Central spa, un lieu du bien-être à Troyes

Pour Noël, mes parents m’ont offert un moment de détente à Central spa, un centre de bien-être situé à Troyes. J’y étais déjà allée deux fois, pour un massage californien il y a six ans et pour un moment à partager avec ma sœur il y a deux ans. Cette fois, l’atelier du père Noël m’a proposé de profiter de la formule Economus, qui occupe 3h15 : sauna, hammam, accès à l’espace repos et à la tisanerie, massage relaxant du dos, soin du visage avec massage du visage, du cou et du décolleté, massage des mains et des bras, enveloppement du corps, dégustation de chocolats et boissons au choix. La prestation coûte 85 € au lieu de 170, une fois dans l’année et en disposant d’un Economus.

Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être

Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être

Central spa est situé tout près du centre ville mais à un endroit où il reste encore pratique de se garer. Je suis arrivée une dizaine de minutes avant l’heure de mon rendez-vous, le temps de me changer dans l’espace dédié qui dispose de cabines, de placards, etc. Les lieux sont impeccables et invitent à la détente.

Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être
Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être
Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être

J’ai ensuite passé une heure dans l’espace « Au cœur de l’ô ». En arrivant, un homme se trouvait déjà sur l’un des six transat’ mais j’ai très rapidement eu l’espace pour moi seule. Cette tranquillité était bien agréable. Ma circulation sanguine ne supporte pas très bien le sauna (80°), je me suis donc contentée d’aller et venir dans le hammam (43°), activité qui me convient parfaitement !

Dans l’espace repos, j’ai choisi le thé de mon choix et ai eu un coup de cœur pour le « Jardin bleu » de Dammann Frères, un mélange de thés noirs parfumé aux parfums de rhubarbe, de fraise et de fraise des bois. Il m’aurait fallu une heure de plus pour lire tous les magazines qui m’intéressaient (ah ah).

Une jeune femme est ensuite venue me chercher pour près de deux heures en cabine. Je suis arrivée dans une pièce qui comportait une table de massage, un grand appareil pour les enveloppements et soins minceur et une douche.

La séance a commencé sur la table de massage, où j’ai reçu un soin du visage : nettoyage, gommage, hydratation, etc. On m’a demandé quelle était ma préoccupation majeure en lien avec la peau de mon visage (les imperfections of course !) pour travailler dessus. Cela a rendu ma peau bien lisse et n’a fait ressortir davantage les boutons que quelques heures. Est venu ensuite le massage du dos pour lequel j’ai choisi mon huile parmi trois : celle au frangipanier, conçue par une femme qui a créé son propre spa. Un bon moment de détente ! Puis la zone visage-cou-décolleté a aussi été massée. J’ai apprécié que la jeune femme m’explique tout ce qu’elle faisait, qu’elle discute pendant les moments de soin et reste silencieuse pendant les moments relaxants. Elle m’a paru vraiment professionnelle et sympathique.

L’esthéticienne m’a présenté les nombreux – peut-être huit ou neuf – produits utilisés pour le soin du visage, tous des marques Matis et Décléor, en me listant oralement mon « ordonnance beauté ». Je devrais utiliser tel produit le matin, tel autre le soir, tel autre à une autre fréquence pour telle raison. Autant dire que c’est peu probable de retenir quoi que ce soit une fois la présentation terminée. La jeune femme m’a ensuite demandé « je vous mets quelque chose de côté ? ». Ça a un peu cassé l’ambiance. À brûle-pourpoint, sans avoir identifié l’effet d’un produit séparément des autres, sans avoir la moindre notion de prix (et si le produit choisi pour faire plaisir coûtait 80 € ?) ou du résultat, j’ai senti un moment de flottement et étais un peu mal à l’aise. J’ai notamment en tête une crème hydratante d’une marque reconnue qui coûte 70 € et qui me brûle les yeux plusieurs heures après sa pose, je ne les collectionne pas – c’est lassant de tout redistribuer derrière – et me tourne quasi systématiquement vers des produits dermatologiques. Après le spa, mon front brillait, ce qui n’est pas le cas d’habitude. Je n’ai donc pas de certitude sur le fait que les produits d’institut soient plus adaptés à ma peau que ceux que j’utilise.

Je suis ensuite passée sur la bien intrigante table pour un enveloppement au beurre de karité, l’occasion de me transformer en nem (le pourtour étant du plastique !) pendant 15 minutes, marinant au-dessus de la chaleur d’un bain à 37°. Après cela, j’avais chaud mais je sentais bon !

J’étais prête à me changer, à boire un verre de jus de fruit et à repartir avec six chocolats Jeff de Bruges à la maison !

Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être

J’ai cherché en vain les prix des produits de beauté dans l’entrée… Bizarre bizarre. L’huile de massage m’avait plu et je l’aurais volontiers payée une dizaine d’euros – le prix d’une huile Weleda (la meilleure de toutes les marques testées) – mais pas trente. Dans le doute, je n’ai pas demandé.

Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être
Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être
Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être
Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être
Central spa, à Troyes : retour sur plus de 3h de bien-être

Vous l’aurez compris, en dehors du petit faux pas pour inciter à l’achat de produits un peu à l’aveugle, ces quelques heures passées chez Central spa auraient été un sans faute. Je suis ressortie détendue et ai passé un bon moment.

Merci père Noël !

Central spa
57 boulevard du 14 juillet
10 000 TROYES
Tél. : 03 25 42 84 22
centralspa.fr

Retrouvez sur une carte les articles consacrés à des spas, selon leur situation géographique.

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.