Affiche de la pièce "Le Mensonge"

Depuis le 4 septembre, la scène du théâtre Edouard VII accueille « Le Mensonge », une pièce de théâtre de Florian Zeller mise en scène par Bernard Murat. C’est la deuxième fois, après « La Vérité », créée en 2010, que le jeune romancier et dramaturge écrit une comédie pour Pierre Arditi.

Pour ma part, après avoir vu « Faisons un rêve » et « Quadrille« , de Sacha Guitry, en 2009 et en 2012 au théâtre Edouard VII, j’ai suivi la règle d’une pièce vue dans cette salle tous les trois ans (jusqu’à quand encore ?) en me rendant dans ce très très beau théâtre. Je n’avais pas de grandes attentes car j’y accompagnais une amie. Nous avons passé une bonne soirée !

"Le mensonge" au théâtre Edouard VII

« Le Mensonge » est une comédie sur la vérité.
Dans la rue, Alice (Evelyne Bouix) a surpris le mari d’une de ses amies avec une autre femme et se trouve confrontée à ce dilemme entêtant : faut-il lui dire ce qu’elle a vu ? Paul (Pierre Arditi) tente de la convaincre qu’elle doit absolument lui cacher la vérité.
Il fait ainsi l’éloge du mensonge… Est-ce seulement pour défendre son ami ? Ou a-t-il lui aussi des choses à cacher ?
À moins que ce ne soit elle qui avance masquée ? Pour mieux lui faire avouer ses mensonges ? Pour mieux dissimuler les siens ?
Difficile de savoir… Une seule chose est certaine : toute vérité n’est pas bonne à ne pas dire… À moins que ce ne soit l’inverse.

« Le Mensonge » est une bonne pièce, basée sur un texte intelligent, qui fait honneur à la réputation de Florian Zeller (saviez-vous d’ailleurs qu’il enseignait la littérature à Sciences-Po ?).

La pièce porte sur la question de l’infidélité. Faut-il avouer ou non un coup de canif dans le contrat ? En couple, faut-il dire toute la vérité et rien que la vérité ou mentir un peu « par délicatesse » ? L’auteur a sa petite idée sur la question et, à en juger par les événements de la pièce, nous devons être quelques-uns à partager son point de vue.

Pierre Arditi et Evelyne Bouix incarnent le couple chez lequel se déroule l’intrigue. L’acteur m’a, par le passé, fatiguée avec un grand débit de parole et une gestuelle trop présente. Cette fois, tout se prêtait merveille à la pièce. Il était parfait dans le rôle. Je ne connaissais pas la comédienne et, de loin, je l’imaginais physiquement entre Emmanuelle Béart et Valérie Lemercier. Son jeu était peut-être moins naturel. Son personnage était moins attachant avec ses phrases saccadées. Les comédiens ne font pas du tout leurs 70 et 62 ans !

Josiane Stoléru et Jean-Michel Dupuis jouent un couple d’amis. Ils sont beaucoup moins présents.

L’histoire se passe dans un appartement donc. Les lumières habillent très bien les décors, assez sobres malgré trois grands tableaux et quelques chaises. À aucun moment la scène ne paraît vide.

Mon seul regret : « Le Mensonge » a ses longueurs. Il ne se passe pas grand chose en 1h40. Rebondissements et bons mots sont au programme mais l’histoire n’est faite que de discussions, parfois longues à trouver une issue.

N’y allez pas si vous soupçonnez une infidélité ou si ce sujet est brûlant pour vous (sauf si vous cherchez un conseil !) mais « Le Mensonge » reste une pièce tout-à-fait recommandable. Pas de coup de cœur donc mais une surprise finalement plutôt bonne. Pas mal du tout !

Le Mensonge
Depuis le 4 septembre 2015
Théâtre Edouard VII
10 place Édouard VII
75009 Paris

Représentations du mardi au samedi à 21h, matinées samedi à 17h30, dimanche à 15h30
Prix des places : 56, 50, 42, 31 et 20 € (+ 2,50 € de frais de réservation par place)
Tarif étudiants : 28 € – Tarif jeunes, moins de 26 ans : 10 € (dans la limite des places disponibles)

http://theatreedouard7.com

Retrouvez tous mes billets « Théâtre et one (wo)man shows »

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.