistolet laser, je n’ai absolument pas battu mon record. Une bonne raison de retourner m’entraîner, non ?

Les jardins et l'environnement à Disneyland Paris

Cela me travaillait depuis un moment mais j’ai réservé un espace sur le balcon pour notre compost quelques jours après la visite du parc. Cette visite signée Disney aura été particulièrement instructive et je suis sûre de ne plus voir à l’avenir les parcs, que j’ai visité de nombreuses fois depuis 1992, de la même façon. J’espère que vous non plus !

Mes précédentes journées au parc :

Notre radieuse première journée d’été à Disneyland Paris (juin 2014)
Une journée à Disneyland pour un enterrement de vie de jeune fille (mai 2012)
Petit tour par Disneyland quelques jours après les 20 ans du parc (avril 2012)
Disneyland : encore un samedi (presque) enchanté ! (juillet 2011)
Et hop, un passeport annuel à Disneyland retiré ! (février 2011)
Une journée de rentrée à Disneyland (septembre 2010)
Une journée de juin à Disneyland (juin 2010)
Une journée hivernale à Disneyland (janvier 2010)
Noël à Disneyland (décembre 2008)

Mes expériences Disney à l’étranger :

Une journée à Tokyo DisneySea
Une journée à Walt Disney World : le parc Epcot pendant le festival fleur et jardin
Walt Disney World : dormir au Disney’s All-Star Music Resort

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.