Un coup d’œil à l’affiche de « Victor », d’Henri Bernstein, et j’ai eu envie de découvrir la pièce au théâtre Hébertot. Découvrir Éric Cantona sur scène a probablement fait partie de mes motivations même si je ne m’intéresse pas plus que ça au football. Je vous propose donc un retour sur une plongée réussie au temps de l’après-guerre au théâtre !

"Victor" au théâtre Hébertot

Nous sommes en 1950. Victor (Grégory Gadebois) sort de prison. Il a accepté de purger une peine en lieu et place de son ami Marc (Éric Cantona), héros de guerre, désormais homme d’affaires brillant et indélicat, par amour pour Françoise (Caroline Silhol), la femme de Marc.

L’amitié virile, le grand amour, l’argent brûlant vont précipiter ce trio charismatique dans une ronde à perdre haleine, magistralement orchestrée par Henri Bernstein au sein de cette France de l’après-guerre vivante et meurtrie.

Peut-être dois-je commencer par l’essentiel : la pièce nous a plu. Elle repose sur un texte captivant, porté par cinq excellents comédiens : Grégory Gadebois, Éric Cantona, Serge Biavan, Caroline Silhol et Marion Malenfant.

  • Victor est le personnage autour duquel s’organise l’intrigue. Il est décrit dès le départ comme un homme bon, peut-être naïf et trop bonhomme. Il se dégage de lui une impression de lenteur mais il ne manque pas de courage.
  • Marc vit dans l’opulence. Il a manifestement des pratiques pas très claires et est un grand séducteur, doté de beaucoup d’humour. Il semble très sûr de lui et fait tourner son monde selon ses règles. Marc semble détaché et s’amuser. Étonnamment, ses propos sont simples et clairs et n’apportent pas le lot d’embrouilles ou de belles paroles que l’on pourrait imaginer. Éric Cantona n’est sans doute pas pour rien au charme du personnage. J’ai adoré sa prestance.
  • Jacques est le compagnon de prison de Victor. Le comédien qui l’incarne m’a beaucoup fait penser à Daniel Prévost. Je me suis longtemps demandé s’il était un beau parleur un rien arnaqueur ou un homme honnête.
  • Françoise est un personnage torturé, pris entre sa vie très confortable et l’envie d’autre chose. La comédienne qui l’incarne a 66 ans. J’en ai tout d’abord été troublée, m’attendant à voir un triangle amoureux entre jeunes un peu fougueux. Françoise n’en est pas moins une grande dame élégante et au désir affirmé (et à la robe rouge flamboyante !). L’âge n’a pas de prise sur elle.
  • Marianne apporte de la vie et de la fraîcheur. Elle se réjouit de l’instant présent et du bonheur qu’elle trouve. Un personnage pur, juste et d’autant plus émouvant.
"Victor" au théâtre Hébertot
"Victor" au théâtre Hébertot
"Victor" au théâtre Hébertot

Les personnages évoluent dans trois décors. Ils ne sont pas entourés d’une abondance d’objets mais tout est très fonctionnel et l’installation de l’intérieur de la demeure de Marc nous a particulièrement impressionnés. Avec juste ce qu’il faut d’éléments, le décor fait mouche.

« Victor » questionne sur les valeurs morales, l’engagement et l’attachement, qu’il soit d’amitié ou d’amour. La pièce offre plutôt une belle vision des relations dans lesquelles chacun émet des paroles franches.

« Victor » est une pièce lente – j’ai pensé qu’elle durait plus de 2 heures alors qu’elle dure 1h45 – mais elle comporte son lot de rebondissements. Le public est très à l’écoute : pas un bruit ne s’élève dans la salle. La fin est loin d’être écrite à l’avance et elle l’est avec ingéniosité. Je m’attendais à une scène supplémentaire pour vraiment clôturer l’histoire. Presque tous les rapports sont éclaircis ou apaisés à la fin mais une question reste en suspens.

"Victor" au théâtre Hébertot

J’espère que vous aurez compris que « Victor », la pièce mise en scène par Rachida Brakni au théâtre Hébertot, méritait largement le déplacement en cet automne si vous aimez les beaux textes magnifiquement portés par d’excellents comédiens.

Je n’étais pas allée au théâtre Hébertot depuis 2003 pour « La belle mémoire » et dois dire que mon amoureux et moi nous sommes exclamés, à l’unisson, « C’est beau ! » en nous installant !

« Victor »
Depuis le 2 septembre 2015
Soirée du mardi au samedi à 21h
Matinée le dimanche à 17h

Tarifs découverte jusqu’au 15 novembre :
1re catégorie : 42 € au lieu de 52
2e catégorie : 32 € au lieu de 42
3e catégorie : 22 € au lieu de 29
4e catégorie : 15 € au lieu de 17

Théâtre Hébertot
78 bis boulevard des Batignolles
75 017 Paris
theatrehebertot.com

Retrouvez tous mes billets « Théâtre et one (wo)man shows »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.