Passion, une tragédie musicale de Broadway au Châtelet à Paris

Le théâtre du Châtelet met à l’affiche sa cinquième création française d’une œuvre de Stephen Sondheim, dernier géant de Broadway : Passion. Cette « comédie musicale » n’a de comédie que le nom puisqu’il s’agit d’un drame et que, visuellement, la noirceur est mise en avant. Mais quelle musique, quelles voix ! ♪♫ Passion propose 1h45 de souffle retenu, de frissons et d’immersion dans un spectacle qui bouleverse un peu nos habitudes.

Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris

Photos : Théâtre du Châtelet - Marie-Noëlle Robert

Photos : Théâtre du Châtelet – Marie-Noëlle Robert

Après A Little Night Music, Sweeney Todd, Sunday in the Park with George et Into the Woods, le Châtelet continue à faire découvrir aux Français l’œuvre de Stephen Sondheim avec l’une de ses œuvres les plus rares : Passion. Mise en scène par Fanny Ardant, c’est « l’histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une femme laide, malgré sa laideur, que pourtant il ne peut supporter » (Umberto Eco à propos du livre Fosca d’Iginio Ugo Tarchetti).

Le site du théâtre du Châtelet

Passion est un beau spectacle de qualité, que nous avons tous deux aimé. Il n’est pas si courant d’assister à un spectacle aussi dramatique et sans vraiment d’humour. On pourrait dire qu’il s’agit d’un spectacle exigeant et qui a quelque chose d’éprouvant car le spectateur n’est pas là pour se détendre pour plus pour être emporté ou se questionner.

Passion s’ouvre pourtant sur une scène joyeuse d’amour et faite de promesses. Ne manqueraient presque que les papillons qui volent autour des deux amants, Clara et Giorgio. Clara est bourgeoise, délicieuse et angélique avec son épaisse chevelure blonde. Giorgio semble être un homme solide, qui profite de la vie et de ses plaisirs.

Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris
Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris

Il est rapidement muté dans une garnison militaire. C’est là qu’il va faire la connaissance de Fosca, la cousine du colonel. C’est à cet instant aussi que les ennuis et la perte de légèreté de Giorgio commencent.

Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris

La musique de « Passion », interprétée par l’orchestre philharmonique de Radio France, est très belle. Elle est plus celle de l’amour que celle du désespoir. On sent les paroles et la musique couler naturellement du début à la fin. Des paroles reviennent à différents moments du spectacle, comme une sorte d’écho.

Les chanteurs-comédiens chantent magnifiquement bien. La voix d’Erica Spyres (Clara), teintée de joie, se déployait à merveille dans le théâtre. Natalie Dessay et Ryan Silverman, en Fosca et en Captain Giorgio Bachetti, n’avaient évidemment rien à lui envier.

En rentrant, on a envie d’écouter la musique qui nous reste en tête et nous envoûte.

Entretien avec le chef d’orchestre

Les costumes sont impressionnants. La robe à la longue traîne de Fosca est particulièrement marquante.

Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris

La présence psychique de quelqu’un est représentée physiquement sur scène. Cela participe peut-être au stress que l’on peut ressentir. Les absents ne le sont jamais vraiment. Ils sont témoins partiels de ce qu’il se passe sur scène.

Bien qu’il y aie plusieurs personnages, il s’agit surtout de l’histoire d’un homme et de deux femmes dont aucune n’a de réelle liberté.

Après avoir vu le spectacle, comme souvent dans les grandes salles, nous avons eu envie de voir les artistes en photo pour leur donner des traits. Si la vue sur la scène était imprenable depuis le milieu de notre étage, il nous a un peu manqué les expressions des visages.

Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris
Passion : Broadway au théâtre du Châtelet, à Paris

Les décors sont sans ornement, minimalistes, sombres et adaptés à l’histoire. La grande scène dépouillée rend sans doute encore davantage l’ambiance tendue. La mise en scène a recours à beaucoup de fumée ou à la lumière crue des projecteurs. Les seules touches de couleur viennent des robes des dames.

La tension se ressent dans les dialogues. La mélancolie, voire la folie, envahit la scène et vient au contact des spectateurs. On peut se sentir tourmenté et mal à l’aise face à l’histoire, toujours sur le fil. Certaines scènes sont oniriques et cauchemardesques.

Le spectacle progresse de façon constante, sans réel rebondissement. Il se joue en un trait, sans soulagement. Il éprouve les âmes et nous emmène jusqu’au final.

En bref, si « Passion » est un spectacle très sombre, nous l’avons tous deux apprécié. « Passion » a pourtant quelque chose de l’opéra, genre auquel j’ai du mal à accrocher habituellement. Les dialogues, les fortes tensions dramatiques et la musique nous tiennent en haleine du début à la fin.

Et vous, connaissez-vous cette œuvre ?

Passion
Théâtre du Châtelet
du 16 au 24 mars 2016
de 25 à 89€
http://chatelet-theatre.com/fr/

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.