Je n’ai connu le nom de Jeff Koons que lorsque ses œuvres ont été exposées au château de Versailles. L’insertion de l’art contemporain dans le cadre historique bâti pour Louis XIV avait fait grand bruit. J’ai pu en savoir plus sur l’artiste, dont chacun dirait qu’il ignore s’il est un génie ou un imposteur, en allant découvrir la rétrospective Jeff Koons au centre Pompidou, lors d’une visite privée qui s’est déroulée tôt un matin.

J’y ai appris qu’il était né en 1955 en Pennsylvanie et qu’il s’est découvert des intérêts artistiques très tôt, notamment dans le magasin de meubles de son père. On nous a présenté Jeff Koons comme un chef d’entreprise – qui prend en compte le marketing et la finance – et un chef d’orchestre. En effet, tout n’est pas de lui dans l’exposition. Il peut intégrer des objets de marque par exemple. Pour lui, l’installation prévaut.

Pour présenter des ballons de basket, sport qui permet à certaines personnes de s’élever socialement, il a fait appel à un prix Nobel de physique. Pour chaque exposition, le ballon est remis dans son aquarium avec ce qu’il faut d’eau et d’astuces pour que le ballon reste au centre de son cadre.

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou

Jeff Koons espérait une notoriété de pop star. Il admirait Michael Jackson, qu’il a représenté avec trois bras et un singe dans « Michael Jackson and Bubbles » en 1988.

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou

L’artiste utilise beaucoup l’inox. Ainsi, un service en inox Jeff Koons vaut plus cher qu’un service Baccarat authentique. Les œuvres exposées dans la rétrospective coûteraient au total un demi-milliard d’euros !

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou

L’une des œuvres les plus connues est le balloon dog. Le rose appartient à François Pinault. J’adhère vraiment à ce chien !

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou

De nombreuses pièces sont trompeuses. On imagine une photo et il s’agit d’une peinture. On imagine un ballon et ce n’est jamais vrai…

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou

Une salle nommée « Made in heaven », mettant en scène Jeff Koons et la Cicciolina, est interdite aux moins de 18 ans et pour cause, l’ancienne actrice porno et l’artiste n’y posent pas avec une auréole sur la tête. Pour l’anecdote, la Cicciolina est la mère de deux des huit enfants de Koons.

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou
La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou

Je ne vous en dis pas plus et espère vous avoir donné envie d’aller voir la rétrospective consacrée à Jeff Koons au Centre Pompidou. Pour ma part, je suis contente d’y être allée et d’avoir suivi un conférencier qui a donné du sens à toutes ces œuvres et du grain à moudre à nos cerveaux curieux. Qui sait ce que vaudront les encore les travaux de Koons dans 50 ou 100 ans ?

Un grand merci à Delphine et aufeminin pour l’invitation !
Jeff Koons, la rétrospective
26 novembre 2014 – 27 avril 2015
tous les jours sauf le mardi de 11h à 21h
nocturnes jusqu’à 23h les jeudis, vendredis et samedis soirs
Galerie 1 – Centre Pompidou, Paris
Tarif plein : 13€
Tarif réduit : 10€
www.centrepompidou.fr

Appelez-moi Lili. J'ai 33 ans, vis avec Monsieur et, un week-end sur deux et la moitié des vacances, avec son fils Junior. J'habite à Paris depuis plus de 13 ans. J'aime voyager, aller au théâtre ou voir une comédie romantique, danser... et je suis gourmande !

Vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Instagram, Hellocoton ou encore Google Plus et Inspilia.