Big eyes, les acteurs de Tim Burton

Dès que j’ai vu l’affiche du tout dernier film réalisé par Tim Burton, j’ai eu envie de le voir ! Je n’ai pas été conquise par toutes ses réalisations mais mon instinct n’a pas été déçu avec « Big eyes », sorti ce mercredi 18 mars au cinéma.

"Big eyes" : quand Tim Burton porte une imposture artistique au cinéma

« Big eyes » raconte la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. À la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater : ces toiles n’avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier. Le film se concentre sur l’éveil artistique de Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s’attribuant tout le mérite de son travail.

La présentation de « Big eyes » au cinéma

Dès le début du film, impossible de ne pas remarquer ses qualités esthétiques. Tim Burton nous donnerait presque envie d’être 60 ans en arrière. Les lieux sont beaux, les voitures magnifiques et les vêtements soigneusement choisis. Amy Adams, qui incarne Margaret, a rêvetu une garde-robe qui a de quoi faire des envieux de nos jours.

L’actrice et son partenaire, Christoph Waltz, sont excellents. Les deux acteurs qui tiennent les rôles principaux servent très bien le film. Elle dans le rôle d’une femme discrète, moderne et pas soumise (on pourrait croire que si, et pourtant…). Lui dans le rôle d’un homme qui aurait voulu être un artiste ♪♫ mais n’a aucun talent dans ce domaine. Le plus fort reste quand même de savoir qu’il s’agit d’une histoire vraie. Ce Walter était un acteur plus vrai que nature ! Baratineur, dissimulateur… Comment réussir à convaincre son entourage qu’il l’a vu peindre ? On ne peut qu’être surpris et admirer la prouesse, ce qui n’empêche pas de la désapprouver. On voit comme l’homme a commencé à monétiser l’art, que ce soit au supermarché ou par la vente de cartes postales.

L’histoire, en plus d’être vraie, est très intéressante. Nous n’en avions jamais entendu parler. La vraie Margaret, toujours en vie, apparaît dans le film mais je ne l’ai su qu’après l’avoir vu. Elle y serait installée sur un banc, lisant la Bible (elle est témoin de Jéhovah !). Je ne sais pas à quel point elle a digéré cette histoire mais ce Tim Burton est une sacrée revanche pour elle.

"Big eyes" : quand Tim Burton porte une imposture artistique au cinéma
"Big eyes" : quand Tim Burton porte une imposture artistique au cinéma
"Big eyes" : quand Tim Burton porte une imposture artistique au cinéma
"Big eyes" : quand Tim Burton porte une imposture artistique au cinéma
"Big eyes" : quand Tim Burton porte une imposture artistique au cinéma

Pendant le film, on se demande vraiment comment ça va se finir car, évidemment, la situation ne peut que se dégrader. Ne regardez la bande-annonce que si vous ne tenez pas au suspens car, comme souvent elle en montre trop. Si le film est léger par moments, il est globalement assez dramatique.

On ne peut que remarquer les chansons interprétées par Lana del Rey : « Big Eyes » et « I Can Fly ».

En bref, sans être un chef d’œuvre, « Big Eyes » est un très bon film, que nous avons pris grand plaisir à regarder.

Et vous, avez-vous prévu de le voir ?

Mes précédents billets sur des films de Tim Burton :

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.